Recherche avancée       Liste groupes



      
INCLASSABLE  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Koichi Sugiyama , Yasunori Mitsuda , Yoko Shimomura
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video
- Style + Membre : The Black Mages , Sq Series

Nobuo UEMATSU - Final Fantasy Iii Eternal Legend Of The Wind (1990)
Par CHIPSTOUILLE le 25 Mai 2005          Consultée 3354 fois

Avant toutes choses, je tiens à préciser que la mention inclassable ne signifie en rien que Nobuo Uematsu a été inventer un style musical particulier sur ce deuxième album de remix (et non réorchestration, ce coup-ci) Le coté inclassable vient du fait qu’on retrouve trop de choses différentes, les unes après les autres. Ainsi, musiques électroniques, musique folk, classique, musique traditionnelle, pop et variété sont de la partie. Pour le rapprocher d’une de ses autres œuvres, je dirai que ce Eternal Wind est très comparable à Dear Friends, sauf qu’il n’en n’a pas les « finitions ».

Cet Eternal Wind est un travail assez déconcertant. En fait chaque piste débute par l’intervention d’un narrateur peu émotif qui, il me semble, raconte l’histoire du jeu. Si certains d’entre vous connaissent peut-être les passages narratifs que l’on retrouve chez Rhapsody ou sur « Nightfall in middle earth » de Blind Guardian, sachez qu’ici c’est pire…Les passages sont lents, et peu avenants, vous êtes prévenus.

Passons ce détail inutile bien qu’incongru, qu’en est-il de la musique ? En fait les « remix » de cet Eternal Wind sont assez sommaires. Uematsu n’a que peu modifié les mélodies qui parsèment Final Fantasy III, le principal intérêt de l’album est donc la manière dont ces musiques ont été reprises. Comme je l’ai dit plus haut, donc, on trouve réellement de tout, certaines sont juste jouées au synthé et diffèrent très peu de leur version d’origine (le thème des chocobos) alors que d'autres se voient parées de choeurs et/ou de divers instruments classiques, le tout étant souvent combiné.

Le plus étonnant est le fait que certains passages auraient du être repris par un chœur, ou un instrument classique, cela tombait sous le sens, et ce n’est pourtant pas le cas. Le premier morceau en est un parfait exemple, le thème « Prélude » (que l’on retrouve dans tous les épisodes de la série) avec ses gammes montantes et descendantes aurait dû être repris à la harpe, ce qui n’est pas le cas. On retrouve ainsi des chœurs, des thèmes assez agressifs au synthé avec une flûte qui s’appose dessus, ou différents mélanges improbables, la plupart étant gâchés par un synthé ou une boîte à rythme trop cheap.

L’autre bizarrerie est que les différentes musiques du jeu ont été réunies en groupes pour former les « morceaux » de cet album. Hors si sur Symphonic Suite ou les Dragon Quest suite de Sugiyama, cela passe très bien, ici aucune transition n’a réellement été travaillée et on passe du coq à l’âne dans un labyrinthe de styles qui n’a ni queue ni tête.

Quelques morceaux d’anthologie viennent tout de même attiser notre intéret, notamment le thème introductif des cavernes, que l’on retrouve au milieu de « The evil power of the underworld » repris au xylophone et accompagné de nappes de clavier, et de piano, très sympathique. « Following the wind » s’introduit également sur le thème des villages, repris à la flûte et de fort belle manière.

Le meilleur passage de cet album est très certainement la première partie de « Montage », repris façon musique sacrée (chœurs d’enfants et orgue) puis faisant place à un accompagnement au synthé assez organique et fantaisiste déconcertant. Le premier passage de « Their spiritual leader » avec ses chœurs et ses rythmiques tribales constitue également une pièce de choix, dommage que celui-ci soit un peu répétitif.

Pour les « fans » de la série, l’album peut également s’avérer intéressant, puisqu’il constitue en quelque sorte un laboratoire de recherche du compositeur. On retrouve ainsi de nombreuses sonorités au synthétiseur que l’on pourra retrouver plus tard dans d’autres épisodes de la série. Un passage de « Montage » avec une rythmique balancée au piano rappelle énormément le magnifique thème de Burmecia (Bloumecia en version française) dans Final Fantasy IX. Il y a même des thèmes qui ont été repris à l’identique dans ce même épisode, comme le passage au clavecin de « Their spiritual leader » (que l’on retrouve dans Final Fantasy IX Original Soundtrack Plus)
« Ebb and flow » démarre sur le thème de l’aéronef (ou Falcon, ou airship, ou dirigeable, ou « truc qui vole avec des hélices et un ballon » c'est vous qui voyez) qui comprend également de nombreuse sonorités que l’on retrouvera plus tard, comme dans Final Fantasy VI. Le passage tribal de « Their spiritual leader » est également un avant-goût de ce que donnera plus tard les thèmes « Pirates Ahoy » de Final Fantasy V voir « Fithos Lusec Wicos Vinosec » de Final Fantasy VIII.

Ainsi, quand bien même cet album possède quelques qualités, on ne lui pardonnera pas ses sonorités trop rétro ainsi que ses quelques thèmes sirupeux ou barbants. Si le synthétiseur ne vous dérange pas, jetez donc plutôt votre dévolu sur l’OST de Final Fantasy IX, très comparable en qualité de son, mais bien meilleure au niveau musical.

A lire aussi en DIVERS par CHIPSTOUILLE :


Nobuo UEMATSU
Blue Dragon Ost (2006)
Ne paye pas de mine, et pourtant...




SQ SERIES
Last Sq (2015)
L'éclectisme, une valeur sûre


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



Non disponible


1. The Evol Power Of The Underworld
2. Following The Wind
3. Montage
4. Their Spiritual Leader
5. Ebb And Flow
6. The Dark Cloud
7. Rebirth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod