Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1973 3 Tubular Bells
1974 2 Hergest Ridge
1975 2 Ommadawn
1978 2 Incantations
1979 2 Platinum
1980 2 Q.E.2
1982 2 Five Miles Out
1983 2 Crises
1984 2 Discovery
1987 3 Islands
1989 2 Earth Moving
1990 3 Amarok
1991 2 Heaven's Open
1992 2 Tubular Bells II
1994 2 The Songs Of Distant Earth
1996 2 Voyager
1998 2 Tubular Bells III
1999 2 Guitars
2 The Millennium Bell
2002 2 Tr3s Lunas
2005 1 Light + Shade
2008 1 Music Of The Spheres
2014 3 Man On The Rocks
2017 2 Return To Ommadawn

B.O FILMS/SERIES

1984 1 The Killing Fields

REMIX/ARRANG.

1975 The Orchestral Tubular Bells
2003 2 Tubular Bells 2003
2013 Tubular Beats

ALBUMS LIVE

1979 Exposed

COMPILATIONS

1985 The Complete Mike Oldfield
2015 The Best Of: 1992-2003
2016 The 1984 Suite

COFFRETS

1976 Boxed
1993 Elements Box

VHS/DVD/BLURAYS

1981 Live At Montreux
1999 Tubular Bells II & III Live
 

- Style : Trust No One, Blackmore's Night, Bernard Benoit
- Membre : Gtr, Hiromi, 801, The Sallyangie
 

 Site Officiel (2708)
 Tubular.net (3014)

Mike OLDFIELD - Light + Shade (2005)
Par MR. AMEFORGEE le 2 Novembre 2005          Consultée 10241 fois

Pour l’amateur de Mike OLDFIELD, il est difficile d’apprécier l’intégralité de sa discographie qui court sur trente-deux longues années et dans laquelle l’artiste se frotte à des genres variés, tentant des expériences plus ou moins osées ou grand public, et donc plus ou moins concluantes. Du rock progressif originel, il ne reste plus guère que cet éternel son de guitare, picking plaintif et souvent tisseur d’émotion.
Depuis les années 90, OLDFIELD s’est tourné vers les nouvelles technologies, comme en témoignent les disques de cette période, présentant, à quelques exceptions près, de plus en plus d’éléments électroniques, et ses projets parallèles, MusicVR et Maestro, deux jeux vidéos en ligne. Ainsi, Light + Shade poursuit un peu plus avant dans cette direction, le long de deux disques représentant respectivement les facettes sombres et lumineuses de l’humeur de l’artiste. Cette caractéristique en fait d’ailleurs l’album le plus long depuis… Incantations…
La production est lisse, rutilante, typique de l’utilisation poussée des machines, et il ne demeure plus que la guitare et le piano qui ne soient pas encore complètement cybernétiques, contrairement à la section rythmique et même aux chants, lead et chœurs compris. Les fans de Mike OLDFIELD le rockeur peuvent donc déjà passer leur chemin.

Light est sans doute le disque le moins original de Light + Shade, car proposant un versant électro déjà exploré sur son précédent album, Très Lunas, à savoir l’électro « chill out » et « ambient », genres paisibles et lénifiants, plus propices au développement du romantisme éclairé dont il se réclame. D’autres albums de Mike se rappellent aussi à notre souvenir, comme The Songs of Distant Earth, par l’usage de voix trafiquées et quelques mélodies à fragrances doucement épiques ("Sunset" pour n’en citer qu’un).
Il s’agit donc d’un disque reposant, nimbé de claviers planants, touché de beats calmes et assaisonné d’effets atmosphériques, mais un poil ennuyeux, malgré de jolies mélodies; au piano: les élégiaques "Black Bird" et "Rocky"; ou à la guitare : le nonchalant "First Steps" qui gagne peu à peu en intensité (et dont la mélodie a déjà été exploitée dans Très Lunas), "Closer" en forme d’hymne funéraire, ou encore le déjà mentionné "Sunset". La balade est agréable, mais on n’en ressort pas décoiffé. Notons malgré tout en faveur de Light un son plus moderne que sur Très Lunas, de trois ans son cadet.

Shade, quant à lui, se veut plus houleux et se trouve donc résolument plus « techno/dance » sur certains titres, et un peu plus rock sur d’autres, tout en conservant le vernis électro. Pour du OLDFIELD, l’expérience est assez originale et présente plus de relief, un caractère plus affirmé que sur Light. Toutefois, faire de la techno, surtout en 2005, ne relève pas franchement de l’avant-gardisme, et l’on ne criera donc pas au génie, loin de là. Les influences sont nombreuses, mais se réfèrent beaucoup moins à Très Lunas, contrairement à Light. Notamment, on songe par moment à Jean-Michel JARRE, même si OLDFIELD garde pour lui sa guitare en guise d’empreinte digitale. C’est le cas par exemple du titre d’ouverture, l’aquatique "Quicksilver", qui demeure malgré tout plutôt accrocheur, grâce à des mélodies à la guitare et au piano, simples mais intéressantes. D’autres morceaux, en plus d’évoquer JARRE, rappellent à nouveau The Songs of Distant Earth, comme "Resolution", baignant dans une ambiance de moiteur pesante, aidée par une guitare volontairement plus saturée, ou encore la chanson "Surfing", au parfum fugacement new-age, dû aux choeurs.
"Slipstream", quant à lui, est un morceau de techno trance qui évoque vaguement le procédé du mix/medley final de l’album Millenium Bell, avec arrangements à connotation énigmatique. Ensuite "Tears of an Angel" nous rappelle subrepticement, au passage d’une ligne de guitare héroïque, la grande période d’Amarok, qui se glisse dans l’écrin électro de l’ensemble. On pourra encore s’étonner, s’insurger et/ou apprécier "Romance", en fait une version techno du célèbre thème de Jeux Interdits (d’accord, ça relève un peu de l’arnaque de supermarché, là…). "Ringscape", ensuite, se présente comme une ballade bluesy au rythme lancinant, à la guitare plaintive et aux claviers rappelant l’orgue hammond, bien que le tout reste saupoudré d’effets électroniques. "Nightshade", le titre final, reste dans le ton, et conclut l’album sans perte ni fracas… De manière générale, je préfère donc ce second disque, plus impulsif et un peu plus original (bien que l’adjectif ne soit pas tout à fait bien choisi).

En conclusion, Light + Shade n’est franchement pas désagréable à l’écoute, mais manque de piment, d’une petite étincelle qui ferait s’envoler l’enthousiasme vers des cimes autrement plus élevés. Ici, on reste dans les verts alpages, loin des hauteurs enneigées du génie. La promenade est plaisante, mais non transcendante. L’ambition semble manquer à cet opus qui aurait finalement gagné à être plus complexe, pourquoi pas travaillé en un morceau unique, comme dans le temps. Toutefois, l’ambiance se laisse doucement infuser et finit par exhaler un semblant d’émotion. Mais est-ce que Mike OLDFIELD a encore quelque chose à dire en ce début de millénaire, là est la question. Et ce n’est pas ce Light + Shade qui y répondra.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par MR. AMEFORGEE :


Jean-michel JARRE
Rendez-vous (1986)
Un autre classique de jarre: un voyage stellaire

(+ 1 kro-express)



ARANDEL
In D (2010)
Absinthe et maladies vénériennes


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Mike Oldfield (guitares, claviers, ordinateur)
- + Robyn Smith (clavier)
- + Christopher Von Deylen (clavier)


- light
1. Angelique
2. Blackbird
3. The Gate
4. First Steps
5. Closer
6. Our Father
7. Rocky
8. Sunset

- shade
1. Quicksilver
2. Resolution
3. Slipstream
4. Surfing
5. Tears Of An Angel
6. Romance
7. Ringscape
8. Nightshade



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod