Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
  British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
  Live Vengeance [2006]
1984 Defenders Of The Fait...
  Defenders Of The Faith 3...
1986 Turbo
  Turbo 30 [2017]
1987 Priest...live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1993 Metal Works '73-'93
1997 Jugulator
1998 Live Meltdown
2001 Demolition
2002 Tribute To The Priest
  Live In London
2003 Electric Eye
  Live In London
2005 Angel Of Retribution
  Rising In The East
2007 Concert Classics
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil - Live
2010 The Metal Forge : A Trib...
  British Steel 30
2011 Single Cuts
  The Chosen Few
2013 Epitaph World Tour
  Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
2016 Battle Cry
2018 Firepower
 

- Style : Black Sabbath, Scorpions, Kiss, Running Wild
- Membre : Toto, Tony Iommi , Hiromi, 801
 

 Site Officiel (455)

JUDAS PRIEST - Angel Of Retribution (2005)
Par RED ONE le 10 Février 2014          Consultée 1745 fois

Pendant que Tipton et Downing tentaient courageusement de continuer l'aventure JUDAS PRIEST avec un nouveau vocaliste en la personne du talentueux Tim Owens, Rob Halford s'adonnait à diverses expérimentations en tous genres : ainsi, après l'éphémère projet groove metal FIGHT entre 1991 et 1995, Rob Halford mit sur pied l'étrange projet 2WO (prononcez "two") en compagnie du guitariste américain JOHN 5, groupe industriel aux influences gothiques produit par Trent Reznor (NINE INCH NAILS). L'unique album de 2WO, Voyeurs (1998), fera un gros bide lors de sa sortie et le projet ne continuera pas. Conscient que ses fans attendaient de lui un retour à des sonorités metal plus classiques, le Metal God montera alors de toutes pièces en 1999 le groupe solo HALFORD, qui, n'ayons pas peur des mots, ressemblait beaucoup à une parodie de JUDAS PRIEST.

Néanmoins, alors que le "vrai" JUDAS PRIEST peinait à convaincre au début des années 2000 avec des albums trop expérimentaux qui ne ressemblaient en rien à ce que le groupe nous avait habitué depuis les années 1970, HALFORD faisait un tabac dans les charts avec son premier album Resurrection (sorti en 2000), aux sonorités lorgnant ouvertement sur l'âge d'or du groupe de Birmingham. Ce retour médiatique de Rob Halford sur le devant de la scène heavy traditionnelle allait évidemment amorcer ses retrouvailles avec son ancien groupe. En 2003, le brave Tim Owens accepte donc de s'effacer au profit de son idole pour permettre la reformation du mythique line-up de l'album Painkiller (1990).

Pour beaucoup de fans, cet album du retour de Halford était donc, avant même sa sortie, attendu comme le successeur logique de Painkiller. Et JUDAS PRIEST semble d'ailleurs avoir voulu rassurer ses hordes de fidèles, ce que l'on constate à la vue de la pochette, de nouveau signée par Mark Wilkinson : oui, c'est bel et bien le Painkiller qui est représenté ici, la plus célèbre mascotte du groupe, qu'on avait laissé en pleine baston avec le Hellion sur la pochette de Metal Works en 1993.
Et pourtant, malgré ces belles promesses, Angel Of Retribution n’est ni un Painkiller 2, ni un véritable album "rétro" !

La production très moderne, signée Roy Z (guitariste du groupe HALFORD), est ainsi indéniablement dans la continuité de celle des deux albums de la période Owens. Le son est très massif, les arrangements demeurent très contemporains et le tout sonne globalement comme du power/true metal des années 2000. Toutefois, bien que Tipton et Downing ne semblent visiblement pas avoir tiré un trait sur les évolutions sonores qu'ils ont esquissé sur leurs deux précédents opus, Angel Of Retribution ressemble quand même indéniablement à une sorte d'album "du compromis". Car les fans attendaient évidemment un retour au son classique, et de nombreux titres de cet album témoignent donc de façon incontestable de ces concessions faites au public après les déceptions critiques que constituèrent Jugulator (1997) et Demolition (2001).
Des concessions "old school", il y en a également trace dans les paroles des chansons, puisqu'en lisant les textes, on se rend compte que le groupe a truffé chaque chanson de références à d'anciens titres, n'hésitant pas à remonter jusqu'à Sad Wings Of Destiny (1976). Angel Of Retribution se positionne donc bel et bien comme un album destiné avant tout à satisfaire les fans plus qu'autre chose. On pourrait même presque parler de "fan service", terme issu du monde des jeux vidéos mais qui s'applique parfaitement ici.

Cependant, s'arrêter à cela pour juger cet album serait bien sévère. Car musicalement, on ne peut pas vraiment dire que les choses soient déplorables : "Judas Rising" introduit les choses de fort belle manière, en nous proposant un hymne épique et puissant, où Rob Halford se révèle toujours aussi magistral et divin. Pour ceux qui espéraient son retour depuis 1991, ce titre rassure immédiatement !
La suite nous confirme cette première impression positive : "Deal With The Devil", chanson efficace et rock'n'roll, lorgne de façon évidente sur la fibre rétro, puisqu'on y retrouve des sonorités à mi-chemin entre la brutalité sans concessions de Painkiller et les aspects mélodiques d'un Defenders Of The Faith (1984).
"Revolution" est en revanche un titre plus typé hard rock, aux consonances ouvertement 70's et qui ravira en tous points l'amateur du vieux son des premiers albums de JUDAS PRIEST. Ça groove, ça envoie du lourd et ça balance. Un titre véritablement enthousiasmant.

Un titre tel que "Worth Fighting For" se place pour sa part dans l'héritage logique du Priest hard FM des années 1980, avec une production quand même plus moderne et moins kitsch qu'à l'époque. Un titre au final très orienté classic rock, mais où la patte JUDAS PRIEST se ressent quand même du début à la fin. Les choses redémarrent ensuite avec la surpuissante "Demonizer", excellent titre speed/groove moderne qui nous donne un aperçu assez sympa de ce qu'aurait donné la voix de Halford sur l'album Jugulator.
La très jolie ballade acoustique "Angel" apparaît comme étant dans la continuité logique des ballades présentes sur Demolition, mais les superbes arrangements et la production impeccable de ce titre le propulsent indéniablement au dessus du lot. Un titre raffiné et magnifique, comme JUDAS PRIEST ne nous en avait pas délivré depuis les années 1970 (on pense notamment à "Last Rose Of Summer").
On revient ensuite à des choses plus sévères sur l'épique "Hellrider", qui semble avoir été composée pour satisfaire ceux qui désiraient un titre dans la veine de "Painkiller". Le titre se révèle très bon, mais la voix de Halford est quand même très surproduite et sonne un peu artificielle. "Eulogy", petite pièce sombre dans la veine d'un "Epitaph", introduit remarquablement la piste de fin "Lochness", long titre de plus de 13 minutes évoquant le mythique monstre du lac écossais éponyme... Un titre épique et presque "progressif", qui préfigure les sonorités de l'album-concept Nostradamus (2008).

Des points négatifs pour cet album du retour ? Allez, chipotons un peu : la voix de Halford, bien que quasiment parfaite, apparaît quand même comme étant très produite afin de masquer les marques évidentes de l'âge, et elle n'est plus aussi impériale que par le passé. Les solos de guitare sont certes magnifiques, mais ils semblent quelque peu convenus et formatés. De plus, l'aspect "fan service" qui règne sur cet album ne contribue pas forcément à en faire un album totalement honnête à 100%, et comme je le disais plus haut, on sent que le groupe a surtout cherché à rassurer ses fans.
Mais là, je chipote quand même beaucoup ! Car cet album est quand même très cool, il s'écoute d'une traite sans broncher, et l'aspect "vintage" présent sur la plupart des titres en fait au final un très bon album de heavy metal, garni de titres puissants et rock'n'roll.

Au final donc, un bien bel album que constitua cet "Ange du Châtiment" lors de sa sortie en 2005. Un disque qui signait enfin les grandes retrouvailles du groupe avec son chanteur historique, et ce de façon fort convaincante. La tournée de reformation qui s'ensuivit confirma ces espoirs, et marqua la véritable renaissance médiatique de JUDAS PRIEST.

Titres inoubliables : "Judas Rising", "Deal With The Devil", "Revolution", "Demonizer", "Hellrider"

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


JUDAS PRIEST
Killing Machine (1978)
Judas assassine la concurrence

(+ 1 kro-express)



BLACK SABBATH
Cross Purposes (1994)
La suite méconnue de Dehumanizer

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K. K. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Scott Travis (batterie)


1. Judas Rising
2. Deal With The Devil
3. Revolution
4. Worth Fighting For
5. Demonizer
6. Wheels Of Fire
7. Angel
8. Hellrider
9. Eulogy
10. Lochness



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod