Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
  British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
  Live Vengeance [2006]
1984 Defenders Of The Fait...
  Defenders Of The Faith 3...
1986 Turbo
  Turbo 30 [2017]
1987 Priest...live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1993 Metal Works '73-'93
1997 Jugulator
1998 Live Meltdown
2001 Demolition
2002 Tribute To The Priest
  Live In London
2003 Electric Eye
  Live In London
2005 Angel Of Retribution
  Rising In The East
2007 Concert Classics
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil - Live
2010 The Metal Forge : A Trib...
  British Steel 30
2011 Single Cuts
  The Chosen Few
2013 Epitaph World Tour
  Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
2016 Battle Cry
2018 Firepower
 

- Style : Black Sabbath, Scorpions, Kiss, Running Wild
- Membre : Toto, Tony Iommi , Hiromi, 801
 

 Site Officiel (449)

JUDAS PRIEST - Ram It Down (1988)
Par RED ONE le 28 Janvier 2014          Consultée 1785 fois

L'avortement partiel du projet Twin Turbos en 1986 laissa de côté de nombreux titres inexploités que JUDAS PRIEST ne comptait bien sûr pas abandonner. Ces titres ("Ram It Down", "Hard As Iron", "Love You To Death", et "Monsters Of Rock") serviront donc de base de départ pour écrire le successeur de Turbo, Ram It Down (1988). Toutefois, contrairement à une idée largement répandue chez les fans de JUDAS PRIEST, le 11e album studio des Metal Gods de Birmingham n'a que peu de rapport avec le projet originel Twin Turbos.
Ram It Down n'a d'ailleurs en fait pas grand chose à voir avec Turbo lui-même. Bien conscient que les sonorités très commerciales de son album de 1986 n'avaient pas plu à tout le monde (en particulier à ses fans de la première heure), JUDAS PRIEST choisira de revenir à des sonorités plus brutes et plus agressives pour Ram It Down, à l'image de sa pochette.

La pochette de Ram It Down est d'ailleurs pour nous l'occasion de découvrir un nouveau graphiste, Mark Wilkinson, alors déjà connu pour ses pochettes réalisées pour MARILLION (Misplaced Childhood notamment) et qui demeure encore à ce jour le graphiste officiel de JUDAS PRIEST. Bien que l'album Ram It Down ne soit pas forcément un incontournable de la discographie des Anglais, il faut quand même avouer que cette pochette en jette. Elle se place par ailleurs dans la continuité directe de celle de Turbo avec cette nouvelle variation sur le thème de la main (un thème que l'on retrouvait également sur la pochette de l'album live de 1987). La main féminine de Turbo illustrait un album ouvertement "mainstream" aux consonances quasiment pop. Celle de Ram It Down semble donc être son pendant masculin, annonçant ainsi une musique plus musclée.

Sur Ram It Down, les velléités agressives de Judas Priest sont visibles de façon claire et nette, et le durcissement des rythmiques en témoigne. À ce sujet, il convient ici de préciser que le batteur Dave Holland était souffrant lors de l'enregistrement. Pour pallier à son absence, le groupe utilisa donc une boîte à rythmes, et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela s'entend ! Dave Holland sera néanmoins crédité pour la forme et il effectuera la tournée qui s'ensuivra. Cette absence involontaire de Holland et son remplacement par une boîte à rythmes lors des sessions d'enregistrement de Ram It Down peut donc être perçue comme une autre cause du durcissement du son du groupe, les membres de JUDAS PRIEST ayant eu dès lors les mains libres pour faire ce qu'ils voulaient avec les tempos.

Certains titres de Ram It Down peuvent donc être à ce titre considérés comme des prototypes du futur son ultra-speed de l'album Painkiller (1990) : on s'en rend compte immédiatement sur "Ram It Down", le titre d'ouverture, ou bien encore sur "Hard As Iron", des titres bien bien speeds où la boîte à rythmes reproduit visiblement le bruit d'une double pédale, comme on n'en trouvait alors guère que dans le thrash metal américain. Ce qui n'est d'ailleurs pas sans maladresse, car la boîte à rythmes utilisée par JUDAS PRIEST possède un son assez grossier et pas très bien produit. "Blood Red Skies", morceau de bravoure et monument épique de l'album, semble pour sa part donner un avant-goût du futur chef d'oeuvre "A Touch Of Evil"...
Par ailleurs, on notera que la voix de Rob Halford se fait ici considérablement plus agressive que sur les précédents albums, et bien qu'elle soit parfois surproduite, elle atteint déjà les altitudes qu'elle prendra sur l'album suivant.

D'autres chansons témoignent en revanche de envies hésitantes de JUDAS PRIEST de revenir au son "true metal" du début des années 1980 : "Heavy Metal", avec son titre un peu nul et ses paroles débiles, est ainsi une petite bombe de metal explosive, dont les riffs de guitare font plaisir à entendre. On fait le même constat sur "Come And Get It", un titre en définitive assez similaire à "Heavy Metal". Il en est également de même sur "Love Zone", aux sonorités 70's, un titre plutôt pas mal mais pas non plus fantastique. Malgré tous ces bons titres, l’album est considérablement alourdi par une flopée de titres vraiment pas tip top : "I'm A Rocker", chanson un peu superficielle aux paroles assez nazes, "Monsters Of Rock" ou bien encore "Love You To Death", deux titres aux ambiances assez réussies mais où l'on a franchement l'impression que le Priest tourne en rond.

Arrêtons nous enfin sur la principale attraction de cet album, à savoir la fameuse reprise du "Johnny B. Goode" de Chuck Berry, qui est à l'origine une commande passée au groupe pour la BO du film quasi éponyme "Johnny Be Good", également sorti en 1988... Sans dénaturer la saveur légendaire de ce titre mythique, JUDAS PRIEST arrive à faire sien ce standard parmi les standards. Les arrangements de guitare heavy s'intègrent parfaitement avec le chant rock'n'roll de Rob Halford, et bien que le résultat final soit assez différent de la chanson d'origine, on reconnait bien là le tube légendaire de Berry. Une vraie curiosité, qu'on ne cessera de réécouter avec plaisir.

Ram It Down est donc au final un album assez moyen mais relativement correct, car comportant quand même son lot de bons titres sympathiques. Mais il s'agit aussi et surtout d'un album qui, à l'instar de Point Of Entry (1981), s'est bien vite retrouvé marginalisé dans la discographie du Priest car ayant été rapidement occulté par un album largement meilleur sorti juste après. Et lorsque je dis ça, vous savez forcément déjà de quel album je parle... Comment ça non ?!!

Titres à retenir : "Johnny B. Goode", "Heavy Metal", "Ram It Down", "Come And Get It"

Remarques : Ram It Down marque la fin de la collaboration entre JUDAS PRIEST et le producteur Tom Allom (qui retravaillera cependant avec le groupe en 2009). Mais il marque également la fin de la présence du batteur Dave Holland, membre de JUDAS PRIEST depuis 1980. Lassé des tournées incessantes, Dave Holland quittera le groupe en 1989 pour passer plus de temps avec sa famille. Après des retrouvailles avec Glenn Hughes le temps d'une brève reformation de TRAPEZE en 1991 puis après avoir joué les batteurs de session pour Tony Iommi sur son album solo avorté de 1996*, Dave Holland sombrera dans l'oubli. Il ne refera parler de lui qu'en 2004, et dans de tristes circonstances qui plus est : accusé d'agression sexuelle sur mineur, il sera emprisonné pendant 8 ans. Dave Holland est sorti de prison en 2012 et continue depuis de clamer son innocence dans cette affaire.

(*) : lorsque Tony Iommi publiera enfin cet album en 2004 sous le nom "The 1996 DEP Sessions", il fera réenregistrer les parties de batterie de Dave Holland. Les pistes originales de Holland sont toujours disponibles sur la version bootleg baptisée "Eight Star".

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


JUDAS PRIEST
British Steel 30th Anniversary Live (2010)
Un anniversaire rutilant !




DIO
Sacred Heart (1985)
La fin de l'âge d'or ?


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K. K. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Dave Holland (batterie)


1. Ram It Down
2. Heavy Metal
3. Love Zone
4. Come And Get It
5. Hard As Iron
6. Blood Red Skies
7. I'm A Rocker
8. Johnny B. Goode
9. Love You To Death
10. Monsters Of Rock



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod