Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Elvis (1956)
Par ERWIN le 13 Juillet 2009          Consultée 5599 fois

Enregistré au « radio recorder » d'Hollywood, cet album magique doit sa réputation au pillage - il n’y a pas d’autre mot ! - du répertoire de LITTLE RICHARD Penniman dont trois titres sont issus, et non des moindres puisque nous avons là « Long tall Sally » « Rip it up » et « Ready Teddy ». Toute la virtuosité du King se retrouvent dans ses interprétations sans failles : l’exemple le plus frappant est celui de « long tall sally », standard indémodable du rock et l’un des premiers morceaux « violents » à voir le jour. Elvis attaque sur le terrain de l’agressivité, et se pose en concurrent direct du Killer, Jerry Lee LEWIS, c’est une nouveauté, sa voix tient le choc malgré un traitement extrême.

Ses versions plus personnelles de « Ready teddy » et surtout de « Rip it up » enchantent par leur brio, et la mélodieuse voix d’Elvis écrase sans peine les précédentes versions plus acérées, mais moins agréables à l’oreille, de LITTLE RICHARD. Quelques unes des chansons enregistrées par Philips aux studios Sun se retrouvent sur ce disque, parmi lesquels le catchy « so glad you’re mine » qui préfigure « Fever », dans lequel Elvis passe les octaves avec une facilité déconcertante.

En cette fin d’année 56, toujours blond, Elvis est au pinacle de son art, mais s’il est le meilleur chanteur du circuit, il a aussi la chance d’être entouré par des musiciens d’un grand professionnalisme. C’est notamment le cas de Scotty Moore dont les interventions lumineuses comme sur « Ready Teddy » sonnent comme jamais auparavant, le premier « guitar hero » est né. L’influence d’Elvis est évidente sur son entourage, le meilleur interprète de l’histoire est aussi un charismatique leader qui emporte tous les suffrages par son enthousiasme et sa fougue.

« Anyplace is paradise » est un blues mainstream d’excellente facture, la voix d’Elvis y croone tel un Dean Martin. « How do you think I feel » est une ritournelle sympathique, qui plaira aux oreilles des plus jeunes. « Paralyzed » est un Doo wop agréable, où Black se fend d’un travail conséquent à la contrebasse. « Love me » est un superbe slow où tous les gimmicks sont présents, mais la proximité de « love me tender » et de « loving you » lui portent préjudice. Bref, chaque chanson apporte une contribution éclectique dans un ensemble définissant les standards de la musique pour les années à venir. « Elvis » est incontestablement plus complet que le premier album : pas de remplissage excepté « How’s the world is treating you » qui est la seule erreur de casting de ce disque au sommet de la discographie du King. Bien sûr historiquement, le skeud vaut avant tout pour les reprises de LITTLE RICHARD.

Elvis est d’ores et déjà le plus grand sex symbol de l’histoire, les superlatifs ne manquent pas pour le décrire, les bonnes histoires non plus. Rappelons qu’en ces folles années, la jeunesse a trouvé son porte étendard et les parents leur perpétuel souffre douleur. Il est décrié, pris à parti, s’en sort toujours avec calme et insouciance, comme ce fut le cas lors de cet incroyable concert en Floride en 56 : les forces de l’ordre préviennent le jeune homme de ne pas « scandaliser » l’audience par ses dangereux et inexcusables mouvements de bassin. Elvis, avec humour, ne bougera que le petit doigt durant son set, provoquant à chaque fois une hystérie démoniaque - pas d’autre mot pour un si petit geste… -.

En octobre, influencé par son admiration pour Brando, Elvis se teint les cheveux en noir jais, ceci ajouté à l’incroyable barouf que fait le colonel Parker autour de son poulain propulse le jeune homme dans une autre dimension, le succés d’« Heartbreak hotel » - qui ne sortira en 33t qu’un an plus tard -, parachève le but fixé: Elvis est désormais le « King of rock’n’roll ».

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Jerry Lee LEWIS
Jerry Lee's Greatest (1960)
ça dépote sec




STRAY CATS
Rant'n'rave With The Stray Cats (1983)
Superbe retour aux racines rock pour les cats


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Elvis Presley (chant guitare)
- Scotty Moore (guitares)
- Bill Black (contrebasse)
- Dj Fontana (batterie)


1. Rip It Up
2. Love Me
3. When My Blue Moon Turns To Gold
4. Long Tall Sally
5. First In Line
6. Paralyzed
7. So Glad You're Mine
8. Old Shep
9. Ready Teddy
10. Anyplace Is Paradise
11. How's The World Treating You
12. How Do You Think I Feel



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod