Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Spinout (1966)
Par ERWIN le 20 Février 2010          Consultée 2928 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Vingt-sixième méfait et énième B.O. du King. Par respect pour la mémoire du King, nous refusons d’évoquer la désastreuse comédie insipide qui sert de paquet cadeau aux douze chefs-d’œuvre immortels qui vont suivre...

Le skeud débute par une étonnante reprise de Bill HALEY « Stop look and listen », Elvis ne s’est que peu frotté au répertoire du papounet de « Rock around the clock », le résultat est notable, sans être mémorable : une introduction sympathique.
« Adam and evil » est dans la totale continuité du nouveau style d’Elvis : des chansons traditionnelles chantées sur un tempo rock, comme « Surrender », qui avait débuté cette mode quelques années auparavant.
Trois morceaux n’appartiennent pas à la B.O. du film, dont « Tomorrow is a long time », remarquable à double titre pour être la plus longue chanson du répertoire d’Elvis jusqu’alors, ainsi qu’une chanson de Bob DYLAN. Gageons que ce dernier aura versé une petite larmichette de bonheur en voyant son idole reprendre l’un de ses titres.
Petit détail historique, dans le film, Elvis apparaît avec une Gibson rouge double manche que les aficionados reconnaîtront comme la mythique gratte de Jimmy PAGE sur « Stairway to heaven » quelques années plus tard. Ce petit rappel effectué, on en profite pour signaler l’apparition d’une distorsion sur « Never say yes » ainsi que sur « I’ll be back » : c’est l’apport de James BURTON, immense guitar-hero des années 50, venu se mettre au service du King. Pour le moins c’est une innovation au niveau du son à défaut d’avoir des compos de feu…
Le morceau « Spinout » quitte les standards pour se rapprocher un peu plus des canons du moment : un brin de soul, une touche pop. Le titre n’est pas phénoménal mais il a le mérite de proposer une autre voie pour Elvis… Mais cette dernière ne se présentera réellement que deux ans plus tard.

Cette B.O. ne contient malheureusement aucun morceau réellement passionnant, sans même évoquer un « classique ». Cette moisson est donc particulièrement décevante, et ne pourra rapporter plus d’une étoile à ce Spinout qui ne restera dans aucune mémoire. Le film est aussi navetesque que la B.O. est foireuse. On ne peut que se perdre en conjectures. Elvis est un immense chanteur, un performer unique : comment peut-il se contenter de chanter des chansons sans relief comme celles-ci ? La musique n’est pas désagréable à l’oreille, mais elle s’entend plus qu’elle ne s’écoute ; dans le meilleur cas de la musique d’ascenseur ou de supermarché… Nous arrivons vraiment aux limites du genre. Il est temps de réagir.

Quel drame !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Ricky NELSON
Ricky Sings Again (1959)
Le roi des coquins




Elvis PRESLEY
King Creole (1958)
Grand film, grande bo


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Stop Look And Listen
2. Adam And Evil
3. All That I Am
4. Never Say Yes
5. Am I Ready
6. Beach Shack
7. Spinout
8. Smargasbord
9. I’ll Be Back
10. Tommorrow Is A Long Time
11. Down In The Alley
12. I’ll Remember You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod