Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ FUSION  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ennio Morricone
- Membre : Herbie Hancock , The Mahavishnu Orchestra , Keith Jarrett , John Mclaughlin , Hudson, John Scofield
- Style + Membre : Sonny Rollins , Dizzy Gillespie , Ornette Coleman , Thelonious Monk, Marcus Miller , Weather Report, John Coltrane
 

 Guide Jazz (397)

Miles DAVIS - Get Up With It (1974)
Par DERWIJES le 1er Juin 2019          Consultée 187 fois

Miles DAVIS était un visionnaire : cela signifie que parfois il pouvait être trop en avance sur son temps pour être bien compris. Lors de sa sortie en 1974, les critiques et le public ne surent comment réagir face à cet album. Si certains l'applaudirent, d'autres le jetèrent aux orties, n'y entendant que du bruit étalé sur des jams interminables. En fait, il semblerait que ce ne soit que depuis récemment que nous soyons capables d'appréhender ce disque à sa juste valeur.

Et encore, même aujourd'hui, il constitue un sacré morceau, un Everest dont l'ascension demande patience et implication. Ce que le recul de l'Histoire nous apporte et que les auditeurs de 1974 n'avaient pas, c'est de savoir que Get Up With It est le dernier album de Miles avant une retraite de six ans. Avec cette information en main, il est difficile de ne pas l'appréhender comme un au-revoir, oùuplutôt comme une anthologie, une rétrospective de la musique du trompettiste dans les années 70.

Sorti à la base en deux L.P's, maintenant en un double-album, Get Up With It est en fait une compilation regroupant divers morceaux enregistrés entre 1971 et 1974, issus des sessions d'enregistrement de Jack Johnson et On the Corner. Nous retrouvons sur les huit morceaux de l'album toute la pléthore de musiciens ayant travaillé avec Miles durant cette période, dont bon nombre de grands noms tels que John MCLAUGHLIN, Herbie HANCOCK, Keith JARRETT... Qui sont autant de preuves du talent surnaturel de leur leader pour trouver et s'entourer des meilleurs.
Dans la liste des crédits de l'album, un nom en particulier mérite des applaudissements: Teo MACERO pour sa production. Ce fidèle compagnon n'a eu de cesse, depuis l'entrée de Miles dans le jazz-fusion, de révolutionner le système de production en découpant, puis en montant et remontant les morceaux en différentes parties. Un procédé qui a inspiré Brian ENO qui revendique, dans les notes de son album Ambiant 4 – On Land, l'influence qu'eut sur lui l'écoute du morceau “He Loved Him Madly”, transmis via une cassette par un ami.

L'écoute de ce mastodonte de 33 minutes ne laisse pas de doute sur l'impact qu'il eut sur l'Anglais. C'est le morceau d'ouverture de l'album et si ce n'est pas de l'ambiant, alors nous n'en sommes pas loin. C'est un morceau fantomatique et hanté par un orgue sur lequel un trio de guitares, une flûte, une trompette, une batterie, des percussions et une basse se frayent tant bien que mal un chemin. Ecrit en hommage au mentor et ami Duke ELLINGTON décédé quelques mois avant la sortie du disque et qui avait coutume de dire à son audience qu'il l'aimait à la folie -“I love you madly”- on peut y discerner un certain lyrisme tout à fait ellingtonien.
Par un effet de miroir, le second disque commence avec un autre morceau-fleuve occupant sur le vinyle d'origine toute sa première face. Ecrit en hommage aux résistants angolais contre le colonisateur portugais, guerre sanglante et domino décisif dans la chute de Salazar, pas de lyrisme ici mais un jazz-rock frénétique porté par l'orgue et des solos de trompette tous deux signés Miles Davis qui multiplie les casquettes. Malgré de très bons passages, certains moments du morceau demeurent poussifs et s'éternisent.

Avec ces deux mastodontes se tirant la couverture, il est facile d'oublier ceux qu'ils encadrent. Ils n'ont pourtant rien à leur envier et jouent la facette jazz-rock du groupe. A les écouter, on croirait entendre un who's who des musiciens de jazz des années 70. Les citer tous serait trop laborieux, alors honorons surtout “Rated X”, écoutable par tous en dépit de son titre, qui introduit des rythmiques et des instruments africains. Le résultat est un petit ovni qui conclut le premier disque sur une note délicieusement décalée.
Et en matière de décalage n'oublions non plus la conclusion du second disque et donc de l'album, “Billy Preston”, morceau aux allures soul avec Carlos GARNETT au saxophone et le le Billy Preston du titre aux claviers en arrière-plan. Entourés d'une troupe, ils tissent un son funky, nerveux et impatient, et le font avec un plaisir évident.

Un plaisir amplement partagé. Techniquement une compilation, Get Up With It est plutôt à sa place parmi les albums studios de Miles DAVIS. Il s'achève par un silence qui durera six ans - le temps pour Miles de faire peau neuve et table rase pour proposer une nouvelle musique. Il nous reste en attendant cette conclusion à la folie fusion que nous n'avons toujours pas fini d'explorer.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
Milestones (1958)
A marquer d'une pierre blanche




Kenny DORHAM
Una Mas (1964)
Avant-dernier essai.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Musiciens De La Séance D'enregistrement
- Miles Davis (trompette)
- Steve Grossman (saxophone soprano)
- John Mclaughlin (guitare électrique)
- Keith Jarrett (piano électrique)
- Herbie Hancock (claviers)
- Michael Henderson (guitare basse)
- Billy Cobham (batterie)
- Airto Moreira (percussions)
- Musiciens De La Séance De 1972:
- Miles Davis (orgue)
- Cedric Lawson (piano électrique)
- Reggie Lucas (guitare électrique)
- Khalil Balakrishna (sitar électrique)
- Michael Henderson (guitare basse)
- Al Foster (batterie)
- James Mtume Foreman (percussions)
- Badal Roy (tablâ)
- Sonny Fortune (flute)
- Carlos Garnett (saxophone)
- Musiciens De La Séance De 1973:
- Miles Davis (trompette, piano électrique, orgue)
- Dave Liebman (flûte)
- John Stubblefield (saxophone soprano)
- Pete Cosey (guitare électrique)
- Reggie Lucas (guitare électrique)
- Michael Henderson (guitare basse)
- Al Foster (batterie)
- James Mtume Foreman (percussions)
- Musiciens De La Séance De 1974:
- Miles Davis (trompette, orgue)
- Dave Liebman (saxophone soprano, flûte)
- Sonny Fortune (flûte)
- Pete Cosey (guitare électrique)
- Dominique Gaumont (guitare électrique)
- Michael Henderson (guitare basse)
- Al Foster (batterie)
- James Mtume Foreman (percussions)


1. He Loved Him Madly (enregistré En 1974)
2. Maiysha (1974)
3. Honky Tonk (1970)
4. Rated X (1972)

1. Calypso Frelimo (1973)
2. Red China Blues (1972)
3. Mtume (1974)
4. Billy Preston (1972)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod