Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bernard Benoit
- Membre : Genesis

Anthony PHILLIPS - Ahead Of The Field (2010)
Par MARCO STIVELL le 28 Août 2010          Consultée 1593 fois

Ant nous surprendra toujours... On le sait depuis longtemps, il est capable de ressortir des vieilleries, des trésors insoupçonnés, que cela date de l'époque où il était chez Genesis, ou de ses années de "silence" durant les années 70, voire avec des morceaux qui n'ont pas trouvé leur place sur les albums. On pourrait lui reprocher de trop se reposer sur ses "lauriers" (bien qu'à part les fans, personne n'irait le couronner ainsi), dans la mesure où l'absence d'album "normal" depuis Slow Dance en 1990 (déjà...) est comblée par la parution plus ou moins régulière d'albums remasterisés et d'autres très divers, des Private Parts & Pieces (même si le dernier date déjà de plus de 10 ans...), des Archive Collections, des Missing Links... Et c'est vers ces derniers que l'on se tourne. Le dernier volume en date a été publié au milieu de l'année 2009, et ce n'est même pas douze mois après Pathways And Promenades que sort ce cinquième recueil de musique pour télévision et documentaires.

Seulement Ahead of the Field n'est pas un Missing Links, contrairement à l'album de l'an dernier. La raison pour laquelle il en est ainsi officiellement m'est inconnue, mais j'ai tout de même ma petite idée. Un Missing Links, si l'on prend le cas de Finger Painting, The Sky Road, Time And Tide et Pathways And Promenades (les quatre volumes), est un album de musique écrite par Anthony PHILLIPS pour le monde audiovisuel donc - rappelons que c'est le travail "alimentaire" de ce génie -, et qui, malgré la participation active d'autres musiciens (notamment pour Time And Tide qui est une collaboration avec le musicien japonais Joji Hirota), reste un travail réalisé avant tout par Ant, et AVEC Ant pour la majorité de l'ensemble du travail. C'est ainsi que Ahead of the Field se distingue du reste. Il s'agit à la base d'un disque-commande des dirigeants d'un label indépendant du nom de De Wolfe, et l'origine de cette commande se situe au milieu des années 80, donc avant même Finger Painting qui date de 1989. Mais Ahead of the Field (à la pochette qui évoque plus un disque de hip hop, on est loin de la poésie des Private Parts & Pieces) est sorti en édition vinyle limitée. Il s'agit donc ici d'une réédition de cet album obscur. Ant a bien évidemment composé toute cette musique, ce qui comme on le verra, représentait une continuité du travail réalisé pour Invisible Men en 1983 et en même temps une rupture totale avec les albums que le musicien publiait au beau milieu de la décennie. En revanche, il n'a que très très peu participé à la présentation de l'oeuvre, par le biais de l'instrumentation et de l'enregistrement j'entends. La musique a été écrite pour un groupe (ou plutôt un pseudo-groupe, des musiciens de session en formation resserrée) et c'est ce groupe qui joue. Ant n'en fait pas partie, il a juste apporté quelques overdubs de guitare et clavier.

C'est donc la première fois que nous avons sous la main un disque d'Anthony PHILLIPS où celui-ci, ne serait son rôle de compositeur, ferait presque office de figurant. Ceci dit, ce n'est pas un mal, il peut en quelque sorte jouer au directeur musical... même si comme pour Invisible Men, on se doute un peu qu'il ne doit pas en être très fier, quoique... Pourquoi ? Parce que c'est archi-synthétique et que même si cette fois il n'y a pas de paroles, ça reste bien dans le contexte de l'époque. Ant n'aime pas Invisible Men, il le déteste même, ça on le sait. Si on se dit qu'il rejette tout ce qui peut lui rappeler cette période difficile, à commencer par un genre de pop synthétique même instrumentale, on comprend facilement qu'il n'aime(rait) pas ce Ahead of the Field... Mais en même temps, Ant c'est aussi celui qui a écrit et publié "K2", l'album 1984, tous les titres archi-synthétiques de Finger Painting... Peut-être qu'il trouve un terrain d'entente avec cette musique particulière lorsqu'elle ne s'inscrit pas dans un caractère "pour plaire aux masses". Et du coup, là on comprend mieux une oeuvre comme Ahead of the Field, beaucoup mieux même.

Car au-delà de l'aspect hyper-chargé dans la grosse machinerie, réverb', batterie électronique, synthé à la "L'Aziza" de Balavoine comme sur "Forging Ahead" (à moins que ce ne soit notre cher Daniel qui ait écouté Ant ?), tout ce qui fera fuir les détracteurs des eighties et attirer ceux qui les adorent comme moi, et bien que tous ces thèmes ne dépassent pas la troisième minute en termes de durée, il y a une certaine matière à produire une oeuvre plus réfléchie que les "Love in a Hot Air Balloon" et "Golden Bodies" (sur l'album Invisible Men), et c'est le cas. On arrive même à percevoir de çi de là les influences classiques d'Ant, mais cuisinées à la sauce gazpacho piquant des années 80 (sur "Incentives" par exemple). Ce n'est donc absolument pas une mauvaise chose, et on sent que même si le maître n'est présent que de loin dans l'instrumentation, ces musiciens de studio sont parfaitement en place et impliqués, notamment le claviériste qui le "remplace" au pied levé (le mot est fort peut-être, Ant est irremplaçable !). Le batteur fait ses petits breaks de temps en temps, le bassiste est bien en avant et s'amuse à slapper, le guitariste quant à lui est plus discret mais fait pas mal d'interventions intelligentes à l'électrique (sur le morceau-titre entre autres). Sans que les morceaux se ressemblent, on peut dire aisément que tous sont réussis dans leur style et se valent, même si le planant "Knowledge of Man" se dégage particulièrement. Tout ça n'a donc pas grand-chose à voir avec les travaux de 12 cordes et piano solo que Ant préparait à l'époque (Twelve et Ivory Moon), c'est tout de même tout aussi intéressant, peut-être moins surprenant à cause du son mais tout aussi représentatif du génie de ce grand homme, chose à propos de laquelle il y a bien longtemps que je n'ai plus trouvé à redire.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


Anthony PHILLIPS
Private Parts & Pieces Vi - Ivory Moon (1986)
Beau comme une lune d'ivoire




Anthony PHILLIPS
Private Parts & Pieces Iii - Antiques (1982)
Guitares en duo


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Ray Russell (guitare électrique)
- Paul Westwood (basse)
- Harold Fisher (batterie électronique)
- Trevor Bastow (claviers)
- Anthony Phillips (overdubs guitares et claviers)


1. High Potential
2. Stress Factor
3. Ahead Of The Field
4. Directions
5. View Points
6. Activator
7. Data Express
8. Time Runner
9. Metal Man
10. Knowledge Of Man
11. Forging Ahead
12. Databank
13. Incentives
14. Touchline



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod