Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Van Der Graaf Generator, The Purple Helmets
- Style + Membre : Peter Hammill Et Gary Lucas

Peter HAMMILL - The Noise (1993)
Par ARP2600 le 16 Mars 2015          Consultée 933 fois

The Noise est l'autre partie du premier et dernier diptyque « Becalm-Aloud » de Peter Hammill, sorti un an après sa contrepartie douce Fireships. Rappelons que le concept était de complètement séparer chansons calmes et rythmées, sur des albums distincts. On pourrait dire qu'il est heureux qu'il ait ensuite abandonné cette idée quoique certains disques ressemblent furieusement à des Becalm par la suite...

Le titre ne laisse évidemment aucun doute, c'est celui-ci le rythmé. De là à dire qu'il est bruyant, tout est relatif, n'est-ce pas. En vérité, Hammill a vu sa musique se ramollir au fil des ans, et on est bien loin d'un « Gog » sur ce disque. C'est plutôt une posture, donc, et on pourrait dire que c'est un disque qui parle du bruit. Plus précisément, il y a une chanson-titre où il dit qu'il aimait le bruit... voilà, il parle de ce passé tourmenté, mais n'utilise qu'une musique agréablement incisive et rythmée, sans plus.

Le principal point commun avec Fireships est que les deux volets sont fort accessibles. Oui, ils comptent parmi les disques les plus faciles de Hammill. Sur The Noise, il montre le rock le plus basique – voire crétin – qu'il a jamais proposé. Avec beaucoup de guitares et de batterie, assaisonnés d'effets électroniques très 90's, plutôt datés d'ailleurs en raison de leur caractère un peu sec. Ce mélange est quand même plus facile à supporter que celui des albums précédents, même si on trouve encore un son de piano électronique bien moisi.

On fera aisément le lien avec In a foreign town, son album de 87, les deux présentant une musique peu personnelle (ou manquant de personnalité), et des textes au sens assez direct. The Noise est moins engagé que son homologue, mais on y trouve quand même quelques considérations sur le commerce, ainsi qu'un hommage à Primo Levi – le final sombre « Primo on the Parapet ». Le tout est quand même assez léger, presque festif par moments (sur « Like a shot, the entertainer » ou « Celebrity Kissing »).

C'est vraiment étonnant de voir un artiste aussi profond que Hammill se livrer à ce genre de musique, et il est de ce fait difficile de prendre The Noise totalement au sérieux. Pourtant, il s'agit d'un album bien plus agréable que tout ce qu'il avait proposé depuis plusieurs années... bien sûr, on se laisse avoir par l'attrait primaire d'une musique rythmée, c'est peut-être un tort mais c'est ainsi, The Noise est bien plus efficace que nombre de tentatives plus pures qu'il a pu faire dans la deuxième moitié de sa carrière.

Alors, est-ce un bon album ? Eh bien peut-être bien tout juste, oui. Il est à peu près du même niveau que Skin, les sons plus crédibles compensant le manque de personnalité, et que Fireships. C'est un fait qu'aucune chanson n'est ratée, à part peut-être « Where the mouth is » qui est un peu agaçante. Les deux derniers titres, « Planet Coventry » et « Primo on the Parapet » sont même un peu meilleurs, surtout les mélodies, leur ambiance plus sombre et lyrique est intéressante.

Pendant un moment, The Noise est le seul album des années 90 de Hammill que j'ai vraiment écouté et apprécié. Il est souvent un peu snobé par les fans mais qui sont ceux-ci au juste ? Des amateurs de musique dépressive et inutilement calme ? Hammill s'est sans doute constitué un public spécial pour ses œuvres récentes mais il faut le dire clairement : Quelqu'un qui aimerait plutôt VdGG et ce qu'il a pu produire dans ses grandes années (71-83) sera bien plus sensible à The Noise qu'à Out of Water ou Fireships... Les deux albums suivants, eux, combinent les avantages de Fireships et The Noise en un rock plus progressif, on assiste donc à un certain redressement dans la carrière de Hammill, avant une nouvelle crise à la fin des années 90.

A lire aussi en ROCK par ARP2600 :


NO DOUBT
The Beacon Street Collection (1995)
Une collection bluffante




RUSH
Moving Pictures (1981)
La maîtrise totale du rock, deuxième partie


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Peter Hammill (chant, guitares, claviers)
- Manny Elias (batterie)
- Nic Potter (basse)
- John Ellis (guitare)
- David Jackson (saxophone, flute)


1. A Kick To Kill The Kiss
2. Like A Shot, The Entertainer
3. The Noise
4. Celebrity Kissing
5. Where The Mouth Is
6. The Great European Department Store
7. Planet Coventry
8. Primo On The Parapet



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod