Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (10)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Trespass
1971 Nursery Cryme
1972 Foxtrot
 

- Style : Kansas
- Membre : Quiet World, Flaming Youth, Frank Zappa , Guaranteed Pure, Gtr, Daryl Stuermer , Squackett, Stiltskin, Brand X, Mike & The Mechanics, Mike Rutherford , Anthony Phillips , Tony Banks , Cut_, Phil Collins , Ray Wilson , Steve Hackett , Peter Gabriel

GENESIS - We Can’t Dance (1991)
Par WALTERSMOKE le 12 Juin 2013          Consultée 933 fois

Il aura donc fallu 5 ans avant de voir un successeur à l'excellent Invisible Touch. Entre Phil Collins qui part une nouvelle fois à l'assaut du monde en solo (hum) et Mike Rutherford qui s'amuse avec ses mécanos, il faut dire que le temps pour concevoir un album peut manquer. Et donc, We Can't Dance débarque en 1991, des tubes plein les bras.

En effet, les six premières chansons qui commencent l'album sont des plus tubesques. Il est difficile de faire mieux si le but affiché est de faire du chiffre. Mais GENESIS a prouvé depuis 1970 que la qualité artistique, ça les connait, et ne balance pas de morceaux bâclés ni putassiers sur cet album. L'enchainement est presque parfait – allez, "Never a Time" et "Dreaming While You Sleep" auraient pu être inversé – et chaque étape est l'occasion d'être émerveillé par GENESIS. Que ce soit la mélancolie ("No Son of Mine", "Driving the Last Spike") ou bien la moquerie, voire la satire ("I Can't Dance", "Jesus He Knows Me"), la force des émotions et le talent musical s'associent, se marient pour donner une musique formidable. Bref, s'il fallait s'arrêter à ces 36 minutes, on tiendrait là l'un des plus grands albums jamais conçus par GENESIS, doublé d'un chef-d'oeuvre de la pop.

Le problème, ce sont les 35 minutes suivantes. We Can't Dance est un album long, très long. Il s'agit même du plus long depuis The Lamb, et le remplissage arrive de manière inévitable. J'exagère quand même un peu, il y a sur We Can't Dance l'inoubliable et tendre "Hold on my Heart". Les esprits chagrins diront au mieux que c'est du Phil Collins en solo. Certes, mais au moins c'est une grande chanson. Le final de l'album, "Fading Lights", est également remarquable, sans compter sa symbolique. Par contre, le reste est assez faible. Le « sommet » reste de loin le navrant "Tell me Why". Cet aspect moralisateur est repoussant, et la volonté de fédérer contre la misère – but louable, soyons d'accord – est mal retranscrite. Dans le même registre, on préfèrera "Another Day in Paradise".

A en croire les chiffres, We Can't Dance a été un carton phénoménal – comme tant d'autres albums au début des années 90. Mais il ne démérite que peu son succès sur le plan artistique, il est juste dommage qu'il soit si long. Surtout, il est triste de constater que c'est le dernier album original avec Phil Collins. Mais au moins ce sera sur une bonne note.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


YES
Progeny: Highlights From Seventy-two (2015)
AUX CHIOTTES YESSONGS !!!




ELOY
Planets (1981)
Double album avorté


Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
   ARP2600
   JOVIAL
   MARCO STIVELL
   WALTERSMOKE

 
   (5 chroniques)



- Phil Collins (batterie, chant)
- Mike Rutherford (guitare)
- Tony Banks (claviers)


1. No Son Of Mine
2. Jesus He Knows Me
3. Driving The Last Spike
4. I Can't Dance
5. Never A Time
6. Dreaming While You Sleep
7. Tell Me Why
8. Living Forever
9. Hold On My Heart
10. Way Of The World
11. Since I Lost You
12. Fading Lights



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod