Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Trust No One, Blackmore's Night, Bernard Benoit
- Membre : Gtr, Hiromi, 801, The Sallyangie
 

 Site Officiel (2135)
 Tubular.net (2148)

Mike OLDFIELD - The 1984 Suite (2016)
Par WALTERSMOKE le 15 Mars 2016          Consultée 1353 fois

En attendant que Mike Oldfield donne un successeur à Man on the Rocks (et surtout qu'il fasse le deuil de son fils mort en mai 2015), l'opération de rééditions de son oeuvre se poursuit. Les rééditions d'albums de la période Virgin continuent avec régularité, avec notamment une succession de CD bonus comportant des live, une vraie manne pour le fan qui, en dehors du discutable Exposed (1979), n'avait que les bootlegs à disposition. En particulier, Discovery, remarquable album de pop (le meilleur de l'homme de Reading) ressort en 2016 en version 3 disques, avec un premier CD agrémenté d'inédits jusque là difficiles à trouver car étant des faces B de 45 tours, et un DVD comportant des vidéos de l'époque. Mais c'est le CD 2 de cette édition deluxe, nommé The 1984 Suite, et rééditée à part en vinyle, qui intéresse.

The 1984 Suite, c'est une compile qui a de quoi attirer le fan peu attentif. En effet, le disque rassemble des extraits des deux albums sortis en cette orwellienne année, à savoir Discovery, donc, mais aussi The Killing Fields, BO du film du même nom, et qui se veut aussi un recueil de morceaux fraîchement remixés. Cela veut donc dire que l'on doit encore et toujours se taper "To France", inaltérable tube avec Maggie Reilly au chant, mais agaçante à force d'être jouée depuis sa sortie. Mais pour les maniaques du son, le mix est quelque peu différent, mettant plus en avant la voix de la rousse chanteuse. Moui. À choisir, mieux vaut se pencher sur la version démo de "Five Miles Out" présente sur la réédition de l'album éponyme. En revanche, un coup de projecteur sur la suite "The Lake" ainsi que "Discovery" n'est pas de trop, tant l'album dont ils sont tirés a hélas été trop souvent oublié des mémoires. L'intro de "Discovery" est quand même brutale par rapport à sa version originale, sans le solo introductif, et les guitares semblent vraiment étouffées par moments. D'un autre côté, le plaisir d'entendre Barry Palmer est toujours intact. Enfin, The Killing Fields est représenté par un morceau-titre qui existait déjà sur la BO de 1984 (et terriblement tarte), tandis que "Étude" se rappelle être une reprise, et met l'accent sur une guitare acoustique discrète mais ô combien efficace de par sa sensibilité.

Et puis... et puis, il y a deux « inédits ». Pourquoi donc utiliser des guillemets ? Parce que c'est une arnaque. Bon, certes, dit comme ça, j'exagère avec "The Royal Mile". En effet, il s'agit d'une version de Afghan, morceau qui s'est retrouvé en face B de "Tricks of the Light". Au sein de la réédition de Discovery, "The Royal Mile" fait un peu doublon avec le remaster de "Afghan" déjà présent, mais pris isolément, The 1984 Suite n'en souffre pas. Le problème est bien plus grave pour ce qui est de "Zombies", version alternative de "Poison Arrows". En effet, le plus gros souci n'est pas le doublon, mais la qualité. Pour faire court : "Zombies" est naze. En plus de rajouter dans l'intro une référence à Tubular Bells aussi discrète qu'un T-Rex en rut, le chant de Barry Palmer est remplacé par une déclamation du texte, quelque peu modifié, par une voix de robot. C'est juste un consternant foutage de gueule. Je ne sais pas qui a eu cette « brillante » idée, peut-être voulait-t-il surfer sur l'inclusion de la chanson "Nuclear" dans Metal Gear Solid 5, en espérant que Zombies soit retenu dans un jeu post-apocalyptique ?

En dehors de cette odieuse scorie, The 1984 Suite est une compile plus honnête que la norme, qui permet de donner un premier coup d'oeil à l'état de grâce du Mike Oldfield pop. Les fans, eux, n'en auront rien à foutre s'ils se respectent, du moins si l'on ignore la pochette assez futuriste/cyberpunk, qui doit bien rendre en format vinyle.

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


PULP
Separations (1992)
Pulp en retard, mais toujours grand




Robert FRIPP
Exposure (1979)
Sans souffrance point de salut !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. To France
2. The Lake
3. The Killing Fields
4. Étude
5. The Royal Mile
6. Zombies
7. Discovery



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod