Recherche avancée       Liste groupes



      
GUITARE 12 CORDES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bernard Benoit
- Membre : Genesis

Anthony PHILLIPS - Private Parts & Pieces V - Twelve (1985)
Par MARCO STIVELL le 20 Novembre 2010          Consultée 1517 fois

Le milieu des années 80 est une période plutôt calme en ce qui concerne les productions de la famille Genesis, mais Ant, lui, se donne à fond. Quelques mois à peine sont passés depuis A Catch at the Tables, le quatrième volume de ses désormais bien connus Private Parts & Pieces, et voici déjà le cinquième.

Twelve est, de tous, sans aucun doute le plus curieux, le moins évident, et aussi le moins apprécié de la série. Inspiré (du moins c’est ce qu’Ant nous dit, et connaissant son humour habituel par rapport à cette personne-là...) par une opérette de son ami Sir Ralph Bernascone, Ant se fixe le concept suivant : une guitare 12 cordes seulement pour douze titres, chacun représentant l’un des douze mois de l’année.

Je n’ai au demeurant que peu de choses à dire concernant ce disque, que j’aime beaucoup, mais à propos duquel il est dur de faire des discours sans verser dans un déballage de mots techniques, ce qui n'est pas mon but, ni même de mon niveau. Je conçois tout à fait que le grand public boude ce genre de formule, guère attractive au premier abord (il faut vraiment être un mordu dans mon genre pour se jeter dessus), sachant de plus que chaque morceau ne descend pas en dessous des cinq minutes. Twelve serait donc un album à réserver aux fans, et encore…

Cependant lorsque l’on creuse un petit peu, on s’aperçoit qu’il a lui aussi son charme, on peut même dire qu'il n'en manque pas et le révèle à sa manière. Déjà la pochette de Peter Cross est une fois de plus magnifique et fait à elle toute seule du disque un objet à posséder, comme tous les autres. Ensuite il y a plusieurs façons d’aborder Twelve, de l’écouter. On peut faire dans le pire des cas un morceau par mois histoire de s'en tenir au contexte, ou comme je le conseille souvent et cela prend il est vrai beaucoup moins de temps, écouter une moitié du disque, marquer une pause, puis reprendre… Tout est possible pour avaler cette oeuvre de manière fragmentée plutôt que d'un seul coup.

Un morceau par mois n’est pas une si mauvaise idée (même si prendre une année pour découvrir un album peut sembler farfelu), car on peut se rendre compte plus facilement de ce qui fait en grande partie le charme de l’œuvre. J’ai déjà dit qu’Ant possède une formidable capacité d’adaptation par rapport aux objectifs qu'il se fixe notamment pour des thématiques musicales, et il le prouve une nouvelle fois ici. Qu’il joue calmement avec des arpèges bien tissés ou avec dynamique, sans oublier des accords à la fois recherchés et fabuleux, les ambiances sont créées et bien réelles, très fortes même. Pour certains titres, notamment ceux d’hiver et d’été (ou encore le très beau "September" pour la monotonie exprimée par la chute des feuilles d'arbres), c’est tellement réussi que l’on s’y croirait presque, quelque soit la saison où l’on se trouve et lors de laquelle on découvre le disque. On s’imagine très bien le vent d'avril, le froid en janvier et février, le doux et joli mai, la neige qui tombe en décembre… Plein de choses de ce style. Ceci dit, Twelve reste une oeuvre difficile car il va de soi que même un instrument possédant une possibilité de notes assez étendue comme la guitare 12 cordes n'empêche pas la naissance d'un sentiment quelque peu perplexe chez l'auditeur. Et c'est là que le génie d'Ant rentre une fois de plus en jeu, dans le sens où il sait varier son utilisation de l'instrument, avec en dehors des arpèges et accords captivants par leur sonorité claire, des moments de folie inédite (sur "November" ainsi que sur "April", où elle rappelle celle de "Flamingo" en mieux), ou bien de frottements "expérimentés" comme à la fin ou au beau milieu de "August" et "October".

Pari réussi en somme, mais qui demande du temps et une certaine attention. Pas simple de s’adapter à un disque entier pour un seul instrument, mais tout le jeu est là ! Et celui de la 12 cordes aussi...

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Gabriel YACOUB
Quatre (1994)
La beauté semée aux quatre vents




MERMAID KISS
Another Country (2012)
Dentelle musicale


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Anthony Phillips (guitare acoustique 12 cordes)


1. January
2. February
3. March
4. April
5. May
6. June
7. July
8. August
9. September
10. October
11. November
12. December



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod