Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Claude FRANÇOIS - Donna Donna / Les Choses De La Maison (1965)
Par MARCO STIVELL le 30 Août 2022          Consultée 452 fois

Normalement, un deuxième album est censé confirmer la réussite du premier. Claude FRANÇOIS, lui, semble n'avoir nullement besoin de confirmation pour quoi que ce soit, dès le moment où il a enchaîné "Belles, Belles, Belles" puis "Si J'avais un Marteau". Pour cette dernière, les parents n'ont pas été trop rancuniers ! Sa carrière est non seulement lancée mais établie pour de bon : le public des foules les adorent, lui, son physique de jeune premier comme de gendre idéal, sa voix et son talent de danseur, ses chansons même si à la base ce ne sont pas les siennes. Cela vaut pour les jeunes filles en fleur comme les mamans, sans parler des gars.

On se presse à ses concerts à l'Olympia ou ailleurs, et même marié, notre blondinet en chef après Johnny HALLYDAY va très vite goûter aux joies de la vie de tournée, de l'après-concert surtout en général et au bon vouloir de ses groupies. En 1964, il rencontre France GALL toute jeune et cela ira plus loin, au moins pendant trois ans. Pour couronner le tout, il acquiert un studio dans le 16ème arrondissement de Paris (pas le moins cher, on s'en doute !) et une résidence secondaire dans le village de Dannemois en Essonne, qu'il gardera sans mal jusqu'à la fin ! Cependant, il y a un revers et dès 1965, sa bougeotte et son tempérament de feu vont connaître quelques accidents de parcours, souvent au sens physique du terme et parfois très graves (le dernier, en 78, sera fatal, on le sait).

Cette année-là, quoique blessé et en rémission plusieurs semaines pour s'être écroulé en même temps que la scène sur laquelle il dansait, il publie deux 33 tours. Le premier, toujours avec Christian Chevallier pour arrangeur et chef d'orchestre variété, contient divers succès aujourd'hui plus ou moins oubliés tels que "La ferme du bonheur", enregistré live en concert. Emprunté au standard "Mockin' Bird Hill" chanté par Burl IVES et moult autres figures de la folk-song américaine, le titre plutôt lent à la base prend ici un caractère festif sautillant avec cuivres, solo de sax. Le résultat à l'écoute sur disque n'en vaut pas la chandelle, mais le public a l'air de s'éclater. Et Cloclo, en bon meneur, d'y aller de ses "encore une fois !" quand tout est censé s'arrêter.

Le terme de succès est ici peu mérité si l'on considère les autres chansons porteuses. "Petit mèche de cheveux", l'une des rares compositions originales, oscille entre rythme binaire et ternaire sur un pas de marche militaire, taillé néanmoins pour faire danser. Le chanteur court après la fille qu'il aime pour lui demander un souvenir à emporter, mais l'effet de voix double est excessif d'emblée, tout comme ensuite les relances "Allez, tous en choeur ! On chante ensemble !", les choeurs qui en font trop... "Les cloches sonnaient", nostalgie du mariage, n'est guère plus reluisant, mais le titre a le bon ton de reprendre "When You Walk in the Room", dont Jackie DeSHANNON a fait une très belle version quelques mois plus tôt. Claude FRANÇOIS lorgne cependant et de plus en plus vers Phil Spector et la Motown.

"Terry" de la chanteuse TWINKLE reste "Terry", toujours avec la patte Vline Buggy dans l'adaptation française, un slow country mignon sur une rupture forcée par le chanteur mais qu'il regrette. À plus forte raison, "Les choses de la maison" (l'originale de Bobby DARIN, "The Things in This House" est splendide) joue sur la mélancolie mais en mode élancé. Sur "Alors salut !" (venu d'un instrumental nommé "Yeh yeh!"), Cloclo et sa copine se chamaillent dès qu'ils se voient puis se rabibochent à chaque fois. "Du pain et du beurre" ("Bread and Butter") peut bien jouer l'adaptation directe, les paroles n'en sont pas moins idiotes au possible, malgré un arrangement rhythm'n'blues soigné, flûtes comprises. Les années yéyé battent toujours leur plein !

Mais c'est dans un registre calme que Claude millésimé 65 s'illustre le mieux. Répétant l'effet d'une chanson de l'album précédent, il se voit enfant au contact de sa mère puis grandissant, au fil de la vie et des amoureuses sur "Donna Donna". Autre composition originale, ballade pour guitare nylon, la voix doublée n'y est ici pas dérangeante, ni même le vibrato de plus en plus marqué. Le seul succès mérité de l'album, mieux que "J'y pense et puis j'oublie", joliment mélancolique pourtant et dans un registre égal. Le slow "Je sais" et le blues de "Tout ça c'était hier" offrent tour à tour de belles prestations vocales, des moments sympathiques à défaut d'être mémorables.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Elsa LUNGHINI
Chaque Jour Est Un Long Chemin (1996)
Le début du meilleur




DOROTHEE
Les Neiges De L'himalaya (1991)
Un peu plus de nostalgie


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Claude François (chant)
- Christan Chevallier (orchestrations)


1. Les Choses De La Maison
2. Donna Donna
3. Alors Salut
4. Je Sais
5. Petite Mèche De Cheveux
6. J'y Pense Et Puis J'oublie
7. Les Cloches Sonnaient
8. Terry
9. Du Pain Et Du Beurre
10. Tout ça C'était Hier
11. Dis-moi Quand ?
12. La Ferme Du Bonheur



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod