Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bernard Benoit
- Membre : Genesis

Anthony PHILLIPS - The Meadows Of Englewood (1996)
Par MARCO STIVELL le 6 Mai 2011          Consultée 1499 fois

The Meadows of Englewood, c’est le fruit d’une collaboration entre deux amis, deux musiciens hors du commun. L’un est anglais, l’autre espagnol, ils enregistrent en Angleterre, aux studios Englewood, mais le disque paraît sur le label espagnol de CAZENAVE, Astral. Ant, on le connaît bien. Guillermo CAZENAVE est, à l'instar de son compagnon un guitariste-claviériste qui depuis les années 70 a beaucoup œuvré à travers une musique personnelle, très vite raccrochée au genre new-age. Il est donc peu étonnant d'imaginer que ce nouveau travail ira dans ce sens-là.

La première partie de l’album (les deux premiers morceaux) est un regroupement des meilleurs moments de cette collaboration, composés à deux, et joués à deux. Pour le premier, "Peggy in the Skies Without Diamonds", Guillermo se charge des nappes, tandis que Ant est à la guitare et réalise des arpèges on ne peut plus cristallins. Le morceau est élégant, ne semble pas vouloir aller bien loin mais cela reste un bon début. Pour le morceau-titre, c’est l’inverse : Guillermo à la guitare, Ant aux claviers. Malgré un son assez froid, "Peggy in the Skies Without Diamonds" est une pièce d’une grande intensité, mais le morceau-titre fait encore mieux à ce niveau-là. Il s’agit d’une suite de plus de trente-cinq minutes (!) absolument fabuleuse, alternant des moments planants et d’autres plus enlevés, toujours d’une beauté époustouflante et d’un certain lyrisme. Ceci étant dû à la guitare électrique que Guillermo fait chanter, tel un violon, ainsi que bien sûr grâce à Ant qui passe des nappes et autres sons enchanteurs à un piano idéalement placé. L’ensemble est d’autant plus impressionnant que même avec des accents new-age, toute sensation d’ennui est à bannir, en raison des divers rebondissements, qui n’empêchent pas la plus grande fluidité de s’instaurer. En un mot : un chef-d’œuvre.

La deuxième partie de l’album est plus disparate tant dans le domaine musical que personnel, Ant et Guillermo passant la moitié du temps chacun de leur côté. Les morceaux sont composés individuellement et sont des reprises de leurs albums solos respectifs. Guillermo propose le joli "The Circle" et le mystérieux "The Agent Mulder Never Resolves a Single Case" qui, s’ils ne sont pas d’un intérêt mélodique aussi important que les morceaux de la première partie, restent deux très bonnes pièces d’ambiances. Du côté d’Ant, on retrouve les folksongs "Lucy : an Illusion" et "She’ll Be Waiting" qui, aussi belles soient-elles, n’égalent pas un instant leurs versions d’origine, en grande partie en raison du chant d’Ant, moins juste et plus rauque. Il se réserve aussi une petite (façon de parler) improvisation à la 12 cordes de près de neuf minutes, "Picaresca", qui reste très aboutie et plaisante à écouter. Quant au fameux "Ocho Pomelos Con Pimienta...", ce n'est rien de plus qu'un délire studio entre les deux compères, Ant nous dévoilant son rire, ce qui en fait un collector pour un fan mais n'est pas pour autant indispensable sur un tel disque !

Malgré un certain déséquilibre entre ces deux parties et le regret que les deux compagnons n'aient pas plus œuvré ensemble, l’expérience, demeurée unique (ou presque), est une bonne réussite, surtout pour cette fantastique suite éponyme. Bien sûr, il s'adresse avant tout aux amateurs de new-age, voire aux simples collectionneurs intéressés par la discographie totale de l'un ou l'autre artiste. Le son froid peut aussi être un frein à l'appréciation du disque, mais la musique reste ce qu'elle est, pleine de charme, pour la première partie du moins. Quel dommage que The Meadows of Englewood soit des plus difficiles à se procurer… Il figure bien sur la compilation All Our Lives sortie au début des années 2000, mais celle-ci n'est pas vendue partout non plus, loin de là.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par MARCO STIVELL :


GANDALF
From Source To Sea (1988)
Doux et limpide




ENYA
Shepherd Moons (1991)
Le meilleur d'Enya


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Anthony Phillips (guitares, claviers, chant)
- Guillermo Cazenave (claviers, guitares, chœurs)


1. Peggy In The Skies Without Diamonds
2. The Meadows Of Englewood
3. Lucy : An Illusion
4. The Agent Mulder Never Resolves A Single Case
5. Sortilege
6. She’ll Be Waiting
7. The Circle
8. Picaresca
9. Ocho Pomelos Con Pimienta, Prestame Un Mango, Pibe



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod