Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marcus Miller
- Style + Membre : Space Art
 

 Site Officiel (465)
 Guide Jean-michel Jarre (505)

Jean-michel JARRE - The Symphonic (2006)
Par WALTERSMOKE le 3 Février 2013          Consultée 1426 fois

« Ce sont les instruments qui sont électroniques, pas la musique ». Voilà une bien belle phrase de Jean-Michel JARRE que devraient méditer tous ceux qui pensent qu'une association de claviers ne vaudra jamais la chaleur d'une guitare acoustique, et bim ! Le corollaire à cette assertion est donc que la musique de Jarre peut être jouée par un groupe de rock ou de musiques latines – ce qu'ont d'ailleurs fait les SHADOWS dans les années 80 avec la reprise très réussie d'Equinoxe – tout en gardant leurs qualités et leurs émotions. Et là, c'est le drame, avec l'album dont il est question dans cette chronique, à savoir The Symphonic Jean-Michel Jarre. Hé oui, le meilleur du compositeur français est revisité à la sauce philhar, comme tant de groupes tapant plutôt dans le rock (au hasard, LED ZEPPELIN, PINK FLOYD...). Quant à l'orchestre choisi, il s'agit du philharmonique de Prague – pour changer de celui de Vienne ou de Berlin – et dirigé par un certain Nic Raine, et on se demande s'il a bien fait son boulot.

Déjà au niveau de la track-list, une fois les trois premiers morceaux joués, disons-le franchement, c'est le bordel : quel intérêt de mettre Révolution Industrielle à la fin du premier CD ? Et puis, des morceaux comme "Eldorado" ou encore "Computer Weekend" passent de très mauvais morceaux à catastrophes indigestes grâce à la magie du philhar, le répertoire de JARRE est quand même assez vaste, d'autres choix auraient pu être faits. Et autre chose : c'est censé être une interprétation symphonique. SYMPHONIQUE. Alors le fait d'utiliser des samples électroniques de temps à autres est on ne peut plus illogique, m'enfin !

Faute de grives, on mange des merles, mais en voyant des comme ça on préférera la faim plutôt qu'autre chose. Exemple criant sur le premier disque, en dehors des deux horreurs citées plus haut, si "Chronologie 1" et "Gloria Lonely Boy" rendent assez bien, "Jonques De Pêcheurs Au Crépuscule", quant à lui, sonne vraiment comme un morceau oriental massacré par une occidentalisation poussive et peu majestueuse, ou du moins qui ne rend pas hommage à la compo originale; il convient également de citer "Chronologie 2", soit l'un des meilleurs titres jamais composés, qui fait l'objet d'une adaptation qui donne un côté kitsch de très mauvais goût. Quant à "Révolution Industrielle", autant les parties 1 et 2 surpassent les versions studio (mais où est la partie 3 ?), autant l'intro avec ses percussions bien trop sages et conventionnelles n'y parvient pas.

Le second disque arrive quant à lui à faire pire, malgré quelques exceptions. Ainsi, "L'Emigrant" devient enfin le morceau poignant et épique qu'il aurait dû être 18 ans plus tôt, et "Acropolis" se présente sous un beau jour malgré le côté hollywoodien trop pompier pour être honnête. Mais le reste...houlà ! On touche le fond avec les deux Rendez Vous, surtout "Rendez Vous IV", un véritable échec total, et pour "Oxygène 4", dont la présence était forcément inévitable, eh bien... comme qui dirait notre ami à tous Jean-Pierre Coffe : «C'est de la merde !!!»

Il faut néanmoins reconnaître quelque chose, c'est que les interprètes ont quand même fait un boulot formidable, et pas seulement la soliste Charlotte Kinder sur "Gloria Lonely Boy", mais l'orchestre a juste eu le malheur de jouer les mauvais morceaux avec les mauvais arrangements, dommage pour lui. Ce Symphonic Jarre ne restera donc pas dans les annales, mais aura le mérite de montrer qu'il est possible d'adapter de la musique électronique pour un ensemble classique – encore que Philip GLASS l'avait déjà fait avec brio en adaptant Icct Hedral d'APHEX TWIN.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par WALTERSMOKE :


Jerry GOLDSMITH
First Blood/rambo (1982)
C'était pas sa guerre !




BANDE ORIGINALE DE FILM
2001 : A Space Odyssey (1968)
La bo ultime d'un chef-d'oeuvre absolu


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Nic Raine (chef d'orchestre)
- Orchestre Philharmonique De Prague
- Charlotte Kinder (soprano)


1. Chronologie 1
2. Chronologie 2
3. Chronologie 3
4. Gloria Lonely Boy
5. Equinoxe 4
6. Jonques De Pêcheurs Au Crépuscule
7. Souvenir De Chine
8. La Dernière Rumba
9. Révolution Industrielle : Ouverture
10. Révolution Industrielle : Partie 1
11. Révolution Industrielle : Partie 2

1. Eldorado
2. Oxygène 13
3. Les Chants Magnétiques I
4. L'emigrant
5. Oxygène 4
6. Rendez Vous Ii
7. Rendez Vous Iv
8. Acropolis
9. Computer Weekend



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod