Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Mylene.net (2248)
 Guide Mylène Farmer (285)

Mylene FARMER - Interstellaires (2015)
Par WALTERSMOKE le 18 Novembre 2015          Consultée 3400 fois

Mylène Farmer, en 2015, fait partie de la vieille garde des artistes cultes. Comprenez par là qu'à l'image de bien d'autres formations (Johnny Halliday, Tangerine Dream, Iron Maiden...), la rousse la plus célèbre de France et de Navarre sort de manière régulière de nombreux albums alors qu'elle a déjà donné le meilleur d'elle-même depuis très, très longtemps. De plus, cela fait depuis 2008 qu'elle est en panne artistique : aux médiocres Point de Suture et Bleu Noir (2010) a succédé l'horrible Monkey Me (2012), de loin son pire album. Aussi, quand Farmer sort en 2015 son dixième album, une réaction normale ne peut être autre que « ok ». Pas d'enthousiasme, pas de rejet non plus, juste une lassitude doublée d'un espoir d'être bien surpris disparu depuis longtemps.

Mylène Farmer, cependant, est forte pour relancer l'intérêt autour de sa carrière. Ainsi, lorsque la sortie d'Interstellaires est annoncée, on apprend que ce sera le second album sans Laurent Boutonnat, et qu'à une exception près ("Stolen Car"), c'est avec un certain Martin Kierszenbaum qu'elle a collaboré. Si le fameux single avec Sting montrait que laisser Boutonnat seul avec sa dance pourrie était une bonne chose à faire, une certaine appréhension se crée : on aimerait que l'album soit meilleur que Monkey Me, mais d'un autre côté, Farmer est tellement en pilotage automatique qu'on peut s'attendre (et même plus craindre) le pire.

Alors oui, pour être franc... Interstellaires n'est pas un album flamboyant. Ce n'est pas l'album qui révolutionnera la pop ni ne ravivera la flamme chez le fan éclairé de Mylène Farmer, il faut être clair là-dessus. Cependant, la première chose qui frappe, c'est sa qualité même relative par rapport à ses prédécesseurs. Inutile de tourner autour du pot : Interstellaires est un bon album. Enfin on retrouve une Mylène capable de côtoyer le meilleur d'elle-même (c'est déjà ça de pris), aidée par un compositeur qui n'est pas un manche.

En jouant la carte d'un pop-rock faisant l'économie de la surenchère et de l'esbroufe, Farmer et Kierszenbaum parviennent à créer plusieurs vrais coups d'éclat. En particulier, la fin de l'album enchaîne trois compositions classiques et pas très originales, mais qui font plus qu'assurer le minimum musical requis. En particulier, "City of Love", en plus d'être un single potentiel, n'est pas un mauvais prétendant au titre de meilleur morceau de l'album. Bien plus tôt, outre l'étrange mais finalement charmant "Insondables", "C'est pas moi" présente une Farmer plutôt funky (mais pas trop), alors que la seule chose agaçante dans "Love Song", c'est la répétition de son titre, qui fait forcée et gâche une chanson plutôt belle et efficace.

Attention cependant, Interstellaires est seulement bon, il est encore loin de l'excellence. En dehors de "Stolen Car" (cf. chronique), "Pas d'access" est assez risible, notamment quand Farmer prononce des mots anglais. À ce propos, elle innove, dans un sens, avec une seconde reprise sur un même album, et en anglais. "I Want You to Want Me", reprise à Cheap Trick, n'est pas pour ainsi dire une réussite, on baille fort à son écoute. Et de manière générale, il faut parfois faire des efforts pour essayer de comprendre Farmer, que ce soit en termes de diction ou tout bonnement de sens.

Osons le dire, en fait : Interstellaires est le meilleur album depuis Innamoramento (1999), rien que ça. S'il parvient à « battre » Avant que l'ombre (de peu), c'est grâce à sa durée raisonnable – une quarantaine de minutes. Dans l'absolu, ce n'est pas un très bon album, comme d'habitude certains fanatiques crieront au génie (hum), mais il faudrait être vache pour ne pas considérer cet album comme étant clairement au-dessus de la médiocre mêlée 2008-2012. Oui, en 2015, voilà ce qu'on attend plus ou moins de Mylène Farmer, dont on espère que le prochain album naviguera toujours dans les eaux de la bonne qualité.

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


CHRISTINE AND THE QUEENS
Chaleur Humaine (2014)
The good quality coming de la France




Carly Rae JEPSEN
Emotion (2015)
Le Carly c'est bon, mangez-en


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Mylène Farmer (chant)
- Martin Kierszenbaum (claviers, batterie, gutiares)
- The Avener (claviers sur 2)
- Sébastien Chouard (guitare sur 1, 4 à 6)
- Jerry Fuentes (guitare sur 10)
- Jonathan Noyce (basse sur 4 à 6 et 11)
- Loïc Pontieux (batterie sur 1, 3, 6 et 11)
- Zach Jones (batterie sur 10)
- Graham Preskett (arrangements sur 3, 8, 9 et 11)
- Ramino Belgardt (violoncelle sur 5)
- Sting (invité chant sur 2)


1. Interstellaires
2. Stolen Car
3. À Rebours
4. C'est Pas Moi
5. Insondables
6. Love Song
7. Pas D'access
8. I Want You To Want Me
9. Voie Lactée
10. City Of Love
11. Un Jour Ou L'autre



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod