Recherche avancée       Liste groupes



      
LE TESTAMENT DU KING  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Moody Blue (1977)
Par ERWIN le 23 Septembre 2010          Consultée 3253 fois

Le chroniqueur a perdu depuis longtemps le compte des albums du King quand il réalise brusquement qu’il vient de sortir l’album Bleu, l’ultime œuvre d’Elvis Presley. Un instant interdit, il contemple la pochette de Moody Blue, d’humeur tristounette. Elvis est lointain, son physique maladif en cette année 77 n’a pas permis de faire la traditionnelle photo. Le King n’a que 42 ans, mais il en paraît tellement plus. Les abus de toutes sortes, essentiellement médicamenteux, ont miné sa santé, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Sa voix cependant brille au firmament sur cet album. L’album sort au milieu de l’été 77, en pleine explosion du Punk, quelques semaines avant le décès de l’icône de Memphis.

Plusieurs titres de l’album sont des versions Live de chansons inédites du King. Il a fallu avoir recours à ce subterfuge car Elvis a refusé de se pointer à plusieurs séances d’enregistrement prétextant tout et n’importe quoi. C’est donc le cas de « Unchained Melody » qui ouvre l’album bleu. L’organe vocal d’Elvis s’empare du tube des Righteous Brothers, et le fait sien. Aucune faiblesse n’est à déplorer. Bien au contraire et malgré l’état de quasi-agonie dans lequel se trouve le King, sa voix est plus claire, plus juste, plus puissante que jamais. Une indéniable réussite !

Nous constatons avec surprise -mais c'est une bonne surprise, et tant mieux car ce sera la dernière- que quelques morceaux résolument rocks ont élu domicile sur le dernier LP du King. Ainsi « Waydown » est un rock moderne de bonne facture et fera une carrière étonnante dans les charts du monde entier, succès qui doit cependant être attribué au décès du King au mois d’août et qui provoquera un rush par le biais d’un morbide phénomène de mode… Il n’en demeure pas moins que ce titre est remuant. « Little Darlin » est un petit rock assez bien tourné, rappelant les intonations du « speedy gonzales » de Trini Lopez en 58 -repris en France par Daniel Gérard dans les années yéyé-. Aucune prétention et surtout aucune volonté délibérée de singer une époque où Elvis était le King of Rock’n’roll… Il se contente désormais d’être le King tout court. « Pledging My Love » reprend des thèmes du Doo wap des early 60’s. Et le résultat est assez sympa.

Les influences Country sont légions : sur « He’ll Have To Go » ou sur « If You Love Me », un mid tempo countrysant au ton évocateur de grands espaces. Une jolie lap steel guitar s’y érige en un duo épique avec le King. « Moody Blue » le titre éponyme est issu de la mouvance Country/variété très en vogue avec Kenny Rogers en cette fin des années 70. Aucune révolution musicale là-dedans mais c’est agréable, en outre ce titre au départ peu ambitieux va stigmatiser à lui tout seul la perte du king pour ses millions de fans à travers le monde. Pendant quelques mois « Moody Blue » va tourner en boucle sur les radios et fera poindre des larmes de tristesse sur de nombreux visages. Enfin, « She Thinks I Still Care » est un joli slow mais qui ne restera pas dans les mémoires.

Comme il se doit en ces circonstances tragiques, l’album atteint la première place du Billboard, 21 ans après la sortie du premier LP du King. Moody Blue est aussi le théâtre d’un malentendu qui se poursuit toujours de nos jours : l’édition originale sort en vinyle bleu, des hordes de fans sont persuadés qu’il s’agit d’un hommage, d'une réédition postmortem, alors qu’il s’agit du contraire et que la version collector est celle en vinyle noir… Vous n’avez rien compris? C’est normal, vous n’êtes pas forcément fan du King depuis bien longtemps ! Mais les fans se regroupent souvent en convention sur ce sujet qu’ils estiment être d’un grand sérieux ! On ne plaisante pas avec la postérité de leur idole...

Et voilà, c’est fini… L’exceptionnelle discographie du natif de Tupelo se clôt sur cette note, dont chacun décidera en son fort intérieur si elle est positive ou négative. Finalement, peu importe, car Elvis est et restera le King, « No matter how ! ».

A lire aussi en POP par ERWIN :


Tori AMOS
Little Earthquakes (1992)
Flamboyante rouquine




The BEATLES
Please, Please Me (1963)
Les scarabés s'envolent


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Unchained Melody
2. If You Love Me
3. Little Darlin
4. He’ll Have To Go
5. Let Me Be There
6. Way Down
7. Pledging My Love
8. Moody Blue
9. She Thinks I Still Care
10. It’s Easy For You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod