Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  COMPILATION

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marcus Miller
- Style + Membre : Space Art
 

 Site Officiel (491)
 Guide Jean-michel Jarre (527)

Jean-michel JARRE - Aero (2004)
Par MR. AMEFORGEE le 1er Novembre 2004          Consultée 7404 fois

Jean-Michel Jarre, un peu comme jadis le Concorde ou le Minitel, fait partie du « patrimoine culturel français » comme on dit, exportant de part le monde l’ « image de marque », de « modernité », d’ « innovation technologique », d’ « inventivité » en matière de musique (prononcer ces mots avec le ton démagogique de circonstance), de ce si beau pays de la baguette et du fromage qu’est la France. Et comme tout monument soumis aux affres de l’entropie, touché par les assauts du temps, il faut parfois s’offrir une petite cure de jouvence, un petit travail de restauration pour éviter de se retrouver soudain relégué dans le club des artistes désuets, que l’on n’évoque plus que par nostalgie, et que l’on ne daigne même plus écouter. Se retrouver has been, en bref.

Tel est le but avoué de cet Aero (à ne pas confondre avec Apéro, le nouvel album de Régine), qui tient sans doute autant (voire plus) de la technique marketing que de révolution artistique. Car en effet, la plupart des morceaux de cet album sont d’anciens titres, réarrangés pour coïncider avec les progrès technologiques de production du son et notamment le 5.1 (et trois morceaux inédits, quatre si l’on compte l’introduction de 30 secondes). D’ailleurs le titre est un diminutif pour « Anthology of Electronic Revisited Originals ». On trouvera donc pour le prix d’un album, un dvd, contenant l’album en version surround 5.1 et, grâce de l’artiste, un cd, pour ceux qui n’auraient pas la chance de posséder l’équipement home cinéma, merci pour eux.

Ainsi, puisqu’il s’agit d’une sorte de best-of amélioré (mais incomplet, cependant), la plupart des titres accrocheront l’oreille de l’auditeur. Jarre possède le sens de la mélodie qui fait la différence, au-delà de l’expérimentation électro. Rester accessible tout en maniant le mystère de la technologie. Evoquer des atmosphères sans paraître hermétique. Aero, c’est l’idée d’une certaine légèreté, d’un voyage aérien en des contrées délivrées de toute pesanteur, où l’imagination peut voguer sans contrainte et laisser libre cours à sa fantaisie, au gré des vagues de synthés et autres trouvailles sonores qui parsèment notre périple musical. Indéniablement, Jean-Michel Jarre est un musicien de l’air, de l’espace, et nous en avons une nouvelle fois la preuve ici. Le son est parfait, spatial, si l’on peut dire, immergeant pour ne pas dire bluffant, et l’on appréciera de retrouver les nouvelles versions d’Oxygène 2, de Souvenir Of China, avec ses nappes contemplatives au clavier entrecoupées du bruit des flashs des appareils photos et des balles de ping pong, d’Equinoxe 3 et 4, de Magnetic Fields 1 ou du Last Rendez-vous et sa partie de saxophone sidéral, etc. On a également le droit en bonus track au live du Quatrième Rendez-vous, toujours aussi excellent, et sans quoi mon avis aurait peut-être été moins positif.

A ce titre, pour paraphraser Stef dans sa chronique d’Oxygène, si à l’époque Jean-Michel Jarre était montré en exemple pour promouvoir la technologie de pointe d’appareillage hi-fi, il y a fort à parier qu’il peut être désormais cité en exemple pour l’utilisation du 5.1, car le résultat est franchement réussi.

Néanmoins, et vous imaginez bien qu’il y a une récrimination, on pourra trouver qu’il s’agit là d’un plat au fort goût de réchauffé. A part les reprises, les inédits en valent-ils vraiment la peine ? Rien n’est moins sûr. Aero, Aerology et Aerozone (il manque Aerobic, je ne sais pas pourquoi) sont plutôt sympathiques, on ne dira pas le contraire, mais ils ne soutiennent pas forcément la comparaison avec les vieux classiques du maître. Aero, dans la tradition jarrienne, propose une mélodie simple au piano, autour de laquelle de se déploie une ambiance un peu mystérieuse, le tout soutenu par un rythme technoïde des plus modernes. Aerology se démarque un peu, avec un riff plutôt rock’n’roll (si, si), assez rétro en fait, et sur laquelle viennent s’ajouter les différentes expérimentations électroniques, entre sons de cloches et autres accords de guitares. C’est original, mais je n’aime pas trop le résultat. Aerozone, quant à lui, commence de manière assez planante, nappes de synthé à l’appui, comme toujours, avant une montée en puissance soutenue par des pulsations rythmiques plutôt rapides. Un morceau rêveur plutôt intéressant, mais qui ne révolutionne pas le genre.

Gageons donc que le plaisir que vous aurez à écouter ce disque, variera en fonction de la qualité de votre matériel hi-fi. Si vous vous contentez des pitoyables baffles d’un ordinateur, vous trouverez Aero relativement moyen, ça c’est certain ; si vous écoutez Aero avec un bon petit ensemble stéréo, le plaisir sera déjà plus grand et assuré ; le pied étant évidemment de l’écouter avec l’appareillage dernier cri du home cinéma, et là, c’est absolument tripant, l'expression un peu barbare de "spatialisation du son" prend tout son sens.

Il me faut également commenter le contenu du dvd, qui, outre le fait de proposer le fameux son 5.1, présente une vidéo pour le moins particulière : il s’agit en fait d’un long plan séquence des yeux de l’actrice Anne Parillaud, filmée en train d’écouter Aero… D’un point de vue conceptuel, j’en apprécie l’idée : le spectateur/auditeur en train de regarder les yeux de quelqu’un en train d’écouter l’album. Jeu de miroirs, mise en abyme, l’amateur d’art en goûtera l’ironie spéculaire. Mais l’argument artistique ne légitime pas tout, on en conviendra. Ce n’est pas le genre de vidéo que l’on s’amuse à revisionner pour le plaisir, et même pour la regarder en entier une première fois, cela demande un certain courage, au-delà de la curiosité initiale. Elle intéressera surtout les ophtalmos, les fans de l’actrice, les fétichistes des grains de beauté et les chroniqueurs zélés. A part ça, l’intérêt en apparaît plus que limité. Mais comme le dit Jean-Michel Jarre lui-même, Aero n’a pas besoin d’accompagnement visuel.

Pour finir, on pourra dire, il me semble, que votre appréciation dépendra aussi de votre degré de connaissance de la sphère Jarre. Personnellement, je ne suis pas un exégète de sa discographie et donc, cet album m’a plutôt plu, de par la qualité des compositions et du son sidérant, mais c’est certain, les die-hard fans, ceux qui suivent le bonhomme depuis sa descente du berceau, risquent de se sentir abusés par le trop peu de nouveautés. Un super son ne légitime pas forcément l’achat d’un best-of, produit commercial s’il en est, déguisé en album, si celui-ci ne présente pas d’attraits suffisants (d’autant qu’un autre best-of est déjà sorti il y a quelques mois de cela). Ainsi donc, Aero partagera sans doute les avis, mais le mien est fait : à défaut d’une vraie révolution, il s’agit d’un très bon trip, pour les amateurs et les non spécialistes de l’artiste, et une bonne entrée en matière dans son univers de particules en suspension.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par MR. AMEFORGEE :


Jean-michel JARRE
Rendez-vous (1986)
Un autre classique de jarre: un voyage stellaire

(+ 1 kro-express)



ARANDEL
In D (2010)
Absinthe et maladies vénériennes


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Aero Opening
2. Oxygène 2
3. Aero
4. Equinoxe 8
5. Oxygène 4
6. Souvenir Of China
7. Aerology
8. Equinoxe 3
9. Equinoxe 4
10. Last Rendez-vous
11. Zoolookology
12. Aerozone
13. Magnetic Fields 1
14. Chronology 6
15. Bonus Track Rendez-vous 4 (live Version)

1. (dvd)
2. Aero Opening
3. Scène 1
4. Oxygène 2
5. Scène 2
6. Aero
7. Equinoxe 8
8. Oxygène 4
9. Scène 3
10. Souvenir Of China
11. Scène 4
12. Aerology
13. Scène 5
14. Equinoxe 3
15. Scène 6
16. Equinoxe 4
17. Scène 7
18. Last Rendez-vous
19. Scène 8
20. Zoolookology
21. Scène 9
22. Aerozone
23. Scène 10
24. Magnetic Fields 1
25. Scène 11
26. Chronology 6
27. Bonus Track Rendez-vous 4 (live Version)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod