Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-PROG  |  STUDIO

Commentaires (21)
Questions / Réponses (2 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Trespass
1971 Nursery Cryme
1972 Foxtrot
 

- Membre : Peter Gabriel , Flaming Youth, Frank Zappa , Guaranteed Pure, Gtr, Daryl Stuermer , Squackett, Stiltskin, Brand X, Mike & The Mechanics, Mike Rutherford , Anthony Phillips , Tony Banks , Cut_, Phil Collins , Ray Wilson , Steve Hackett , Quiet World

GENESIS - And Then There Were Three... (1978)
Par ONCLE VIANDE le 18 Octobre 2011          Consultée 1556 fois

Ce disque a rompu des amitiés, brisé des familles et généré des conflits géopolitiques majeurs. …And then there were three… seventies ou eighties ? Rupture ou continuité ? Tête de veau farcie ou pâtes bolognaises ? Entre acharnement thérapeutique et acharnement tout court, cinq chroniqueurs pour décortiquer l’objet et venir à bout de la polémique…ou la relancer.

…and then there were three… conserve du disque précédent de nombreuses sonorités, possédant ainsi des ambiances similaires pouvant susciter rêverie et nostalgie. En revanche, tout dans son écriture et sa conception augure des suivants : prédominance du format chanson, simplification des arrangements, uniformisation des rythmes. Premier Constat : la musique de GENESIS perd sa flamboyance et sa poésie. Second Constat : elle ne gagne en retour qu’un fâcheux penchant pour la mièvrerie. Résultats : du rêve au rabais, un public plus féminin et un disque d’or.

Hackett manque cruellement comme guitariste mais son départ ne doit pas masquer les raisons contextuelles du revirement : Tormato, The Quiet zone, Attahk, The Missing Piece, Love Beach, Out of Reach… dois-je continuer ? Quant à la question de savoir à quelle décennie il appartient – musicalement j’entends – je répondrais ni l’une ni l’autre, ne présentant aucune caractéristique propre aux courants majeurs des susdites décennies. Ni post-hippie ni post-punk, ni prog ni FM, ni exigeant ni accrocheur. Une pop entre deux chaises qui à aucun moment hélas ne convainc. Cette candeur qui participait autrefois d’une musique enchanteresse et subtilement enfantine, devient ici, privée de l’héroïsme des compositions et de la sueur des instruments, un peu niaise et dépassée.

Un titre classieux : “The lady lies”. Des choses qui se laissent écouter (“Down and out”, “Burning rope”), une ballade réussie (“Undertow”)…et c’est à peu près tout. Le reste est joli mais paresseux ou sucré. Au regard de ce que le groupe vient d’accomplir et du potentiel qui est encore le sien à l’époque, c’est une déception doublée d’un beau gâchis.

A lire aussi en POP par ONCLE VIANDE :


Frank ZAPPA
We're Only In It For The Money (1968)
Peut-on faire de la musique en humour ?




TALK TALK
Spirit Of Eden (1988)
L'arbre des songes


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
   A.T.N.
   ARP2600
   DAVID
   ONCLE VIANDE

 
   (5 chroniques)



- Tony Banks (orgue, mellotron, pianos, 12 cordes, choeurs)
- Phil Collins (batterie, chant, percussions)
- Michael Rutherford (basse, 12 cordes, choeurs, vcelle...)


1. Down And Out
2. Undertow
3. Ballad Of Big
4. Snowbound
5. Burning Rope
6. Deep In The Motherlode
7. Many Too Many
8. Scenes From The Night's Dream
9. Say It's Alright Joe
10. The Lady Lies
11. Follow You Follow Me



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod