Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (9)
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marcus Miller
- Style + Membre : Space Art
 

 Site Officiel (830)
 Guide Jean-michel Jarre (924)

Jean-michel JARRE - Oxygene (1976)
Par WALTERSMOKE le 14 Juin 2013          Consultée 885 fois

S'attaquer à Oxygène, c'est prendre le risque de se prendre une volée de bois vert par ceux qui s'accrochent à l'un des (très) rares monuments de la musique électronique française. Il faut dire que JARRE a vraiment fait ici une oeuvre redoutable d'efficacité, avec une écriture incroyable et une ambiance futuriste, à la limite de l'onirique. Bref, dit comme ça, Oxygène est un superbe album.
Oui, mais... Parler d'originalité avec Oxygène, c'est montrer son ignorance du genre. JMJ a observé ses confrères outre-Rhin, a pioché sans vergogne chez Klaus Schulze, Tangerine Dream et même Harmonia pour relancer artistiquement sa carrière. Il était bien vu de vouloir continuer dans la Mé plutôt que de jouer les compositeurs pour la variété française (Christophe, Gérard Lenormand...), mais quand on sait comment il est arrivé à construire la « pièce maîtresse » de son oeuvre, impossible de lui pardonner d'office.

Cependant, Oxygène est le cas typique de la bonne copie. Même si l'on est au courant de la supercherie, force est de constater que l'album est incroyablement bon. JMJ a eu l'idée de génie pour percer, à savoir mettre dans sa mixture l'ingrédient ultime pour toucher les foules, à savoir le côté pop. Décision judicieuse, les quelques 10 millions d'exemplaires vendus et l'erreur répandue comme quoi Oxygène est l'impulseur de la musique électronique plaident en sa faveur.
Il ne faut pas bouder son plaisir pour autant, et rien que "Oxygène IV" saura convaincre qu'il y a tout de même du talent derrière tout cela. Mais s'arrêter sur ce titre résolument pop, c'est évacuer d'autres comme le grandiose Oxygène I, formidable ouverture spatiale, l'amer "Oxygène VI" ou encore l'amusant "Oxygène III" (originalité des titres, bonjour). C'est occulter également "Oxygène V", soit un morceau-fleuve en deux parties assez raté et désagréable.

Il est original d'avoir affaire à un ballon qui vole, même dégonflé. Bien sûr, l'altitude maximale atteinte sera inférieure, mais bien haute quand même. JMJ fera bien mieux par la suite, mais repart déjà d'un bon pied.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
Irrlicht (1972)
Klaus en solo, première !




KRAFTWERK
Exceller 8 (1975)
Drôle d'oiseau !


Marquez et partagez





 
   STEF

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Jean-michel Jarre (claviers, tous les instruments, programmation)


1. Oxygène (part I)
2. Oxygène (part Ii)
3. Oxygène (part Iii)
4. Oxygène (part Iv)
5. Oxygène (part V)
6. Oxygène (part Vi)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod