Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
  British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
  Live Vengeance [2006]
1984 Defenders Of The Fait...
  Defenders Of The Faith 3...
1986 Turbo
  Turbo 30 [2017]
1987 Priest...live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1993 Metal Works '73-'93
1997 Jugulator
1998 Live Meltdown
2001 Demolition
2002 Tribute To The Priest
  Live In London
2003 Electric Eye
  Live In London
2005 Angel Of Retribution
  Rising In The East
2007 Concert Classics
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil - Live
2010 The Metal Forge : A Trib...
  British Steel 30
2011 Single Cuts
  The Chosen Few
2013 Epitaph World Tour
  Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
2016 Battle Cry
2018 Firepower
 

- Style : Black Sabbath, Scorpions, Kiss, Running Wild
- Membre : Toto, Tony Iommi , Hiromi, 801
 

 Site Officiel (462)

JUDAS PRIEST - Sad Wings Of Destiny (1976)
Par RED ONE le 6 Janvier 2014          Consultée 2769 fois

L'album Rocka Rolla (1974), malgré d'indéniables qualités de composition et de bons moments de bravoure hard rock, n'était pas spécialement convaincant, il faut bien l'avouer... Surtout pour un premier album. Mais il faut savoir aussi que cet album n'a pas connu une genèse facile : ainsi le groupe se voit refuser par le producteur Rodger Bain l'enregistrement de nombreux vieux titres classiques de son répertoire, dont certains remontaient aux débuts de la formation vers 1970...
Ainsi, des titres tels que "The Ripper", "Tyrant" ou encore "Genocide", qui comptaient parmi les préférés du public du groupe lors de ses premières tournées, seront purement et simplement zappés du premier album (ainsi qu'une version embryonnaire de "Victim Of Changes"). Mais JUDAS PRIEST ne comptait bien sûr pas les abandonner ainsi, et c'est donc assez logiquement que son deuxième album se verra quasiment intégralement constitué de titres refusés par Bain lors de l'enregistrement de Rocka Rolla. Ce qui explique donc qu'on trouve encore des traces d'Al Atkins dans les crédits de l'album...
Le line-up du groupe connait encore quelques changements : John Hinch est ainsi rapidement écarté et le groupe rappelle pour l'occasion son ancien batteur Alan Moore. Précisons par ailleurs que jusqu'en 1979, JUDAS PRIEST n'aura quasiment jamais de batteur attitré et permanent, et cet album ne fait donc pas exception à la règle.

Par bien des aspects, Sad Wings Of Destiny peut être considéré comme le véritable "premier album" de JUDAS PRIEST. L'imagerie du groupe, inexistante et baclée sur Rocka Rolla (aaah cette pochette avec une capsule de soda), se met déjà un peu en place ici : l'Ange Déchu représenté sur la pochette est ainsi l'un des premiers avatars du futur personnage du Painkiller, que l'on retrouvera plus tard sur les pochettes des albums Painkiller (1990), Metal Works (1993) et Angel Of Retribution (2005). De même, la célèbre croix-trident, logo historique de JUDAS PRIEST, apparaît également au cou de l'Ange. Sans oublier bien évidemment les paroles, qui sont quand même largement moins niaises que celles de Rocka Rolla et qui commencent déjà à aborder des thèmes plus orientés SF et fantasy épique...

Certains défauts de Rocka Rolla sont encore quelque peu présents, notamment de par la présence d'une nouvelle "suite" un peu longue, "Dreamer Deceiver/Deceiver", qui est cependant largement plus réussie que la trilogie hivernale de Rocka Rolla.
Par ailleurs, la piste piano/voix "Epitaph", où Rob Halford fait des merveilles vocales, est un peu dérangeante de par ses aspects très Beatles et très pop 60's... Mais ça passe, car l'émotion est bel et bien présente. C'est en tout cas plus réussi que la sirupeuse "Changes" de BLACK SABBATH. D'autres petits moments de remplissage inutile sont à également à relever, tels que "Prelude", sorte d'intro instrumentale sympa, qui introduit assez bien "Tyrant" mais qui n'est pas irremplaçable non plus...

Mais du reste, malgré ces très légères faiblesses, JUDAS PRIEST assomme déjà lourdement la concurrence de l'époque, et ce deuxième album est un premier pas fondamental vers une métallisation progressive de sa musique. Les choses commencent très sérieusement avec un "Victim Of Changes" qui se positionne déjà comme un énorme standard du répertoire du Priest : ce titre puissant, progressif et émouvant, aux riffs francs et à la construction superbe, est l'un des grands moments de l'album. Mais ce n'est pas fini ! Les titres heavy sont ainsi en plus grand nombre que sur Rocka Rolla, et franchement, ils envoient déjà grave du pâté pour l'époque : que dire ainsi de réellement négatif sur ces riffs heavy, lourds mais affûtés que le groupe nous sert sur "Island Of Domination" (encore très influencée par ZZ TOP et son blues incendiaire), "Tyrant", "The Ripper", ou encore "Deceiver" (ce riff, mon Dieu...) ?
La paire guitaristique Downing/Tipton s'affirme toujours un peu plus, et notre copain Halford se lâche également davantage : je ne compte déjà plus ses hurlements stridents depuis le début du disque... On atteint certes pas encore les notes suraiguës de la période Painkiller, mais le bougre crie déjà bien bien fort pour l'époque...

Sad Wings Of Destiny pose donc déjà certaines bases du "son" JUDAS PRIEST : après un premier effort bancal et hésitant, les Anglais nous livrent enfin un bon album de hard rock mélodique aux compositions acérées et aux riffs qui balancent. Le son est toutefois encore perfectible, et l'écurie Judas misera sur le bon pilote en recrutant Roger Glover (DEEP PURPLE) pour produire l'opus suivant, Sin After Sin (1977), disque qui confirmera les promesses entrevues sur ce deuxième album.

Un album certes encore hésitant mais déjà bourré de standards, à écouter d'urgence pour se replonger dans les débuts du heavy metal.

Note : les droits de cet album étant toujours détenus par les escrocs du label Gull Records, aucune réédition de l'album digne de ce nom n'a pu voir le jour, hormis en 2011 à l'occasion de l'Epitaph World Tour. La plupart des rééditions de Sad Wings Of Destiny présentes à l'heure actuelle chez les disquaires ne sont donc pas considérées comme "officielles"...

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


JUDAS PRIEST
Defenders Of The Faith (1984)
Judas défend avec ferveur sa place au firmament !

(+ 1 kro-express)



MPIRE OF EVIL
Crucified (2013)
Vous reprendrez bien un peu de Venom ?


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K. K. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Alan Moore (batterie)


1. Victim Of Changes
2. The Ripper
3. Dreamer Deceiver
4. Deceiver
5. Prelude
6. Tyrant
7. Genocide
8. Epitaph
9. Island Of Domination



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod