Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Now (1972)
Par ERWIN le 26 Juillet 2010          Consultée 2151 fois

Le 48eme opus du King sort une fois de plus, sur le label secondaire MCA Camden. La maison mère n’en attend pas des retombées financières exceptionnelles. De là à en conclure que le retour du king est terminé, que nous nous installons dorénavant dans une confortable carrière d’entertainer à Las Vegas vaguement entrecoupée de LP d’une qualité moyenne… Allez savoir ce qui traîne dans l’esprit des romantiques managers généraux de RCA, entreprise philanthropique s’il en est. Peu de temps auparavant, le 3eme album des chants de Noël d’Elvis est sorti, toujours avec le même succès. « I Got Lucky » l’avait précédé en terminant la rétrospective des BO oubliées des 60’s. Nous entrons donc de plain-pied dans la dernière ère des œuvres complètes d’Elvis Presley, et sans doute faut-il y voir la signification de ce « Now » un brin agressif qui l'ouvre.

« Miracle of the rosary” nous plonge dans une abîme gospel chère au King, -plus illuminé que lui tu meurs-, le titre est moyen mais permet à Elvis de développer une fois de plus des talents de chanteur exceptionnels. « Put your hand in the hand » est une autre gospellisation. Admettons qu’elle est agréable, même si on a l’impression d’assister à un baptême traditionaliste américain, avec les chorales d’anciens esclaves du sud et le pasteur fou qui plonge de manière ostentatoire et définitive le pauvre baptisé dans les eaux crocodileuses du Mississipi/Jourdain. Mais finalement, on a envie de taper dans ses mains, preuve d’une certaine efficacité.
« I was born ten thousands years ago » achève cette petite virée dans les temples baptistes ou évangélistes américains. Le titre est sympa, et Elvis semble s’éclater à évoquer des passages de la bible, tout y passe de Moses à Jonah en passant pat le King David. Si vous voulez enseigner le catech à vos enfants d’une manière différente, vous voyez ce qui vous reste à faire !

Deux reprises essentielles sont dans les titres du skeud:
Les nuits de Paul MaCa doivent être agités en ce moment, non par le nombre de jeunes femmes qui partagent sa couche mais plutôt à cause de la reprise de « Hey Jude » qu’Elvis tint absolument à faire pour cet album. Le résultat n’est pas mémorable même s’il n’est pas inintéressant. La voix d’Elvis ne parvient pas à remplir les interstices dans lesquels s’engouffre celle du scarabée. C’est donc une version presque « empruntée » que nous avons là entre les oreilles, qui ne fera jamais oublier celle présente sur la dernière œuvre des Beatles. Il faut être réaliste, même en tant que fan ultime du king, reconnaissons la supériorité de Paulo sur ce coup là. Il n’empêche, ce dernier doit être tout béat devant cette reprise de son idole.

Comme beaucoup d’autres avant et après lui, Elvis se frotte au classique de Gordon Lightfoot « Early Mornin rain » et à ses guitares cristallines. Elvis y ajoute un chant doux et terrien, dont le velouté est renforcé par un harmonica issu des plaines du Middle west. Je la trouve bien plus réussie que sa resucée de « Hey Jude ». A retenir. Voila pour les reprises.

« Until it’s time for you to go » est un slow plaintif de bonne facture, plus propice aux jeunes grands-mères qu’aux rockeurs purs et durs. « We can make the morning » est dans la droite lignée des titres passés à la postérité sur « From Elvis in Memphis », de la pop avec des aspects countrysants, folkys , même tantôt souls. Moderne pour l’époque, aujourd’hui un brin daté.
« Sylvia » sonne variété, j’allais dire française ! C’est mignon et assez addictif si vous avez la patience d’attendre que l’air s’insinue dans vos neurones, vous allez voir, vous vous surprendrez à remettre le couvert, comme moi… Bah, nul n’est parfait, c’est sirupeux mais c’est bon.
« Fools rush in » propose un petit rythme qu’on croirait tiré d’une BO foireuse des sixties, titre sur lequel on imagine aisément notre king en train de faire craquer une nana de plus.

Franchement, on reste assez surpris du niveau général de l’album. Elvis demeure un chanteur exceptionnel, nul doute la dessus, même si quelques faiblesses sont apparues sur « Hey Jude » dont on pouvait croire au départ qu’elle serait la pièce maîtresse de l’opus. Bien au contraire, je reste scotché devant la puissance –humoristique ?- de « I was born ten thousands years ago », et puis ne m’en veuillez pas mais je vais remettre « Sylvia » sur ma platine histoire de voir si je suis moi-même passé du coté des grands-parents !
Un 2.5 arrondi à la note supérieure parce que comme Louis XVI et Elvis j’ai moi aussi envie d’être roi un peu donc : parce que « je le veux » et toc !

A lire aussi en POP par ERWIN :


Billy JOEL
Storm Front (1989)
Tempête à l'est




STING
Brand New Day (1999)
Toujours au sommet


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Help Me Make It Throught The Night
2. Miracle Of The Rosemary
3. Hey Jude
4. Put Your Hand In The Hand
5. Until It’s Time For You To Go
6. We Can Make The Morning
7. Early Mornin Rain
8. Sylvia
9. Fools Rush In
10. I Was Born About Ten Thousand Years Ago



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod