Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eddie Cochran , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Elvis PRESLEY - For Lp Fans Only (1959)
Par ERWIN le 4 Septembre 2009          Consultée 3605 fois

En Mars 1958, Elvis est appelé sous les drapeaux. RCA prévoit le coup et lui fait enregistrer quelques chansons avant son départ pour l’armée et les ajoute aux premiers succès d’Elvis en 54-55 sous l’égide de Sun Records. C’est ainsi que « That’s all right Mama » et « My baby left me » renaissent sous les microsillons du 33 tours. Cette réédition aura toutefois le mérite d’être propice à la sortie du premier titre en Grande-Bretagne avec les retombées que l’on connaît sur la jeunesse anglaise et les quatre boutonneux de Liverpool.
Les puristes adorent, mais c’est tout de même un petit pas de tango en arrière, ces chansons ont déjà deux ans ! Malgré leur valeur, l’album n’aura pas le foudroyant succès des six premiers LP du King. Seules dix chansons composent le « Fans only », c’est peu… Vingt-trois minutes de musique, dont la moitié sont connues de tous, c’est même très peu… Nous sommes bien loin du pléthorique premier tome de ses Golden Records. L’album atteint seulement la vingt-troisième place du Billboard. Pour le King c’est un premier camouflet. Nous entrons de plein pied dans l’ère « Elvis à l’armée », sous entendu, « l‘a pas l‘temps de bosser le gars »…
Parmi les réussites du skeud, nous avons : « Lawdy Miss Clawdy », un Blues rapide aux forts relents « crossroadiens », et puis le super classique popularisé par Bill Haley « Shake rattle and roll », auquel Elvis rend un hommage pleinement réussi. Enfin « I was the one » est un slow d’excellente facture, émotionnel et dans la droite lignée de « Anyway you want me ». Et... C'est tout !

Dans la grande tradition des désastres historiques, nous avons : « Playing for keeps » plus molle que jamais, un accès de mièvrerie comme Elvis en aura peu dans les 50’s.
« You’re a heartbreaker » renoue avec une veine Country western qui date un peu en cette année 58. « Poor boy » sort de la B.O. de « Love me tender », un western… Sympa mais pas mémorable, si ce n’est qu’Elvis en a écrit la musique. « I’m left you’re right she’s gone » est molle du genou, même si le refrain entêtant marque au fer rouge la mémoire des plus récalcitrants… C’est pas l’extase !
Il serait temps de tirer la sonnette d’alarme ! Mais les fans n’en ont cure, à l’image d’Elvis se gavant de sucreries dans les 70’s, ils se gavent d’Elvis, quelque soit le contenu. Aujourd’hui, ce n’est pas si grave, car la qualité reste là. Mais demain ?
Les biographes se sont penchés avec attention sur cette période charnière, les explications sont légions mais aucune ne « colle ». Sans doute faut-il aller chercher dans le deuil de Gladys Presley, Maman chérie du King, la raison principale du retrait d’Elvis des affaires courantes. Le Colonel Parker va désormais prendre en main les destinées de son poulain, sans prêter aucunement attention à la qualité des chansons proposées, ni au bonheur de son « protégé ». Avant les chocs pétroliers, c’est pourtant l’ère des Pétrodollars – beaucoup, beaucoup d’argent – qui débute, et le fameux colonel ne va pas être le dernier à s’en mettre plein les poches.

Attention, cet album n’est pas mauvais et Elvis va rebondir. Mais il est le symbole d’une époque révolue. Et cette étonnante image, la pochette du Fans Only : une photo des années 56-57 où Elvis est tout blondinet… Cherche-t-on à faire passer un message? Prend-on les fans du King pour des imbéciles ? Tout cela est bien étrange. Et puis ce titre ! Les fans du King sont-ils si bêtes ?
Alors dans ma grande mansuétude, je passerai sur les quatre titres inutiles, sur les quatre rééditions, et je garde en mémoire "I was the one" – car c'est vrai ! – et "Shake rattle and roll", titre emblématique d'un intellectualisme rare, mais qui swingue terriblement, et je mettrai un 2.5 au Fans only, arrondi à 3 parce que c'est lui, et que la photo est l'une des plus belles d'Elvis... Vivement le suivant !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Brian SETZER
Rockabilly Riot ! Volume One: A Tribute To Sun Records (2005)
Brian au soleil




The BEACH BOYS
All Summer Long (1964)
I get around est là !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Elvis Presley – Vocal, Guitar
- Scotty Moore – Guitar
- Chet Atkins - Guitar
- Floyd Cramer - Piano
- Shorty Long - Piano
- Bill Black – Bass
- D.j. Fontana - Drums


1. That’s All Right
2. Lawdy Miss Clawdy
3. Mistery Train
4. Playing For Keeps
5. Poor Boy
6. My Baby Left Me
7. I Was The One
8. Shake Rattle And Roll
9. I’m Left You’re Right She’s Gone
10. You’re A Heartbreaker



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod