Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIÉTÉ FRANÇAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Maxime Le Forestier , Alain Souchon

Julien CLERC - Double Enfance (2005)
Par ERWIN le 16 Juin 2015          Consultée 2232 fois

Deux petites années après l'épisode des reprises en mode crooner, Julien CLERC reprend le cours de sa carrière. La photo montre un homme dans la force de l'âge. Il a désormais 56 ans, mais les porte toujours aussi remarquablement. Cependant, ainsi photographié, les traits tirés, il laisse la possibilité de la question sur les doutes qui l'assaillent. L'artiste paraît de prime abord toujours sain et équilibré, mais la vie prend son dû. D'ailleurs, le titre n'est-il pas éloquent ? Est-il plus tiraillé que le public ne l'imagine entre ses origines iliennes et son enfance de bourge parisien ?

Maxime LE FORESTIER propose deux chansons : le premier single notamment, l'éponyme "Double enfance". On y sent l'amitié partagée par les deux artistes tant le texte est intime. Son petit rythme rappelle les tressautantes compositions du duo VOUZY/SOUCHON, très chouette. J'aime beaucoup l'aspect positif de cette chanson, Julien a visiblement profité de cette dualité dans sa culture.
Puis, vient le petit blues tendre de "Ma sirène", tout à fait dans le style pratiqué par Julien avec efficacité.
Le deuxième single est de Jean-Loup Dabadie, il s'agit de sa seule contribution : "Quel jeu elle joue", toujours perdu dans les méandres des dédales amoureux. L'esprit frondeur de Julien court dans tous les sens, traverse tous les états d'esprits. Ah, cette perpétuelle incompréhension que les hommes ressentent face à la psyché féminine ! Ouais, on en est tous là, non ?

Du coup, c'est la Carlita qui emporte le morceau avec la très réussie "Une vie de rien". Nous sommes toujours halluciné quand nous lisons les mots que l'Italienne croqueuse d'hommes arrive à pondre. Qui croit que tel est son état d'esprit ? Pas nous en tout cas, mais c'est fort, très fort. Et cela colle magnifiquement à la personnalité de Julien. Dans ce sens, la Miss BRUNI fait indéniablement preuve de talent. Elle se taille d'ailleurs la part du lion avec trois collaborations.
Nous retenos notamment "Rester" qui, sur un rythme catchy, se penche avec acuité sur la postérité à venir. Cette chanson me rappelle la variété des années soixante-dix, aimable et charmante, sans-doute ma préférée de l'opus.
Enfin, elle est sur la caribéenne "Docteur", polissonne et simple comme tout.

On reste dans les rythmes exotiques avec "Place clichy", celui ci est légèrement Bossa. Pour ceux qui comme nous aiment cet endroit, la description est fort plaisante. Même analyse pour la charmante "Rio negro", texte de sa nouvelle collaboratrice Cécile Delalande, qu'on retrouve plus loin sur "Marie-Louise", dans un trip toujours bien ensoleillé. A nouveau une compo bâtie sur la guitare.

Etienne Roda-Gil, décédé en 2004, se voit ici attribuer ses deux derniers textes chez Juju. Il s'agit de "Réfugié", une ode à la paix que l'artiste met en musique de la manière la plus douce qui soit en s'intégrant d'ailleurs au discours : Nous sommes tous des réfugiés, Avoir des droits, avoir un toit, essayons un jour l'amour. Ces jolies paroles font honneur à son auteur.
Plus loin, nous avons "Donne-moi de tes nouvelles" au piano monolithique, cette fois dédié simplement à l'amour, pas désagréable? On croirait une lettre d'Etienne à sa femme décédée.

Le niveau est toujours aussi remarquable. Pas de doute, l'artiste est en pleine possession de se moyens. La multiplicité de ses collaborations semble renforcer ses capacités à se renouveler. Les chansons peuvent être simples, elles n'en sont pas moins belles. Le très haut niveau de la variété française. Il n'y a d'ailleurs qu'à regarder les chiffres de ventes excellents à une époque où le disque traverse une crise sans précédent, Julien est intouchable.

A lire aussi en VARIÉTÉ FRANÇAISE par ERWIN :


Joe DASSIN
Les Deux Mondes (1967)
Françamérique




Liane FOLY
Reve Orange (1990)
Au fur et à mesure


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Julien Clerc (chant, musiques, piano)
- Gildas Arzel (guitare, mandoline, banjo)
- Renaud Garcia-Fons (double basse)
- Hervé Brault (guitare - 2)
- Loïc Pontieu (batteries - 1)
- Erick Benzi (percussions, claviers, programmation)
- Marc Chantereau (parcussions - 2)
- Didier Ithursarry (accordéon - 8)
- Grégor Gandon (violon solo -1 & 11)
- Christophe Bruckert (violon -1 & 10)
- Christophe Guiot (violon -1 & 10)
- Noëlle Santos (alto - 1 & 10)
- Eric Mula (saxophone - 7)
- Christophe Nègre (saxophone - 7)
- Eric Giausserand (trombone - 7)
- Didier Havet (tuba, trombone basse - 7)
- Hélène (chant - 6)
- Carla Bruni (paroles - 1, 7 )
- Cécile Delalandre (paroles - 2 )
- Maxime Le Forestier (paroles - 3 )
- Etienne Roda Gil (paroles - 4 )
- Jean-Loup Dabadie (paroles - 5)
- Gérard Duguet-Grasser (paroles - 8)


1. Une Vie De Rien
2. Rio Negro
3. Double Enfance
4. Réfugié
5. Quel Jeu Elle Joue
6. Maie-louise
7. Rester
8. Place Clichy
9. Docteur
10. Donne Moi De Tes Nouvelles
11. Ma Sirène



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod