Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Trust No One, Blackmore's Night, Bernard Benoit
- Membre : Gtr, Hiromi, 801
 

 Site Officiel (2054)
 Tubular.net (2053)

Mike OLDFIELD - Live At Montreux (1981)
Par THE MAN ON THE TRACK le 10 Septembre 2007          Consultée 6857 fois

Alors en tournée en Europe à l'occasion de la sortie, en 1980, de son sixième album intitulé QE2, Mike Oldfield s'arrêta au festival de jazz de Montreux de 1981 afin de s'y produire. Ce n'est que 25 ans plus tard, alors que l'enregistrement VHS était devenu introuvable, que cette prestation est enfin rendue disponible en DVD. Ceux qui ne connaissaient du musicien anglais que ses albums en studio risquent fort de découvrir une facette entièrement nouvelle du créateur de Tubular Bells...

Un coup d'oeil au line-up déployé suffit à nous surprendre. Alors que le précédent enregistrement, Exposed, qui consistait essentiellement en l'interprétation de l'album Incantations ainsi que du célèbre Tubular Bells, rassemblait un véritable orchestre de plus de 50 personnes, ce Live at Montreux est le fruit de seulement 6 musiciens, Oldfield compris... Ce choix artistique fut sans doute également motivé par des raisons bassement pécuniaires, puisque l'enregistrement d'Exposed s'était révélé un véritable calvaire financier en raison de la technologie de pointe exigée par Oldfield.

La setlist est classique : on y retrouve des morceaux de QE2 (Clonfict, ainsi qu'un medley Taurus1 – Sheba – Mirage), mais également les deux faces de Tubular Bells, la première face d'Ommadawn, ainsi que les quatre premières parties de Platinium et Punkadiddle. Mais il faut se rendre à l'évidence : si les albums originaux ont en ressemblance certains thèmes avec leur interprétation sur scène, les sonorités sont très différentes. Les claviers, fortement réduits, se contentent de distiller quelques nappes, et se permettent à peine quelques notes au premier plan. Les percussions sont, à l'inverse bien plus présentes, ce qui n'est pas sans rappeler le tournant « world music » pris par Oldfield avec l'album Incantations. Ommadawn, par exemple, se voit gratifié d'un solo de percussions diabolique, auquel participe non moins de trois musiciens ! Mais c'est surtout la guitare d'Oldfield, en particulier sa Gibson SG, qui est omniprésente, qui rugit et chante avec ses sonorités si particulières, nasillardes et puissantes. Maggie Reilly donne du relief à l'ensemble par ses vocalises éthérées et aériennes.

C'est donc l'essence même de Mike Oldfield que capture ce concert. On sent bien que l'enregistrement, très brut, n'a subi aucune retouche, si ce n'est un mixage fort réussi, et les petites erreurs, bien que relativement fréquentes, sont vite corrigées par le talent des musiciens. Mais s'y attarder serait fort dommage en regard de la qualité exceptionnelle des interprétations fournies. Chaque morceau apparaît en effet comme transcendé, à l'instar des pièces issues de Platinium qui, fort moyennes sur l'album en raison du surnombre de synthétiseurs, deviennent ici merveilleuses, jusqu'à souffrir la comparaison avec les meilleurs morceaux. Même Tubular Bells et Ommadawn, pourtant reconnus comme les chefs-d'oeuvre d'Oldfield, gagnent encore en splendeur et en lyrisme sur scène.

Quant à l'aspect techique du DVD, si l'image rappelle les anciennes VHS par son petit manque de netteté et ses craquements, le son est bien plus satisfaisant : profiter de ce DVD sur un bon ensemble 5.1 est un véritable régal auditif ! Mettons un petit bémol cependant : les angles de vue sont parfois discutables (cadrage trop rapproché et en contre-plongée) et le concert fini, on se prend à regretter l'absence de tout bonus.

Avec ce DVD, Oldfield nous montre donc qu'il est aussi un homme de scène remarquable (ce que ses récents spectacles à Berlin ne montrent guère). Chaque morceau prend ici une nouvelle dimension, loin des délires synthétiques fades dans lesquelles il se lancera bientôt. La formation réduite saisira sans aucun doute les habitués, mais, une fois l'effet de surprise passé, nul ne pourra, à l'exemple du public présent, résister à l'enthousiasme suscité cette prestation hors du commun !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par THE MAN ON THE TRACK :


FISH
Vigil In A Wilderness Of Mirrors (1990)
En droite ligne de marillion !

(+ 2 kros-express)



FISH
Return To Childhood (2005)
Do you remember?


Marquez et partagez





 
   THE MAN ON THE TRACK

 
  N/A



- Mike Oldfield (guitare, mandoline, claviers)
- Mike Frye (batterie, percussions)
- Morris Pert (batterie, percussions)
- Rick Fenn (guitare, basse)
- Tim Cross (claviers)
- Maggie Reilly (chant)


1. Intro
2. Qe2 Medley: Taurus 1/ Sheba/ Mirage
3. Platinium, Parts 1-4
4. Tubular Bells, Part 2
5. Medley: Conflict/ Ommadawn
6. Tubular Bells, Part 1
7. Punkadiddle



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod