Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  COMPILATION

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1973 3 Tubular Bells
1974 2 Hergest Ridge
1975 2 Ommadawn
1978 2 Incantations
1979 2 Platinum
1980 2 Q.E.2
1982 2 Five Miles Out
1983 2 Crises
1984 2 Discovery
1987 3 Islands
1989 2 Earth Moving
1990 3 Amarok
1991 2 Heaven's Open
1992 2 Tubular Bells II
1994 2 The Songs Of Distant Earth
1996 2 Voyager
1998 2 Tubular Bells III
1999 2 Guitars
2 The Millennium Bell
2002 2 Tr3s Lunas
2005 1 Light + Shade
2008 1 Music Of The Spheres
2014 3 Man On The Rocks
2017 2 Return To Ommadawn

B.O FILMS/SERIES

1984 1 The Killing Fields

REMIX/ARRANG.

1975 The Orchestral Tubular Bells
2003 2 Tubular Bells 2003
2013 Tubular Beats

ALBUMS LIVE

1979 Exposed

COMPILATIONS

1985 The Complete Mike Oldfield
2015 The Best Of: 1992-2003
2016 The 1984 Suite
2023 Tubular Bells (50 Th Anniversa...

COFFRETS

1976 Boxed
1993 Elements Box

VHS/DVD/BLURAYS

1981 Live At Montreux
1999 Tubular Bells II & III Live
 

- Style : Trust No One, Blackmore's Night, Bernard Benoit
- Membre : Gtr, Hiromi, 801, The Sallyangie
 

 Site Officiel (2958)
 Tubular.net (3599)

Mike OLDFIELD - Tubular Bells (50 Th Anniversary) (2023)
Par WALTERSMOKE le 11 Juin 2023          Consultée 1297 fois

2023. Tubular Bells a 50 ans. Vous me direz, ami(e)s lecteurs et lectrices, que ça vous fait une belle jambe. Enfin bon, pas tant que ça, mais des albums cultes qui fêtent leur jubilé, il y en a plein et pas qu’un peu - non je ne vais pas les énumérer. Alors pourquoi s’attarder sur lui et pas Larks’ Tongues in Aspic (exemple totalement pris au hasard? bien sûr) ? Parce qu’au-delà de la musique, Tubular Bells, c’est un album qui représente une sacrée page d’histoire : première publication du futur géant Virgin, intro rendue culte par son utilisation dans le non moins légendaire L’Exorciste, éclosion définitive d’un géant du rock progressif. Bref, Tubular Bells, ce n’est pas rien.

Oui mais voilà : Tubular Bells, on en a plein le cul.

Certes, c’est l’œuvre la plus connue et la plus culte de Mike OLDFIELD, mais faut-il compter tout ce qui est lié de près ou de loin à l’opus major (par défaut) de l’homme de Reading ? Et encore, si je devais simplement parler des vraies suites, parues respectivement en 1992 et 1998, bancales par moments mais honnêtes au moins, surtout le III. Non : on réédite l’ALBUM ENTIER sur plusieurs compilations, on le ressort dans différents mixes à l’occasion de rééditions qui poussent autant que des champignons après une partouze, le pire étant selon moi atteint en 2003 avec une réinterprétation honteusement javellisée et qui, comme c’est curieux, a disparu des radars depuis. Si encore OLDFIELD n’avait que cet album à son actif, mais non : non seulement sa carrière a été riche d’une discographie conséquente, mais en plus il a réussi à sortir des albums au moins tout aussi bons et géniaux, si ce n’est plus ; et que dire de son virage pop, si bien négocié que des chansons comme "Moonlight Shadow" ou "To France" passent encore de manière régulière sur les ondes ?

Encore une chronique inutile en vue, ronchonnez-vous. Certes, a priori, autant s’occuper des rééditions deluxe des albums de Mike OLDFIELD comportant des live fort intéressants. Le cas ici présent est particulier pour deux raisons : primo, c’est un jubilé ; secundo, c’est probablement le testament artistique de l’ami Mike. Oui. Après son Return to Ommadawn sorti en 2017 et très bien accueilli [1], le multi-instrumentiste a voulu aller plus loin et nous offrir carrément Tubular Bells 4, rien que ça. Pourquoi pas, après tout Tubular Bells III (1998) avait le mérite de garder l’esprit TB (pour peu que ça existe) plus qu’autre chose. Malheureusement pour les fans, OLDFIELD a finalement jeté l’éponge et a même annoncé arrêter sa carrière. Un mal pour un bien, je suppose, même si son activité avait fortement ralenti depuis des années, atténuant ainsi la 'douleur'.

Voilà donc pour le contexte. Qu’en est-il de cette édition jubilé à proprement parler, donc ? Eh bien, ma foi, il faut dire que c’est... encore une réédition presque inutile. Pour le coup, nous avons droit, dans sa version standard, au mix d’origine de 1973, incroyable (non). De même, on nous refourgue une fois de plus le single tiré de Tubular Bells, une merveille de réinterprétation, mais ici mixé avec le cul - oui j’ai pas d’autres mots. Et tant qu’à faire dans l’inutile, en plus d’un remix qui ne mérite même pas qu’on parle de lui, il y a... Tubular Bells 4 ! Attention cependant, il s’agit juste ici de la démo enregistrée en 2017. Comment vous dire qu’on a échappé sinon au pire, au moins à l’ennui ? En 8 minutes, nous avons droit à une espèce de réinterprétation douteuse de l’intro légendaire, vous savez, le genre de plagiat pour contourner les droits d’auteur sur Youtube. Après, faut-il être si dur envers une démo, un morceau de travail, rien n’est moins sûr. Mieux faut se focaliser sur la version jouée aux Jeux Olympiques de 2012, un pot-pourri où se mélangent l’intro dans sa forme classique, une version swing pas piquée des hannetons, et même une citation de "Far Above the Clouds", issue de TB III.

Je vais être dur, mais en tant que telle, cette réédition de Tubular Bells ne me fait dire qu’une chose : merci Spotify d’exister, tant l’idée de claquer entre 17 et 35 euros pour ça m’aurait fait chier. Surtout, on a connu mieux comme manière de tirer sa révérence artistique. Ceci étant, et en partant du principe qu’il est sincère, merci à l’ami Mike de ne pas tirer aussi fort sur la corde que trop de musiciens avant lui.

Note réelle : 1,5/5


[1] : sauf par moi, mais je suis un gros con pour qui son dernier vrai bon album est Guitars (1999)

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


YES
9012live (dvd) (1985)
Sexe, mensonges et coiffures immondes




YES
Live At The Apollo (dvd) (2018)
Yes! Yes! Yes!


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Tubular Bells Pt.1
2. Tubular Bells Pt.2
3. Tubular Bells 4 Intro (demo)
4. Tubular Bells / In Dulci Jubilo (jo 2012)
5. Tubular Bells (Mike Oldfield
6. Mike Oldfield's Single



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod