Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO-ETHNIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marcus Miller
- Style + Membre : Space Art
 

 Site Officiel (831)
 Guide Jean-michel Jarre (925)

Jean-michel JARRE - En Attendant Cousteau (1990)
Par WALTERSMOKE le 12 Janvier 2013          Consultée 5564 fois

Et voici venir un bon album de Jean-Michel JARRE. Il n'est certes pas difficile de créer un bon successeur au médiocre Révolutions, mais pour un artiste qui n'a eu de cesse de faire des albums de qualité, ce dernier pouvait paraître comme le premier signe de l'inexorable déclin. Cependant, JARRE n'en est pas (encore) là, et puis il reste énormément apprécié pour ses spectaculaires concerts, comme celui donné le 14 juillet 1990 à la Défense (2,5 million de spectateurs et une nouvelle entrée dans le Guinness, ça ne ment pas). De ce fait, pour aborder les années 90, le claviériste français qui continue de verser dans l'électro-ethnique décide alors de rendre un hommage appuyé au célébrissime commandant Cousteau, et en musique donc avec la sortie en 1990 de l'album En Attendant Cousteau (et non Cousteau On The Beach, car pour ce dernier, les plages c'est une catastrophe écologique). Il s'agit de l'album le plus long qu'il ait jamais composé, avec une heure de musique segmentée en quatre titres.

À l'écoute de l'album, il est facile de ressentir à quel point il renvoie à l'univers si particulier et impressionnant qu'est le monde marin. Les trois premiers morceaux, enregistrés en partie à Trinidad-Et-Tobago, forment ce qui pourrait être appelé la suite Calypso, en référence au bateau de Cousteau et à la danse traditionnelle du pays. Et il faut admettre que, même s'ils ne figurent pas parmi les meilleurs morceaux du musicien français, ils y sont presque, en plus de présenter leurs éléments originaux respectifs. Ainsi, "Calypso 1" fait entendre les steels drums, ces percussions endémiques au son bien reconnaissable entre mille. L'ambiance est propice à la fête, le rythme dansant très entraînant et, franchement, il y a de quoi être étonné que ce soit JARRE qui ait composé ce morceau. A la deuxième partie de Calypso, il s'agit en revanche d'une autre paire de manches, l'ambiance balnéaire et festive laisse place à une véritable aventure sous-marine, une illustration sonore d'un voyage dans les profondeurs des océans. Le morceau n'est toutefois pas tout à fait convaincant, la faute à une composition un peu trop 'américaine', dans le sens où JARRE montre ici quelque chose d'impressionnant mais peu émotif, et qui se veut aussi épique mais ne l'est finalement que très peu. De l'émotion, justement, il y en a trop dans la troisième partie, sous-titrée 'Fin de siècle' qui certes pleure le destin tragique du bateau – moisissant d'ailleurs à Concarneau de nos jours – mais exagère le trait, notamment avec le solo de guitare arrivant vers la fin.

Sitôt les trois Calypso écoutés, on arrive au plat de résistance, le morceau-titre. Du haut de ses 47 minutes, il paraît légitime de s'attendre à un gros délire musical avec moult variations et changements de thèmes, à l'image d'Amarok de Mike OLDFIELD sorti la même année. Eh bien... non ! Il s'agit d'un gros pavé ambient qui coule (hahaha) avec des nappes de claviers s'éternisant, soutenues de temps à autres par quelques notes de piano. Alors oui, il y a de quoi crier à l'arnaque et pester contre JARRE, mais sur un album dédié à la mer, il fallait s'y attendre, d'autant que parmi les premières images qui viennent à l'esprit quand on parle des océans, c'est le calme (relatif bien sûr). La première écoute est agaçante, mais en faisant fi de la déception relative, et surtout si les attentes ne sont pas trop grandes, il est possible de pouvoir apprécier pleinement "En Attendant Cousteau", et de s'immerger (hahaha) dans une ambiance aquatique des plus agréables.

S'il ne se place clairement pas parmi les grandes oeuvres de JARRE, En Attendant Cousteau reste un album acceptable en musique de fond, ayant au moins le mérite de bien respecter la thématique choisie, au contraire de Révolutions. De plus, il fait office de bel hommage au commandant Cousteau, même s'il aurait pu être meilleur.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
Dziękuję Poland (1983)
Klaus, kochamy cię !




KRAFTWERK
Minimum-maximum (2005)
Grande musique non-stop


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   STREETCLEANER

 
   (2 chroniques)



- Jean-michel Jarre (claviers)
- The Amoco Renegades (steel drums)
- Guy Delacroix (basse)
- Christophe Deschamps (batterie)
- Michel Geiss (claviers)
- Dominique Perrier (claviers)


1. Calypso 1
2. Calypso 2
3. Calypso 3 (fin De Siècle)
4. En Attendant Cousteau



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod