Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marcus Miller
- Style + Membre : Space Art
 

 Site Officiel (548)
 Guide Jean-michel Jarre (599)

Jean-michel JARRE - Les Granges Brûlées (1973)
Par WALTERSMOKE le 26 Juin 2017          Consultée 648 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Jean-Michel JARRE et la musique de films, ce n'est pas une grande histoire d'amour. Certes, on a entendu çà et là des morceaux de ses albums studios ("Arpégiateur" dans 9 semaines et demi, par exemple), mais à ce jour, il n'existe qu'un seul film pour lequel J-M.J a bien consenti à écrire quelque chose de spécifique. Il avait pourtant les épaules pour, tout comme VANGELIS et TANGERINE DREAM qui en ont fait leurs fonds de commerce dans les années 80. Serait-ce par manque d'intérêt ? Après tout, tout artiste a ses préférences et aussi ses non-coups de cœur. Il y a aussi l'ombre du père Maurice qui avait, selon son fils, une sorte de chasse gardée sur le domaine.

Quoi qu'il en soit, Jean-Michel JARRE a composé l'intégralité de la musique d'un film une fois. En 1973, sort Les Granges Brûlées. Présenté à première vue comme un polar, le film réalisé et co-écrit par Jean Chapot réunit pour une deuxième fois Alain Delon et Simone Signoret à l'écran, rien que ça ! Le tournage était cependant chaotique, surtout à cause des relations entre Delon et Chapot, sans compter l'amour de la bibine pour Signoret. Le film a tout de même pu sortir et déboucher sur un polar aussi particulier que bancal. À travers le récit d'une enquête sur un meurtre dans le Haut-Doubs en hiver, on perçoit surtout un puissant rapport de forces entre un juge citadin (Delon) zélé et déterminé et une mère de famille (Signoret) prête à bien des écarts pour protéger sa rurale maison. De manière plus large, Les Granges Brûlées est intéressant en tant que démonstration des relations on ne peut plus tendues entre la ville et la campagne, rapports d'ailleurs toujours d'actualité. Mais le film accuse de très nombreuses longueurs et le fil rouge, à savoir l'assassinat sur lequel le juge enquête, débouche sur un dénouement que je ne révélerai pas ici (ce film est quand même vraiment à voir), mais qui est négativement étonnant.

Côté musique, Chapot fait donc appel à Jean-Michel JARRE, là où d'autres auraient pris un compositeur classique. Or, en 1973, c'est encore le J-M.J expérimental qui est présent, avec ses synthés un peu cheap et ses bruitages divers. Le vinyle vendu en magasins est historique à plus d'un titre car il s'agit du premier 33 tours vendu en France, Deserted Palace (1972) n'étant destiné qu'au marché américain. La musique qui y figure, en revanche, est bien plus spéciale à aborder. Elle est tout de même relativement accessible et, au sein du film, sa présence relativement discrète (l'album fait 28 minutes pour un film qui en compte 94) ajoute une ambiance froide, intrigante et angoissante aux scènes. Ensuite, comme pour beaucoup d'autres films, notamment à l'époque, la B.O. des Granges Brûlées se résume à décliner la plupart du temps un même thème, avec quelques petites variations. Et pour être franc, le thème principal est une petite réussite. On pourra apprécier les vocalises hantées de la chanteuse hélas inconnue, ou à défaut se replier sur un autre extrait cette fois instrumental. Après, même sur 28 petites minutes, l'entendre à foison devient vite saoulant.

Outre ce fameux thème, J-M.J se distingue avec "Zig-Zag", un morceau complètement en dissonance avec le reste de la musique. Dans le film, on ne l'entend que quelques secondes à travers une radio, mais la version du 33 tours est une ritournelle absolument kitschissime de 2 minutes reprise curieusement de nombreuses fois au milieu des années 70, et parfois avec des paroles – mais il ne faut pas se mortifier à les écouter. Bien plus intéressant est "Le Juge". Les jarrophiles qui découvrent l'album après avoir écouté tous les grands classiques se diront forcément « hé mais j'ai déjà entendu ça ! ». Et pour cause : la mélodie du morceau est dans un premier temps reprise pour "La Mort du Cygne", chantée par Gérard Lenorman en 1975, avant de servir en 1986 de colonne vertébrale à... "Rendez Vous III" ! Et oui, JARRE n'a pas attendu Musique pour supermarchés pour recycler (avec raison) certains morceaux oubliés de sa carrière.

Malgré tout, Les Granges Brûlées est une œuvre qui, dans son ensemble, reste anecdotique. Loin des futures cathédrales sonores que seront Oxygène (1976) et Équinoxe (1978), loin des contemporains qui proposent déjà une musique électronique plus proche de l'intemporalité, elle est condamnée à rester une curiosité ne fonctionnant à plein régime qu'avec son film, et trop bizarre et datée pour être qualifiée d'indispensable à écouter.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Jean-michel JARRE
Essentials And Rarities (2011)
Une compile qui vaut le coup




Jean-michel JARRE
Planet Jarre (2018)
Juste une (grosse) mise au point


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jean-michel Jarre (tout)


1. La Chanson Des Granges Brûlées
2. Le Pays De Rose
3. L'hélicoptère
4. Une Morte Dans La Neige
5. Zig-zag
6. Le Juge
7. Le Car/le Chasse-neige
8. Thème De L'argent
9. Rose
10. Hésitation
11. La Perquisition Et Les Paysans
12. Reconstitution
13. Les Granges Brûlées
14. Descente Au Village
15. La Vérité
16. Générique



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod