Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marcus Miller
- Style + Membre : Space Art
 

 Site Officiel (462)
 Guide Jean-michel Jarre (503)

Jean-michel JARRE - Electronica 1: The Time Machine (2015)
Par WALTERSMOKE le 30 Octobre 2015          Consultée 3717 fois

12 ans ! Cela faisait 12 ans que l'on n'avait plus eu d'album studio de la part de Jean-Michel Jarre ! Enfin un digne successeur au méritant Geometry of Love est arrivé et...

« Mais patron, et Teo & Tea alors ? C'est pas bien de.. »

*SBLAAAAF*

Pardon Billy, que disais-tu ? Bon, bref, Jean-Michel Jarre est donc bel et bien de retour sur le devant de la scène. Le moins que l'on puisse dire, c'est que de l'eau aura passé sous les ponts depuis tout ce temps. JMJ en aura connu des choses, aussi bien sur le plan personnel que professionnel, surtout en huit ans de hiatus. Ce que les fans réclamaient cependant et avant tout, c'était un nouvel album studio. L'attente fut longue, le concert princier à Monaco a fait monter l'engouement, la mort successive des parents de Jarre a fait relativiser l'attente... et puis... et puis le rêve devenu chimère de certains est devenu réalité en 2015, lorsqu'est sorti "Glory", premier single d'un futur album composé avec le groupe M83. En quelques mois les singles se sont succédé, avec tout autant de featurings prestigieux, la hype est montée, et puis finalement, en octobre 2015, le voici flambant neuf. Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, je vous présente Electronica 1: The Time Machine, par Jean-Michel Jarre !

Electronica 1: The Time Machine, plus qu'un « simple » retour discographique, est une véritable odyssée aux caractéristiques particulières. Primo, Jarre a décidé de raconter à sa manière l'histoire de la musique électronique – d'où le titre – en faisant appel à de nombreux collaborateurs, aussi bien des vieilles gloires (AIR, John Carpenter...) que de nouveaux loups (Gesaffelstein, Little Boots...). Secundo, notre JMJ national a pris tout son temps pour enregistrer son oeuvre, en prenant soin de partir à la rencontre de chacun de ces fameux collaborateurs plutôt que de tout enregistrer à distance. Une attitude honorable et réhumanisante, ce qui fait plaisir à voir. Et voilà donc un nouvel album, composé de duos en tout genre ou presque, ce qui rappellerait en somme le dernier Daft Punk.

Très bien, mais concrètement, dans les faits, tout ceci, sans être inutile (allons donc), ne suffit pas à combler l'impatience de certains qui hurleront : « Alors Jean-Michel Jarre, ça tue ou pas ??? ». Donc, comment dire... euh...

FAITES PÉTER LE CHAMPAGNE §§§

Ah, ça pour un retour qui fait plaisir, c'est un retour qui fait plaisir ! Electronica 1 est une vraie réussite, truffée de morceaux vraiment jouissifs à écouter. En plus d'avoir bien choisi ses collaborateurs, Jean-Michel Jarre a réussi à enchaîner les compositions d'excellente qualité. Plus encore, malgré les multiples associations, il parvient à chaque fois à imposer sa patte unique, et ne fait pas de simple rappel en mode « coucou c'est moi » – encore une fois, une pensée pour Random Access Memories, devenu trop transparent et impersonnel à cause des invités.

Évoquons en premier lieu les mauvais morceaux, car Electronica 1 en est malheureusement doté. Little Boots, faisant partie de la relève, peine à convaincre sur "If... !" : si la musique coécrite avec Jarre est plus convaincante que dans les oeuvres solo de l'Anglaise, force est de constater que le chant n'est pas top du tout. Le morceau final écrit avec Lang Lang, "The Train & The River", peine à convaincre tant il est foutraque, et j'ai déjà parlé de "Conquistador" et "Glory" dans les chroniques correspondantes.

L'abcès crevé, il vaut mieux s'attarder sur le reste, décidément très jouissif. Le premier morceau qui interpellera le connaisseur de musique électronique sera forcément "Zero Gravity", avec Tangerine Dream en invité ! De plus, il s'agit du dernier morceau sur lequel aura travaillé le regretté Edgar Froese avant de passer l'arme à gauche. En plus du caractère hautement émouvant, le morceau est une belle alchimie électronique entre deux mythes de la musique moderne, qui se pare d'un ambient élégiaque. Tant qu'à rester dans l'émotion, on peut aussi parler du sympathique "Rely on Me", où la voix familière de Laurie Anderson surgit de nulle part. Moby, que la plupart des gens ont oublié après 2005, débarque pour sa part sur un beau "Suns Have Gone", qui n'a de Jarre que le son – si le piano électrique n'est pas du Moby pur jus, je veux bien devenir un pangolin. Que dire également du dansant "Travelator Pt.2" (je cherche encore la partie 1) interprétée par un vieux Charlie Winston... ah pardon, Peter Townshend, du charmant "Close Your Eyes" avec AIR, ou bien de "Stardust", qu'on s'attendait être un truc passable parce que Armin van Buuren ? Pour ma part, je retiendrais en priorité l'ouverture "The Time Machine", qui pose bien les choses, ainsi que le court mais sombre et profond "A Question of Blood", ce qui est logique quand on sait que c'est le duo Jarre/Carpenter.

En y réfléchissant, Electronica 1 rappelle de loin Métamorphoses, véritable album de la rupture. Même volonté d'intérêt pour l'électronique contemporaine, même afflux d'invités (à toute autre échelle, on en conviendra)... avec en plus, sur l'opus de 2015, une rétrospective et surtout de véritables tubes potentiels sous le bras. Bravo Jean-Michel, alors là, bravo. Tu nous avais perdus avec le temps, mais en créant un album où tu montres ce qu'est une VÉRITABLE collaboration qui déchire, tu as imposé le respect. Et ce ne sont pas les derniers chiffres de vente qui diront le contraire.

Franchement, respect.

Et on espère que Electronica 2, prévu pour 2016, sera tout aussi bon.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Jean-michel JARRE
Equinoxe (1978)
Mieux qu'Oxygène ? Assurément !




Richard WAHNFRIED
Tonwelle (1981)
Le vrai bon départ de Schulze dans les années 80


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jean-michel Jarre
- +
- Boys Noise
- M83
- Air
- Vince Clark
- Little Boots
- Fuck Buttons
- Moby
- Gesaffelstein
- Pete Townshend
- Tangerine Dream
- Laurie Anderson
- Armin Van Buuren
- 3d
- John Carpenter
- Lang Lang


1. The Time Machine
2. Glory
3. Close Your Eyes
4. Automatic
- Part 1
- Part 2
5. If...!
6. Immortals
7. Suns Have Gone
8. Conquistador
9. Travelator (part 2)
10. Zero Gravity
11. Rely On Me
12. Stardust
13. Watching You
14. A Question Of Blood
15. The Train & The River



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod