Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Something For Everybody (1961)
Par ERWIN le 27 Octobre 2009          Consultée 3748 fois

Le treizième album d’Elvis Presley signe le début d’une ère nouvelle. L’image fadasse de la pochette ne laisse planer qu’un doute éphémère sur le contenu de ce nouvel opus du King. Nous sommes en 1961, Elvis a déjà une carrière longue de sept années derrière lui et le voilà aujourd’hui transformé en chanteur pour grand-mère, sinon en icône de la ménagère de moins de 60 ans... ?

Dés lors, ouvrons l’objet avec appréhension. Une première écoute rapide ne vous engagera pas à replacer immédiatement le saphir sur le microsillon. En effet, le skeud est bourré de slows et autres mid-tempos. La menace qui planait sur « Elvis is back! » est tombée comme un couvercle sur le chaudron infernal du Rock’n’roll, et vient de faire du King un chanteur « guimauve ».
Pourtant, soyons juste, les slows sont de bonne facture « There’s always me » arrache des larmes, et Elvis y déploie toute sa science du chant velouté. Mais après « It’s a sin » vient « Gently », puis « In your arms », ou encore « Starting today », et l’œil du rockeur commence sérieusement à se fermer pour une bonne nuit de sommeil… Aucun morceau endiablé ne viendra le réveiller. Certains titres mid-tempos sont écoutables, tels « I want you with me », ou encore les relents bluesy de « Give me the right »… La révolution est terminée, les compositions tiennent la route mais sont calibrées pour plaire aux amateurs d’« easy-listening » ; ce doit être la réelle signification du « quelque chose pour tout le monde », titre coupable d’un racolage monstre, mais qui ne pourra satisfaire les amateurs de vrai Rock’n’roll.
Seule exception notable de la rondelle, cette version narquoise de « Put the blame on me » qui seule vaut le détour, mais qui n’explique pas les nombreuses semaines durant lesquelles ce « Something for everybody » sera numéro 1 du Billboard…

Cependant, dans un nouveau style, « I want you with me » ou « Sentimental me » sont assez réussies mais ne donnent pas soif. Nous restons sur une musique assez terne, qui sera souvent la marque de fabrique des disques du King tout au long de cette décennie des sixties. L’équité nous oblige à souligner la responsabilité de notre vrai-faux bon officier le colonel Parker dans ce petit naufrage, mais aussi de l’armée, et enfin de la rencontre avec Priscilla Beaulieu, jeunette qui aura les faveurs du King pendant de longues années, puisqu’il ira jusqu’à se marier avec elle.
Face à un tel ensemble de guimauve, il est temps d’évoquer la vie privée d’Elvis afin de ranimer quelque intérêt dans l’œil bientôt torve du lecteur. Le drame est passé, sa maman l’a quitté, il se jette à corps perdu dans la moisson féminine, se crée un cheptel conséquent dans lequel Priscilla occupe la fonction enviée de « favorite », c’est la double époque où Elvis replonge dans le Gospel cher à son enfance, mais aussi où il commence à abuser des substances illicites.
Bref, on est bien loin de la folie musicale des débuts ; Elvis est un produit marketé, calibré… Ou est donc passé le « Pelvis » ?

Rien n’est laissé au hasard, merci monsieur Parker !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


LITTLE RICHARD
Here's Little Richard (1956)
Richard 1er le petit




Billy Lee RILEY
The Legendary Sun Classics (2010)
Le killer oublié


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. There’s Always Me
2. Give Me The Right
3. It’s A Sin
4. Sentimental Me
5. Starting Today
6. Gently
7. I’m Comin Home
8. In Your Arms
9. Put The Blame On Me
10. Jody
11. I Want You With Me
12. I Flipped I Stumbled I Fell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod