Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  B.O FILM

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - Roustabout (1964)
Par ERWIN le 16 Février 2010          Consultée 2725 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Oyez, oyez, braves gens, ceci est l’ultime B.O. non foireuse du King avant belle lurette. L’air renfrogné du Elvis de la pochette ne peut signifier qu’une chose : il en a plein les rouflaquettes du colonel Parker, qui lui fait vraiment faire n’importe quoi ! D’ailleurs ce Roustabout signifie littéralement « l’homme à tout faire », titre que l’on aurait mieux compris pour un porno du meilleur effet avec scènes sado-maso à rallonge… Et c’est bien le cas ici, sur cette petite comédie dramatique de vacuité, dans laquelle l’ancienne gloire des plateaux Barbara Stanwick donne la réplique à un Elvis tout de cuir vêtu – donc SM ? –, qui ne sait plus du tout à quoi il sert (bein si : « A tout faire ! », en plus il suit pas…). Enfin donc, on est en danger d’implosion neuronique.

Pourtant les chansons qui composent cette B.O. tiennent encore la route. On peut aisément ranger ce skeud au côté d’un It happened at the worlds fair, c’est qualitatif et sympa sans être révolutionnaire. L’ambiance est d’ailleurs comparable au précité. Plusieurs rocks de bonne facture composent cet opus, parmi lesquels « Poison Ivy league » et son ton goguenard fort sympathique et entraînant. L’explosif et agressif « Hard knocks » qui porte bien son nom est prétexte à des envolées guitaristiques tout à fait respectables. Même le morceau éponyme d’introduction ne se porte pas si mal, la voix d’Elvis y présente toujours la même richesse, les mêmes intonations si plaisantes. « Wheels on my heels » achève cet ensemble finalement surprenant pour cette année tardive. On ne s’en sort pas si mal question tempo enlevé.

Mais voyons la suite :
Le rythme samba de « It’s a wonderful world » est moins choquant que les délires mexicanos du King, c’est sirupeux mais acceptable. « It’s carnival time » sonne « cirque » comme il se doit, mauvais prétexte pour un petit rythme écoutable. En revanche « There’s a brand new day on the horizon » est particulièrement réussie : Elvis y renoue avec les mélodies traditionnelles, en ajoutant une petite touche pimentée comme souvent.
« One heart » sonne plutôt moderne, et annonce les changements à venir dans le style du King.
Enfin signalons la présence de « Little Egypt » où le King nous gratifie d’une approche un poil plus cynique pour une chanson des 60s’, dans un esprit assez frondeur.
Bon, « Carny town » et « Big love big heartache » sont totalement insignifiantes.

Au final, une B.O. qui s’écoute facilement et qui ne vous poussera pas à faire de ce disque un sous-plat pour la table de votre salle à manger. Mais je ne peux m’empêcher de zieuter avec appréhension les B.O. et autres joyeusetés qui vont suivre… La conclusion s’impose d’elle-même : je ne sais si j’aurai la volonté et le courage de traverser cette mer infestée de requins armé de ma frêle et fragile bouée. Car rendez-vous compte, les albums qui suivent ne sont rien moins que les pires turpitudes du King en matière cinématographique et musicale. La honte qui m’assaille à devoir évoquer devant vous prochainement un Girl Happy ou un Harum Scarum de sinistre mémoire revient à vouloir chroniquer un album des Musclés pour les plus vieux d’entre vous ou de la Star Ac’ pour les plus jeunes. Une tâche quasi insurmontable que même l’humour le plus cinglant ne saurait désamorcer. Un véritable drame pour tous les fans d’Elvis. Une démarche qui pourrait mener au chaos, dans un choc éprouvant et redoutable.
Donc chers camarades, ne m’en veuillez pas si je saute-là quelques joyaux qui gisent aux tréfonds du mauvais goût musical pour aborder une période plus rassurante, même si pas exempte de blanquette, enfin de daube…

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Elvis PRESLEY
50,000,000 Elvis Fans Can't Be Wrong: Elvis' Gold Records 2 (1959)
50 millions de fans ont raison




Elvis PRESLEY
King Creole (1958)
Grand film, grande bo


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Roustabout
2. Little Egypt
3. Poison Ivy League
4. Hard Knocks
5. It’s A Wonderful World
6. One Track Time
7. It’s Carnival Time
8. Carny Town
9. There’s A Brand New Day On The Horizon
10. Wheels On My Heels



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod