Recherche avancée       Liste groupes



      
ART ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Van Der Graaf Generator, The Purple Helmets
- Style + Membre : Peter Hammill Et Gary Lucas

Peter HAMMILL - Roaring Forties (1994)
Par ARP2600 le 5 Mai 2015          Consultée 1116 fois

Après l'expérience peu concluante Becalm/Aloud, Peter Hammill a logiquement décidé que séparer les chansons lentes et rapides sur des albums distincts ne pouvait pas mener très loin. Il a donc repris le cours normal de sa carrière en mélangeant les résultats obtenus sur Fireships et The Noise, deux albums finalement plutôt réussis. Sur Roaring Forties et X my Heart, on trouve donc une musique certes peu musclée en moyenne mais variant tout de même les plaisirs. On peut même dire qu'ils marquent un retour à un rock plus progressif que les années précédentes.

Roaring Forties est donc sorti en septembre 94, une grosse année après The Noise. Le son est donc fort proche de celui de ce dernier, il est globalement assez rock et emploie les mêmes musiciens, à l'exception du guitariste John Ellis qui a rejoint les Stranglers à cette époque. On trouve donc les sempiternels saxophones de David Jackson, basse de Nic Potter et violon de Stuart Gordon, ainsi que la batterie de Manny Elias, les guitares étant ici jouées par Hammill lui-même. On sent que la musique est plutôt interprétée en groupe et moins produite que sur les albums entre Skin et Fireships.

Au niveau du style musical, maintenant, Roaring Forties est une étrange chose, totalement assise entre deux chaises, pour un résultat assez fouillis. Comme dit plus haut, il y a un certain caractère progressif, surtout sur la suite « A Headlong Stretch », longue de vingt minutes et présentant quelques passages proches de VAN DER GRAAF GENERATOR, à l'instar de son équivalent de 1980, « Flight ». Le son étant assez artificiel et les claviers encore un peu secs, une musique aussi lyrique a plus de mal à convaincre que le rock basique de The Noise. Les chansons de la première partie, « Sharply Unclear », « The Gift of Fire » et « You can't want what you always get », sont plus proches de ce qu'on trouve sur l'album de 93, et donc plus cohérentes mais un peu réchauffées.

Quant aux paroles, elles sont fort bien écrites, Hammill ayant moins vite perdu sa plume que son génie musical. Le titre indique un sujet plus intime, se référant certes aux quarantièmes rugissants, ces latitudes de l'hémisphère sud où commencent à circuler des vents violents, mais également à l'âge de Hammill. Un genre de continuation du bon vieux « Pushing Thirty », donc, mais on est maintenant bien loin de l'attitude punk, l'album est même singulièrement peu rugissant par rapport au glorieux passé de Hammill. Notons que ce titre est une indication de plus de son goût pour les thèmes marins, un point que je n'avais pas souligné auparavant... entre « A plague of lighthouse keepers » et l'album « Fireships », il a souvent fait référence à des bateaux, des capitaines, etc. pour construire ses nombreuses métaphores, et notamment sur « A Headlong Stretch » et « Your Tall Ship ». A part cela, l'album revient donc à des thèmes plus personnels et psychologiques, faisant le point sur sa vie, un sujet assez peu intéressant, pour être franc.

Soyons clairs, « Roaring Forties » n'est pas un mauvais album comme certains des précédents, il serait même un peu plus convaincant musicalement que In a foreign town, bien que moins original. Il s'agit d'un album de transition typique, avec ses bons moments mais maladroit, ce qui n'est en aucune manière un signe de faiblesse dans cette époque finalement assez solide de la carrière de Peter Hammill. S'il n'est pas très intéressant en soi, il est évident que le travail effectué ici était une étape nécessaire pour la suite, X my Heart étant quant à lui une réussite, probablement son meilleur album des années 90.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ARP2600 :


YES
Fly From Here (2011)
Le nouveau yes est bien fichu, ça fait plaisir !

(+ 3 kros-express)



DREAM THEATER
Images And Words (1992)
Le vieux classique du metal prog.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Peter Hammill (chant, claviers, guitares)
- Manny Elias (batterie)
- Stuart Gordon (violon)
- David Jackson (saxophone)
- Nic Potter (basse)
- Simon Clarke (orgue)


1. Sharply Unclear
2. The Gift Of Fire (precursed)
3. The Gift Of Fire (talk Turkey)
4. You Can't Want What You Always Get...
5. ... If You Haven't Got It Yet
6. A Headlong Stretch I) Up Ahead
7. A Headlong Stretch Ii) Continental Drift
8. A Headlong Stretch Iii) The Twelve
9. A Headlong Stretch Iv) Long Light
10. A Headlong Stretch V) Backwards Man
11. A Headlong Stretch Vi) As You Were
12. A Headlong Stretch Vii) Or So I Said
13. You Tall Ship



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod