Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Speedway (1967)
Par ERWIN le 28 Mars 2010          Consultée 2542 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Speedway est la dernière BO du king à faire l’objet d’un LP, en voila une nouvelle qu’elle est bonne ! En effet, malgré quelques surprises Girls girls girls ou la précédente Double trouble, les BO des insipides comédies des 60’s n’auront pas fait dans la dentelle, et Elvis aura bien souvent été obligé -contrat oblige- de chanter des titres dont il se serait bien passé. Alors bon c’est la dernière, nous allons essayer de faire preuve de bonne volonté. Le king a maigri et c’est déjà une bonne chose, à défaut d’être bon, autant qu’il soit beau !

Le titre éponyme « Speedway » se veut très rock’n’roll, à grands renforts de cuivres, le film parle de bagnoles de course, le ton est donné : rapide et entraînant. Elvis enchaîne dans le film sur « Let yourself go » et… Surprise ! Le morceau est bon, un blues d’excellente facture rehaussé d’une gratte agressive. « Your time hasn't come yet baby” s’adresse aux enfants, comme souvent dans les films du King, les petits enfants aussi ont le droit de l’aimer !
Avec « He’s your uncle not your dad” on s’embarque dans le théâtre de Guignol, le ton doucereux et moqueur ne rattrape en rien le manque d’agressivité de la chanson, rappelons un bref instant qu’Elvis est censé être « the king of Rock’n’roll, ouais…. Le slow sirupeux « Mine » ne vous remettra pas dans les transes de « Can’t help falling in love », et reste anecdotique.
« There ain’t nothing like a song” , outre des paroles encore plus tartes que d’habitude, met en avant une gratte et une batterie plus méchantes que d’habitude. Le titre est assez sympa, très rock.
La présence de Nancy Sinatra oblige Elvis à être co-star, elle chante d’ailleurs « Your groovy self » de fort belle manière ! Ce sera la seule et unique fois où Elvis ne chante pas sur une de ses BO, une sorte de crime de lèse majesté pour ses fans jusqu’auboutistes, mais il n’en a cure, la récente annonce de sa future paternité emporte tout sentiment néfaste et le tournage est une partie de plaisir.
Seulement 7 chansons figurent dans la BO , le reste est donc du remplissage, et « Suppose » en avait carrément été « virée » comme une malpropre, avant d’avoir une seconde chance sur les rééditions suivantes. Les titres rajoutés tels « Western union » au rythme chaloupé et plutôt sympa, ou « Goin home » sortent de la BO de « Stay away joe » tourné peu de temps auparavant. « Five sleepy heads » est une nouvelle chanson pour les petits -bin ouais, une par film!-, Elvis y est accompagné une fois de plus par une boite à musique… Sympa d’entendre une nouvelle comptine, la voix du King y est divine, mais le Rock est désormais bien loin de nos préoccupations.
Constatons avec stupeur que nous en sommes au point ou deux BO sortent sur le même disque, signe avant coureur d’impuissance. Il est temps que tout ce cirque se termine.
Speedway est toutefois assez spectaculaire, présentant Elvis en champion de Nascar, et fut tourné sur l’anneau de Concord en Caroline prés de Charlotte ou l’action se déroule.

Voila, cette chronique était la dernière narrant les aventures du roi du rock dans ses comédies des années 60. On peut bien entendu trouver un charme appréciable au visionnage de ses films, on peut écouter les BO en fond sonore, mais il faut bien admettre que 3 ou 4 LP auraient avantageusement remplacé la quinzaine de BO qui compose l’essentiel de la discographie d’Elvis dans cette décennie. Soyons juste : un quart des chansons sont d’excellente qualité et n’auraient valu au King que des albums estampillés 5 étoiles. Quel dommage ! Et quel fardeau à traîner !
Il va s’ensuivre le décevant volume 4 des golden records et nous aboutirons –enfin !-, au 68 comeback, le glorieux retour de notre Elvis…Mais ceci est une autre histoire !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Dick DALE
Surfer's Choice (1961)
Surfing guitar




Elvis PRESLEY
Elvis' Golden Records Volume 3 (1963)
Supra classique


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Speedway
2. There Aint Nothing Like A Song
3. Your Time Hasnt Come Yat Baby
4. Who Are You
5. He's Your Uncle Not Your Dad
6. Let Yourself Go
7. Your Groovy Self
8. Five Sleepy Heads
9. Western Union
10. Mine
11. Goin Home
12. Suppose



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod