Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO POP  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Mylene.net (2280)
 Guide Mylène Farmer (312)

Mylene FARMER - Monkey Me (2012)
Par WALTERSMOKE le 8 Décembre 2012          Consultée 4572 fois

Avec le temps, il est aisé de dire qu'il est très difficile de défendre Mylène FARMER. Déjà, de base, essayer de convaincre certains de ses proches que la rousse la plus célèbre de la chanson française est autre chose qu'une « infecte machine à soupe mercantile » peut passer pour mission impossible. Et encore, avec des albums comme Anamorphosée ou Innamoramento, c'est encore possible. Mais que faire quand FARMER a passé son âge d'or et finit par enchaîner déception sur déception ? Si même l'artiste se met à satisfaire ses plus féroces détracteurs, c'est qu'il y a quelque chose qui cloche furieusement.

En 2011, après la sortie de la discutable compilation 2001.2011, FARMER s'est ensuite penchée sur un successeur au mitigé Bleu Noir. Elle collabore de nouveau avec Laurent Boutonnnat, déjà revenu avec deux inédits de très basse facture, et qui reprend cette quasi-éternelle union artistique. Sauf que... sauf que cette fois, il s'est passé quelque chose, ou plutôt cassé. Les signes avant-coureurs étaient inquiétants : en plus d'une sortie plutôt rapide, le single annonciateur du neuvième album studio de Mylène FARMER, "À l'ombre", a eu vite fait de terroriser. Non, la Mylène ne pouvait tomber si bas ! Comment oserait-elle se complaire dans la dance de bas étage, surtout avec une instrumentation tellement ridicule qu'elle donnerait de l'urticaire aux fans d'Eurodance ?

Ce n'était que le début.

Lors de sa sortie en décembre 2012, si l'on exclut les fanatiques de FARMER, qui ont perdu depuis longtemps tout libre-arbitre et esprit critique, bien des personnes ont dû se prendre une douche écossaise. Monkey Me, dotée d'une pochette moche, et même pas esthétique comme celle de Point de Suture, n'est qu'un triste recueil de chansons pour la quasi-totalité franchement mauvaises. Si Boutonnat est revenu, ce n'est pas le cas de son talent, et fait même regretter son comeback. Quant à FARMER, complète parolière de l'album, elle s'en sort mieux, mais bon, elle continue de perdre de sa superbe quand même.

Parlons tout de même des points positifs. La production dans l'ensemble est bonne, au moins l'écrin fait honneur. Et dans le détail, "Elle a Dit", qui ouvre l'album, n'est pas si mauvais que cela, et pourrait presque mériter une place dans une compilation représentative de la discographie de FARMER. On peut aussi citer le morceau-titre, franchement bateau, mais dont les couplets restent assez intéressants – par contre, carton rouge pour le solo de saxophone. Et pour finir avec le positif (déjà...), "Nuit d'hiver" est une pause sombre inattendue au sein de Monkey Me, étant donné qu'on ne s'attend pas à voir une phrase extraite de "Chloé", et pour seule parole du morceau. C'est en tout cas quelque chose de bienvenue par ici, à n'en point douter.

Doit-on ensuite entrer en détails dans ce qui ne va pas chez cet album ? En dehors des morceaux cités précédemment, tout n'est qu'horreur et désespoir. On connaissait déjà le cas douloureux de "À l'ombre", mais ce n'était pas le pire. Non, le pire, c'est "Love Dance", par exemple, totalement anachronique et à enfouir au plus profond de son jardin, et encore. "À force de" est une chanson aux refrains superbes, et qui l'aurait pu être tout autant si ce n'était des couplets désolants, faisant limite auto-parodiques. Sinon, FARMER et Boutonnat tentent de refaire un "Paradis Inanimé" en "J'ai essayé de vivre", mais déjà que la première, issue du médiocre Point de Suture, peine à convaincre, alors une version sous-écrite...

Inutile d'aller plus loin, à ce stade, même les fans ont compris que leur idole est rincée, et son pygmalion aussi. Monkey Me est aisément le pire album de Mylène FARMER, doublé d'un doigt dressé contre ceux qui l'aimaient de manière intense mais raisonnée, et qui essayaient de la défendre. Le pire, cependant, c'est que FARMER est arrivé à un stade de popularité telle qu'à moins d'un coup de génie artistique, elle ne se remettra pas forcément en question ou bien restera dans l'erreur illusoire. Et c'est triste pour tout le monde.

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


The MAMAS AND THE PAPAS
Deliver (1967)
Joie et félicité




SAN CISCO
San Cisco (2012)
La réussite de la fin d'année 2012 !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Elle A Dit
2. A L'ombre
3. Monkey Me
4. Tu Ne Le Dis Pas
5. Love Dance
6. Quand
7. J'ai Essayé De Vivre
8. Ici Bas
9. A-t-on Jamais
10. Nuit D'hiver
11. A Force De
12. Je Te Dis Tout



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod