Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Michel SARDOU - Le Bac G (1992)
Par ERWIN le 21 Janvier 2019          Consultée 327 fois

Pour ce dix neuvième opus, Un élément de taille à disparu de l'équation des albums de Michel SARDOU : la disparition de Revaux dans les crédits. Certes supplée par son collègue de boulot Jean-Pierre Bourtayre. Signalons aussi que pour une fois, Slim Pezin tient la guitare sur l'album, lui qui assure les lives depuis pas mal de temps déjà avec beaucoup de talent. L'album des 45 ans, le temps passe mais le talent donc ne faiblit pas le moins du monde, d'ailleurs demandez donc autour de vous, vous verrez qu'il y a forcément une fan jusqu'au boutiste du chanteur, c'est comme une règle mathématique, ça se vérifie systématiquement !

Halala ! Fallait-il déjà désespérer en 92 ? L'avenir de nos chères têtes blondes est-il encore plus noir aujourd'hui ? La réponse coule de source, et dieu merci, Michel n'a pas encore essayé de reprendre ce thème. En effet, qu'importe le niveau estudiantin de nos jours, Master 2 ou 3eme, le résultat est le même, l'avenir ne s'inscrit pas en lettres de platine à moins d'hériter d'une entreprise, d'une charge ou d'une culture... Michel SARDOU avait donc vu juste avec sa tirade sur "le Bac G" ! Avouons en plus que la ritournelle est remarquablement troussé, le refrain inoubliable malgré le sujet "sérieux". Un classique, un de plus ! Le deuxième single est "Le cinéma d'Audiard", une des autres marottes du Michou ! Un petit beat lancinant de sythé et une boite à rythme cartonnée annoncent la couleur. Et ça cause Paname ! Forcément, on évoque les images du cinéma de Michel Audiard ! Le refrain est raté et rend la chanson difficile à écouter.

C'est ailleurs qu'il faut chercher les meilleurs titres de cette livraison. Une intro à l'ambiance mi épique, mi jazzy sur "Le grand réveil", cette ligne vibrante de synthé, et Michel qui plane au dessus. "Tout ce qui reste est vivant" tel est le message, nous voilà avec le coma comme sujet de chanson, et c'est diablement réussi. Perso sur le refrain j'entend "Make the pain go away"... et vous ? Un titre drôlement positif sur un thème détonnant. A mon sens le morceau de l'album. "Tu ne sauras pas ce que tu veux", ce petit piano impertinent, on dirait presque du Serge LAMA, son grand rival dans le cœur des françaises ! Presque un état d'esprit baroque sur ce morceau qui est une petite étincelle polissonne dans tout le sérieux des disques de SARDOU, même si le sujet demeure grave, comme il se doit ! Un très joli morceau !

Et il y a du bien agréable : populaire et traditionnel, le "Chanteur des rues" pioche dans la culture historique avec toute la grâce d'un pilier de comptoir qui refait le monde. Jolie mélodie et logique franchouillarde de rigueur, tout ça est bien sympa d'autant que le Michel décide d'y libérer sa voix. "Divorce à l'amitié" fait probablement partie des chansons que les ménagères de plus de cinquante printemps adorent ! Une avalanche de poncifs plus déroutant les uns que les autres se trouvent à nouveau dans cette chanson. Pas désagréable ce petit rythme exotique et son bandonéon. La description d'un divorce finalement classique. Plus rock "Méfie toi on t'aime", donnerait presque envie de headbanguer comme sur un titre des frères Young. Du calme, ATN, j'extrapole un peu... mais c'est sympa.

Enfin, Michel a écrit tout seul deux chansons. Alors, "La chanson d'Eddy" ! Jaunie avait "le Phenix", Eddy se retrouve avec ce slow un peu pleurnichard, ou le populaire Michou veut absolument être "sous le rainbow"... Moui, de deux choses l'une on est soit "Sur l'arc en ciel" soit "over the rainbow", sauf éventuellement au café du commerce ! Et ce "55 jours 55 nuits", on avait déjà eu les 55 jours de Pékin, me rappelle certains titres de Jean-Luc LAHAYE... bon certes avec la voix de Michou et le solo de Slim, ça passe mieux... heu oui et donc ma chérie aime cette chanson, je peux pas non plus me tirer une balle dans le pied comme ça ! Sinon, "Chanter quand même" c'est du Jeanne MAS dans le texte ! Ce synthé ! Le temps qui passe, les souvenirs de son père, médiocre.

Un album très agréable, dommage que le seul classique présent ne soit pas le meilleur des titres, plusieurs autres compositions valent clairement le détour, c'est donc un objet plutôt recommandable que nous avons là entre les mains. Un 3,5, plutôt dans le bon lot des albums de Michel SARDOU, qui ne faiblit pas malgré parfois quelques bas.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Julien CLERC
Jaloux De Tout (1978)
Premier grand classique




Julien CLERC
A Nos Amours (2017)
Toujours là !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Le Grand Réveil
2. Méfie Toi On T'aime
3. Le Bac G
4. Tu Ne Sauras Pas Ce Que Tu Veux
5. Le Chanteur Des Rues
6. 55 Jours 55 Nuits
7. Le Cinéma D'audiard
8. Chanter Quand Même
9. La Chanson D'eddy
10. Divorce à L'amitié



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod