Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
  British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
  Live Vengeance [2006]
1984 Defenders Of The Fait...
  Defenders Of The Faith 3...
1986 Turbo
  Turbo 30 [2017]
1987 Priest...live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1993 Metal Works '73-'93
1997 Jugulator
1998 Live Meltdown
2001 Demolition
2002 Tribute To The Priest
  Live In London
2003 Electric Eye
  Live In London
2005 Angel Of Retribution
  Rising In The East
2007 Concert Classics
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil - Live
2010 The Metal Forge : A Trib...
  British Steel 30
2011 Single Cuts
  The Chosen Few
2013 Epitaph World Tour
  Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
2016 Battle Cry
2018 Firepower
 

- Style : Black Sabbath, Scorpions, Kiss, Running Wild
- Membre : Toto, Tony Iommi , Hiromi, 801
 

 Site Officiel (462)

JUDAS PRIEST - Jugulator (1997)
Par RED ONE le 1er Février 2014          Consultée 1854 fois

La séparation de JUDAS PRIEST au début de l'année 1992, peu de temps après la fin de la tournée Painkiller, a été vécue comme une immense incompréhension par les fans du monde entier. Les raisons en étaient multiples : tensions et frustrations accumulées après plus de 15 années de tournées incessantes, rumeurs de plus en plus insistantes sur l'homosexualité de Rob Halford, etc... Au final, peu importe les raisons profondes, car après tant d'années d'effort, nos Metal Gods britanniques avaient bien mérité un divin repos de quelques années. Enfin, pas tout à fait : Rob Halford ne tardera ainsi pas à démarrer un nouveau groupe, FIGHT, projet s'inscrivant dans une veine très "groove metal" et dans lequel on retrouvait le batteur Scott Travis. Pendant ce temps, les trois autres membres de JUDAS PRIEST soldaient leur vieux catalogue en publiant en 1993 une superbe compilation baptisée Metal Works.

Glenn Tipton tenta bien pour sa part de s'occuper en solo avec l'aide de quelques copains célèbres (John Entwistle, Cozy Powell, Billy Sheehan, etc...), ce qui donna lieu à l'album Baptizm By Fire en 1997. Mais ce que le public attendait réellement, c'était la reformation de JUDAS PRIEST, et rien d'autre.
FIGHT ayant cessé ses activités en 1995, Scott Travis réintégra le groupe mais un retour de Rob Halford demeurait inenvisageable (les tensions de 1991 n'étant toujours pas retombées). JUDAS PRIEST se mit donc en quête d'un nouveau chanteur. Un grand nombre de chanteurs, dont certains de renom, ont été sollicités pour remplacer Halford. Mais finalement c’est un obscur fan américain, Tim Owens, qui décrochera la palme en 1996 à la surprise générale.

Le choix de Tim "Ripper" Owens, total inconnu sorti du fin fond de l'Ohio, suscita énormément d'inquiétudes chez les fans surpris de voir Halford remplacé par un quidam. Mais Tim Owens avait suffisamment d'arguments pour convaincre : un style vocal identique, voir quasiment mimétique à celui de Halford, une passion infinie pour son groupe fétiche, une connaissance parfaite du répertoire, et bien sûr l'argument de la jeunesse.
Jugulator, malheureusement, n’est pas aussi réussi que le talent de Tim Owens ne pouvait le laissait espérer. La pochette assez déconcertante de cet album, toujours réalisée par Mark Wilkinson mais arborant un tout nouveau logo (ainsi qu'une nouvelle mascotte, le Jugulator), n'avait d'ailleurs pas de quoi rassurer !

Avant toute chose, il convient quand même de préciser que Tim Owens n'a rien composé ou écrit sur cet album. Jugulator était en effet quasiment fini quand l'Américain a rejoint le groupe. L'intégralité de l'album, musiques et paroles comprises, a d'ailleurs été écrite par le duo Tipton/Downing, qui a également produit l'album.
Et l'orientation choisie par nos deux guitaristes aura effectivement de quoi dérouter à la première écoute. Car Jugulator ne sonne absolument pas comme un album de JUDAS PRIEST : guitares sous-accordées, sonorités résolument groove metal façon MACHINE HEAD, samples futuristes bizarres, ambiances glauques et malsaines, influence évidente du metal industriel et du neo metal américain... Ce n'est pas sans lien si j'ai précisé plus haut qu'Owens n'avait rien écrit sur cet album. Car ici, Owens ne copie à aucun moment le style traditionnel de Rob Halford, et semble suivre à la lettre les ordres de ses nouveaux patrons, qui avaient une idée bien précise de ce qu'ils attendaient de lui sur cet album. Ce qui nous donne donc au final un album très étrange et très agressif, ne ressemblant en rien à la musique habituelle du groupe.
On a d'ailleurs franchement du mal à concevoir que les musiciens responsables de Jugulator sont les mêmes que ceux qui ont écrit Rocka Rolla en 1974 !
Mais toutefois, n'enterrons pas cet album aussi facilement...

L'album oscille ainsi entre des titres très bons, tels que "Jugulator", "Blood Stained", "Burn In Hell", "Bullet Train", sans oublier la piste de fin "Cathedral Spires" (à l'intro superbe), et des chansons franchement nulles : on citera ainsi la pénible "Decapitate", dont l'intro est insupportable, la très peu inspirée "Abductors", ou bien encore la très fatigante "Brain Dead", avec ses horribles relents de neo metal à la SLIPKNOT. Quelques autres titres, tels que "Death Row" ou "Dead Meat", sont situés quelque part entre les deux d'un point de vue qualitatif...
Globalement, les chansons de cet album sont quand même très linéaires : si l'on excepte les quelques passages mélodiques furtifs présents sur "Cathedral Spires" (très réussis par ailleurs), aucune ballade ne vient égayer l'ensemble et les aspects épiques habituellement présents sur tous les anciens albums sont ici remplacés par un son extrêmement lourd et gras du bide, dénué de toute finesse. Les riffs sont cependant très bons, et Jugulator regorge quand même de moments sympas : que cela soient les riffs thrash/groovy façon METALLICA sur "Burn In Hell", les ambiances uniques de "Cathedral Spires", les rythmiques sans concessions de "Blood Stained" ou bien de "Bullet Train", les effets de voix novateurs de Tim Owens, tous ces éléments tirent incontestablement l'album vers le haut.
Cependant, c'est un peu triste à dire, mais si vous n'aviez pas aimé les côtés résolument brutaux de Painkiller (1990) et que l'album vous avait quelque peu ennuyé, vous devriez probablement détester Jugulator.

Il faut quand même se rendre à l'évidence : à trop vouloir sonner moderne, JUDAS PRIEST nous livre un album plutôt fatigant, qui n'atteint l'excellence qu'à de fugaces moments. Dommage, car la superbe voix de Tim Owens méritait d'être mieux utilisée. Ca sera heureusement le cas sur l'album studio suivant, Demolition (2001).
Jugulator demeure cependant l'album de JUDAS PRIEST le plus agressif et le plus violent à ce jour. En creusant un peu, vous vous rendrez sûrement compte que Jugulator recèle de nombreuses bonnes idées. Mais il faut admettre qu’elles sont largement sous-exploitées et que l’album aurait pu être bien meilleur s'il avait été un poil moins bourrin et plus équilibré.

Glenn Tipton, conscient des critiques assez mitigées que récolta l'album lors de sa sortie, s'expliqua dans la presse en affirmant que Jugulator était la suite logique de Painkiller, et que JUDAS PRIEST aurait de toute façon accouché d'un album similaire s'il avait continué de publier des albums entre 1991 et 1997, que ce soit avec ou sans Rob Halford. Un raisonnement intelligent qui nous démontre encore une fois que JUDAS PRIEST ne s'est jamais enfermé dans un style figé (à l'inverse de formations comme AC/DC ou MOTÖRHEAD), mais qu'il demeure au contraire un groupe résolument expérimental, à défaut d'être encore avant-gardiste à ce stade de sa carrière. Jugulator, malgré tous ses défauts, en est l'incontestable preuve.

Titres marquants : "Blood Stained", "Jugulator", "Cathedral Spires", "Bullet Train"

Note réelle : 2,75/5

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


JUDAS PRIEST
Painkiller (1990)
Judas Priest wins. Fatality !

(+ 1 kro-express)



BLACK SABBATH
Seventh Star (1986)
Ceci (n')est (pas) un album de Black Sabbath

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Tim Owens (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K. K. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Scott Travis (batterie)


1. Jugulator
2. Blood Stained
3. Dead Meat
4. Death Row
5. Decapitate
6. Burn In Hell
7. Brain Dead
8. Abductors
9. Bullet Train
10. Cathedral Spires



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod