Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
  British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
  Live Vengeance [2006]
1984 Defenders Of The Fait...
  Defenders Of The Faith 3...
1986 Turbo
  Turbo 30 [2017]
1987 Priest...live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1993 Metal Works '73-'93
1997 Jugulator
1998 Live Meltdown
2001 Demolition
2002 Tribute To The Priest
  Live In London
2003 Electric Eye
  Live In London
2005 Angel Of Retribution
  Rising In The East
2007 Concert Classics
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil - Live
2010 The Metal Forge : A Trib...
  British Steel 30
2011 Single Cuts
  The Chosen Few
2013 Epitaph World Tour
  Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
2016 Battle Cry
2018 Firepower
 

- Style : Black Sabbath, Scorpions, Kiss, Running Wild
- Membre : Toto, Tony Iommi , Hiromi, 801
 

 Site Officiel (462)

JUDAS PRIEST - Unleashed In The East (1979)
Par RED ONE le 14 Janvier 2014          Consultée 2245 fois

Après 5 albums studio sortis entre 1974 et 1978 (dont deux durant cette dernière année), il était quand même grand temps que JUDAS PRIEST sorte un témoignage live qui soit à la hauteur de sa réputation scénique. Une réputation déjà fermement bien établie, le groupe anglais étant assurément l'une des formations les plus énergiques de la scène hard rock en cette fin de décennie 1970.
L'année 1978 a par ailleurs vu le Priest initier sa nouvelle imagerie "cuirs, chaines et clous", et les performances live du groupe y ont considérablement gagné en puissance. Jugez donc un peu : un Rob Halford arrivant sur scène en Harley Davidson tout de cuir vêtu et affublé de lunettes d'aviateur, deux guitaristes à la crinière léonine guerroyant sur des machines aux formes biscornues, tous deux également vêtus de cuirs noirs et rouges (Glenn Tipton semblait déjà aimer le rouge en 1979), le tout sous un déluge de lumières et de fumée... Ce n'est plus un concert de rock, c'est Sodome et Gomorrhe sur scène ! En 1979, le look metal gagnait ainsi ses lettres de noblesse grâce à JUDAS PRIEST...

Ce live, comme son titre l'indique de façon indirecte, a été enregistré au Japon les 10 et 15 février 1979, pendant la tournée Killing Machine. Il est à noter qu'une version de cet album spécifique au Japon, baptisée "Priest In The East" et comportant "Rock Forever", "Delivering The Goods", "Hell Bent For Leather" et "Starbreaker" en plus des 7 titres originels, sera commercialisée. Les rééditions ultérieures d'Unleashed In The East réintégreront ces 4 chansons bonus aux 9 titres d'origine, et c'est donc cette version "étendue" que nous chroniquerons ici.
Autre détail d'importance : Unleashed In The East marque le début de la collaboration entre JUDAS PRIEST et le producteur Tom Allom, connu pour avoir travaillé sur les premiers BLACK SABBATH (mais également sur le premier GENESIS !) Tom Allom deviendra le producteur attitré de JUDAS PRIEST entre 1979 et 1988, années qui seront marquées par de nombreux succès et albums de légende.

Une polémique assez vivace a cependant longtemps prétendu que ce premier live de JUDAS PRIEST, à l'instar des deux premiers Alive de KISS, ne serait en réalité qu'un gros canular, la totalité des pistes ayant été enregistrées en studio dans des conditions live reconstituées. Et c'est vrai que lorsqu'on se penche un peu sur certaines pistes, on peut douter de la sincérité de ce live, tant le tout sonne trop parfait et vraiment bien léché.
La polémique ne cessant d'enfler, Rob Halford rétablit alors la vérité dans les années 1990 : la musique que l'on entend a bel et bien été enregistrée "live" au Japon, mais la plupart des pistes vocales ont du presque toutes être refaites en studio puis largement overdubbées pour qu'on ne se rende pas trop compte de la manipulation. La raison de cela ? Un enregistrement calamiteux des pistes vocales de Rob Halford lors de la captation live de février 1979, qui ne rendait pas sa performance originale exploitable lors du mixage.

Autant vous le dire tout de suite : personnellement, cette petite supercherie ne me choque pas du tout en tant qu'auditeur, car cela ne se remarque pas au premier abord et cela ne concerne que les pistes de voix, qui sont quand même enregistrées dans des conditions proches du live (et cela s'entend). La puissance de l'album n'y perd aucunement, et Unleashed In The East demeure un très grand album live de heavy metal.

Et d'ailleurs qu'avons nous là ?
L'une des choses les plus étonnantes de ce premier live est la présence de pas moins de 4 titres extraits de Sad Wings Of Destiny (1976), et pas des moindres : "The Ripper", "Genocide", "Tyrant", et bien entendu la colossale "Victim Of Changes", autrement dit des titres que le groupe joue en live depuis ses premières tournées internationales dans les années 1972-1974 ! On s'étonnera par ailleurs de la quasi absence de titres de Stained Class (1978), album pourtant sorti un an plus tôt et qui n'est représenté que par "Exciter", autrement dit son unique tube ! Stained Class sera certes délaissé dans les futures tournées du groupe, mais c'est dommage car des titres tels que "Invader" ou "Savage" manquent furieusement sur un tel live... L'excellent Sin After Sin (1977) ne fait cependant pas défaut, avec la présence des inoubliables "Sinner" (dans une version qui arrache tout), "Diamonds And Rust" et "Starbreaker" (qui clôt remarquablement la version japonaise).
Killing Machine est évidemment très représenté, mais on remarque tout de même que la plupart des titres qui en sont extraits proviennent de l'édition japonaise, et donc la version d'origine du live faisait quand même au final largement plus la part belle à Sad Wings Of Destiny...
Niveau son, JUDAS PRIEST terrasse bien bien violemment la concurrence de l'époque et défonce tout sur son passage. Le groupe arrive ainsi à sonner encore plus lourdement que sur ses deux albums studio précédents, les compositions sont jouées de façon plutôt violentes, la batterie groove à n'en plus finir et la production valorise outrageusement bien la furie incendiaire des solos de nos deux guitaristes.
Du début à la fin, c'est un sans faute et on en redemande !

Unleashed In The East, avec ses tubes à ne plus savoir qu'en faire, ses riffs atomiques et sa production en acier chromé, peut être véritablement considéré comme LE premier grand live du heavy metal. En considérant néanmoins que de grands lives antérieurs (Made In Japan de DEEP PURPLE, Alive! de KISS...) relèvent seulement du hard rock et non du heavy metal. Eternel débat de spécialistes sur la différence entre ces deux genres qui sont quasiment des clones naturels... Unleashed In The East s'inscrit bien sur de façon évidente dans la lignée de ces grands live des années 1970 et permet à JUDAS PRIEST de franchir une nouvelle étape de sa carrière en s'affirmant comme un groupe live essentiel.
Par ailleurs, ce live permet au groupe de faire le bilan des années 1970 et de préparer activement le terrain pour la fabuleuse décennie 1980, durant laquelle il fera montre de toute sa puissance.

Titres inoubliables : TOUS.

Note réelle : 5,5/5 !!!

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


DANZIG
Danzig Ii : Lucifuge (1990)
Enlève ton t-shirt, voilà les filles en string...




VENOM
Black Metal (1982)
Lay down your soul to the god's rock'n'roll !!!


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K. K. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Les Binks (batterie)


1. Exciter
2. Running Wild
3. Sinner
4. The Ripper
5. Green Manalishi (with The Two Pronged Crown)
6. Diamonds And Rust
7. Victim Of Changes
8. Genocide
9. Tyrant
10. Rock Forever
11. Delivering The Goods
12. Hell Bent For Leather
13. Starbreaker



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod