Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
  British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
  Live Vengeance [2006]
1984 Defenders Of The Fait...
  Defenders Of The Faith 3...
1986 Turbo
  Turbo 30 [2017]
1987 Priest...live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1993 Metal Works '73-'93
1997 Jugulator
1998 Live Meltdown
2001 Demolition
2002 Tribute To The Priest
  Live In London
2003 Electric Eye
  Live In London
2005 Angel Of Retribution
  Rising In The East
2007 Concert Classics
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil - Live
2010 The Metal Forge : A Trib...
  British Steel 30
2011 Single Cuts
  The Chosen Few
2013 Epitaph World Tour
  Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
2016 Battle Cry
2018 Firepower
 

- Style : Black Sabbath, Scorpions, Kiss, Running Wild
- Membre : Toto, Tony Iommi , Hiromi, 801
 

 Site Officiel (451)

JUDAS PRIEST - Screaming For Vengeance (1982)
Par RED ONE le 20 Janvier 2014          Consultée 2840 fois

Admirez un peu cette image. Ca pose franchement le décor non ? Cet aigle de metal titanesque, "venu d'une contrée inconnue depuis des cieux lointains" (c'est marqué au dos de la pochette), c'est le Hellion. Tremblez, pauvres humains, et craignez son terrifiant cri de guerre : car c'est un cri de vengeance ! (ça aussi, c'est marqué au dos...).

L'époustouflante pochette de Screaming For Vengeance marque le début de la brève mais non moins marquante collaboration entre JUDAS PRIEST et le graphiste Doug Johnson, qui sera également responsable des fabuleuses pochettes des deux albums qui suivront. Avec le Hellion, JUDAS PRIEST inaugure par ailleurs en grande pompe une série de mascottes post-apocalyptiques dotées de noms prophétiques, dont la plus connue est évidemment le Painkiller de 1990, personnage dont les origines remontent à la pochette de Sad Wings Of Destiny (1976). Bien que le Hellion n'ait pas eu une grande postérité dans les futurs visuels du Priest, on le retrouvera néanmoins sur la pochette de la compilation Metal Works (1993).

Avant d'aller plus loin dans l'analyse de cet opus, il convient de mentionner rapidement l'inévitable. Car oui, Screaming For Vengeance est d'abord et avant tout l'album d'UN tube. Et pas n'importe lequel, bien sûr, puisqu'il s'agit DU tube n°1 de JUDAS PRIEST, l'ENORMISSIME "You've Got Another Thing Comin'", que probablement 1/5e de la population mondiale a déjà dû entendre au moins une fois dans sa vie.
Il n'y a véritablement pas grand chose à rajouter à la description d'un tel hit, son écoute suffit à comprendre en quoi ce titre est probablement l'une des meilleures chansons enregistrées par le groupe et en quoi son succès phénoménal se justifie : une rythmique puissante, des guitares épiques, un refrain fédérateur conçu pour les stades, une ambiance unique... Bref, cette chanson, c'est du bonheur en barres. À écouter bien fort au volant d'un véhicule de votre choix, sur l'autoroute ou dans l'Espace.

Une fois ce titre inévitable abordé, nous pouvons enfin nous pencher tranquillement sur le reste de l'album, qui est également de toute beauté.
Screaming For Vengeance conserve encore des traces des sonorités "biker" de l'album Point Of Entry (c'est visible sur les excellentes "Riding On The Wind", "Electric Eye"), mais les aspects hard rock un peu kitschouilles de l'opus de 1981 sont cette fois relégués au placard, au profit de sonorités plus massives et plus rentre-dedans.
En effet, le producteur Tom Allom semble avoir considérablement revu sa copie : les guitares hurlent comme jamais (il suffit d'entendre l'intro instrumentale "The Hellion" pour s'en convaincre), la batterie est gonflée à bloc et la basse ronronne comme un réacteur nucléaire. Tout en retenue sur de nombreux passages de British Steel et de Point Of Entry, Rob Halford se lâche comme jamais sur cet album, et notre géant britannique semble alors n'avoir jamais chanté aussi puissamment.
L'album tout entier semble enregistré dans une gigantesque cathédrale de verre. On est bien loin des sonorités encore très rock'n'roll du JUDAS PRIEST des années 1970. D'album en album, JUDAS PRIEST continue donc de façonner les futurs standards de production du power/true metal et de ses dérivés...

Cet album est une grosse bombe à fragmentation, une cargaison de napalm bouillonnante lâchée en pleine atmosphère et qui incendie tout sur son passage. JUDAS PRIEST soigne ici son écriture, et ceux qui n'avaient pas aimé les aspects niais de l'album précédent seront comblés par la finesse dont le groupe fait preuve ici. Certes nous assistons encore à quelques réminiscences de hard rock bluesy, comme sur la très langoureuse "Pain And Pleasure" (et ses paroles encore une fois teintées de sado-masochisme) ou bien sur l'excellente "Devil's Child"...
Mais la cocotte minute brûlante de nos Anglais impose déjà une cadence d'enfer à l'auditeur, avec des titres de true metal très puissants, tels que l'éponyme "Screaming For Vengeance" ou bien l'époustouflante "Riding On The Wind", sans parler de la terrifiante "Electric Eye", assurément l'un des meilleurs titres jamais écrits par le Priest ! La très groovy "Bloodstone", avec son riff qui balance et donne presque envie de danser, est également un grand moment.
Les ambiances mystérieuses et aériennes ne sont pas oubliées, comme on peut le voir sur l'épique "(Take These) Chains", plutôt émouvante, ou bien sur la très réussie "Fever".

Bien que la production soit très massive pour l'époque, il ressort de cet album une véritable ambiance chaleureuse, quasiment sexuelle. Power ballades, riffs rock'n'roll à tomber par terre, chansons épiques et éminemment mélodiques... JUDAS PRIEST semble vouloir se diriger vers une musique toujours plus puissante et radicale, sans pour autant sacrifier ses ambitions à pondre des tubes efficaces et accessibles.
Un album au final presque parfait selon moi, sur lequel je ne trouve personnellement pas grand chose à redire si ce n'est que la production très (trop ?) puissante rend cet album légèrement indigeste lors de ses premières écoutes intégrales, mais sa finesse d'écriture et la beauté sauvage et quasi-sexuelle de la totalité des titres ne m'ont jamais fait douter de son excellence.

C'est grâce à cet album et aux hits qu'il contient qu'en 1982, JUDAS PRIEST réussit enfin à accomplir son rêve, à savoir percer le marché nord-américain. Bien que l'album Screaming For Vengeance ne soit pas forcément à considérer comme LE meilleur opus de leur discographie (beaucoup de fans lui préfèrent British Steel ou Painkiller), cet album demeure tout de même l'un des chefs d'oeuvre du groupe britannique, son succès commercial colossal en faisant un disque incontournable de leur discographie.
À l'heure où j'écris ces lignes, Screaming For Vengeance demeure toujours l'album le plus vendu de JUDAS PRIEST.

L'une des oeuvres majeures du heavy metal. À écouter absolument !

Titres inoubliables : "You've Got Another Thing Comin'", "Electric Eye", "Riding On The Wind", "Bloodstone", "Devil's Child", "Screaming For Vengeance"...

Note réelle : 4,99999/5

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


JUDAS PRIEST
Angel Of Retribution (2005)
Le retour logique de Rob Halford




BLACK SABBATH
Live Evil (1982)
Double live copieux mais controversé.


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K. K. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Dave Holland (batterie)


1. The Hellion
2. Electric Eye
3. Riding On The Wind
4. Bloodstone
5. (take These) Chains
6. Pain And Pleasure
7. Screaming For Vengeance
8. You've Got Another Thing Coming
9. Fever
10. Devil's Child



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod