Recherche avancée       Liste groupes



      
POP/ROCK/WHATEVER  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Trust No One, Blackmore's Night, Bernard Benoit
- Membre : Gtr, Hiromi, 801
 

 Site Officiel (2054)
 Tubular.net (2053)

Mike OLDFIELD - The Best Of: 1992-2003 (2015)
Par WALTERSMOKE le 10 Mai 2015          Consultée 1342 fois

Chroniquer une compilation de Mike OLDFIELD... quelle vaste farce ! En dehors des essentiels The Complete Mike Oldfield et Elements, aucune version abrégée de l'oeuvre de l'homme de Reading ne vaut le coup, même pour le faire découvrir au néophyte. De plus, celles sorties depuis le début du nouveau millénaire énervent rien qu'au visuel, qui ne sont que d'éternelles variations de celle de Tubular Bells – encore que ça se comprend pour The Best of Tubular Bells (2001).

Ceci étant, celle qui sort en 2015 paraît plus intéressante. Rien qu'au nom (pas original certes), l'attention est attirée : tiens donc, le meilleur des années Warner d'OLDFIELD ? En voilà quelque chose de pas forcément commun. Cela pourra permettre de jeter un coup d'oeil intéressant sur toute une décennie qui ne manque pas de disques des plus intéressants, comme le new-age The Songs of Distant Earth (1994), Voyager (1996), soit le celtique pour les nuls, ou le chill out et sous-estimé Tr3s Lunas (2002). En somme, si cette nouvelle compile permet de motiver certaines gens, dont les fans du Mike Oldfield période Virgin qui n'ont pas poussé plus loin que Heaven's Open (1991), peut-être le sceau de l'inutilité pourra être rangé.

C'est franchement raté. Le premier CD, qui compile tout ce qu'a fait OLDFIELD entre 1992 et 2003, n'est pas des plus pertinents. Pire, c'est une compile lambda qui fait mal son travail. Les morceaux sélectionnés ne sont pas tous mauvais, certes, mais surtout ne représentent pas forcément les albums dont ils sont issus. Exemple ? Les deux pistes prises de Guitars (1999). Si "Cochise" et "Out of Mind" sont pour ainsi dire de bonnes compositions, elles ne doivent leur place que parce qu'elles sont les plus accrocheuses, et non parce qu'elles montrent un OLDFIELD audacieux (cf. chronique de Guitars pour plus de détails). Idem pour Voyager, dont on prend le morceau-titre, assez rock mais pas aussi bien travaillé que l'arrangement de "Dark Island" par exemple, et... un remix minable de "Women of Ireland". Oui, un remix. Alors que la version de l'album de 1996 était belle et précieuse, voilà un truc que même Jacky, le beauf autoproclamé roi du tuning ne cracherait pas dessus. Lamentable. On retrouve le même genre d'horreur avec "Far Above the Clouds", à l'origine beau final de l'intéressant Tubular Bells III. Note positive tout de même : la version de "The Bell", final de la première partie de Tubular Bells II (1992), est récitée par Viv Stanshell, qui occupait la même place de MC sur l'opus de 1973. C'est toujours ça de gagné, notamment pour les fans nostalgiques.

Ce qui attire néanmoins l'attention, c'est le deuxième CD. Si l'on fait abstraction d'encore plus de remixes à chier, quelques morceaux inédits seront à même de capter le fan, ainsi que le connaisseur. Que peuvent bien cacher des morceaux comme "Early Stages" ou "The Song of Boat Men" ? De la déception. "Early Stages" n'est qu'une énième variation sur l'ouverture de Tubular Bells, "Silent Night" est bien évidemment une reprise du grand classique de Noël... même quand il ouvre sa boite à trésors, Mike OLDFIELD nous emmerde. Que retenir alors ? Hé bien... si l'on est indulgent, j'imagine que "The Song of Boat Men", sorte d'ébauche de "Moonshine", saura plaire, tout comme le calme et lénifiant "Indian Lake".

Enfin bon. The Best Of: 1992-2003 est un album au titre mensonger, qui ne montre pas vraiment le meilleur de cette décennie de manière intéressante (oui, "Cochise" tue, mais encore ?), et qui aurait pu se contenter d'être simple plutôt que de trainer des remixes aussi utiles qu'un rasoir pour Nains. À l'heure où Mike OLDFIELD a réussi à revenir un peu sur le devant de la scène grâce à un Man on the Rocks pourtant pas fantastique, il est dommage de devoir se taper encore et toujours de tels compiles des plus odieuses.

Note réelle : 1,5/5

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


CHRISTOPHE
Les Vestiges Du Chaos (2016)
Magnifiques reliquats




CHRISTOPHE
Comm' Si La Terre Penchait (2001)
La beauté selon Christophe


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Sentinel (single Restructure)
2. Tattoo (edit)
3. The Bell (mc Viv Stanshell Remix)
4. Hibernaculum
5. Let There Be Light
6. The Voyager
7. Women Of Ireland (lurker Edit)
8. Man In The Rain
9. Far Above The Clouds (timewriter's Radio Edit)
10. Cochise
11. Out Of Mind
12. Pacha Mama
13. Sunlight Shinig Through Clouds
14. Amber Light
15. To Be Free (single Remix)
16. Thou Art In Heaven (radio Edit)
17. Introduction 2003 (single Remix)
18. The Sailor's Hornpipe 2003

1. Early Stages
2. Silent Night
3. The Bell (mc Bill Connolly Remix)
4. The Spectral Army
5. The Song Of The Boat Men
6. Indian Lake
7. Mike's Reel
8. Sentinel (orbular Bells Mix)
9. Let There Be Light (bt's Pure Luminescence Remix)
10. Women Of Ireland (system 7 12' Mix)
11. Far Above The Clouds (jam & Spoon Remix)
12. To Be Free (soultronik Mix-tical Remix)
13. Thou Art In Heaven (remix)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod