Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE ROCK  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Amon DÜÜl Ii, Blind Faith, Cream, MotÖrhead, Richard Wahnfried , Lemmy, Slim Jim & Danny B., Arthur Brown , Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : Dave Brock , Gong, Nik Turner , Hawklords
 

 Site Officiel (421)

HAWKWIND - Live Seventy Nine (1980)
Par RED ONE le 19 Février 2013          Consultée 1583 fois

En 1979, Dave Brock reforme HAWKWIND, peu de temps après la séparation du projet spin-off HAWKLORDS et le départ définitif du chanteur Robert Calvert vers des cieux autrement plus étoilés. L'album PXR5, testament de la période Calvert enregistré bien avant l'album 25 Years On des HAWKLORDS, voit finalement le jour après plusieurs mois de retard, mais à l'heure de sa sortie en juin 1979, le groupe est toujours en pleine reconstruction. Cette période de flottement ne va heureusement pas durer très longtemps. Le line-up du nouveau HAWKWIND comprend son petit lot de têtes connues : Harvey Bainbridge, bassiste des HAWKLORDS, est toujours dans le coup. Le batteur Simon King, présent depuis l'album Doremi Fasol Latido (1972), est également encore là, mais plus pour très longtemps ceci dit. Tim Blake, venu du groupe progressif GONG, rejoint la nouvelle formation derrière ses claviers futuristes. Cerise sur le gâteau : le guitariste Huw Lloyd-Langton, déjà présent de façon éphémère en 1970 sur le tout premier album de la formation britannique mais ayant ensuite rapidement quitté le navire, effectue son grand retour au sein de l'équipage cosmique de Dave Brock (il y restera d'ailleurs jusqu'en 1988).

C'est donc un HAWKWIND entièrement reconstitué de toutes pièces (comme à chaque album, serais-je tenté de dire) qui va repartir en tournée durant l'hiver 1979. Mais la promotion du récent album PXR5 n'est pas le principal souci de Dave Brock, puisque HAWKWIND n'est désormais plus sous contrat avec sa précédente maison de disques, Charisma Records. La tournée hivernale servira donc de prétexte à enregistrer du matériel live afin de pouvoir démarcher de nouveaux labels et proposer très rapidement un album neuf. Le manager du groupe, Douglas Smith, arrive à négocier en urgence un contrat avec Bronze Records (label de ... MOTÖRHEAD) au début de l'année 1980. Bronze Records n'accepte cependant de signer le groupe qu'en raison du lien passé entre HAWKWIND et Lemmy Kilmister, et comble de malchance, HAWKWIND n'obtient de Bronze qu'un tout petit contrat de deux albums.

Live Seventy Nine, c'est donc cet album live sorti en quatrième vitesse en 1980 afin de relancer la carrière du groupe. Concernant le contenu, tout ne s'est pas non plus fait si facilement : ainsi, le groupe ne valide pas dans un premier temps les enregistrements sélectionnés pour l'album, réalisés à l'occasion d'une date de la tournée à Oxford. Mais après mixage, les membres de HAWKWIND changent d'avis, trouvant le rendu plus énergique et plus péchu que ne l'étaient leurs précédents enregistrements chez Charisma Records du temps de la période Calvert. Alors bien sûr, le rendu assez hard rock de Live Seventy Nine n'est pas dénué d'un certain opportunisme, puisque le groupe surfe ici habilement sur la mode heavy metal alors en vogue en Angleterre et profite du succès commercial des groupes de la New Wave Of British Heavy Metal. Mais il n'empêche, ça fait quand même plaisir d'entendre le groupe jouer avec autant d'énergie.

Oui, ce live est très court, 7 titres dans sa version originale (la version remastérisée en compte deux de plus). Mais tout de même, ce ne sont pas n'importe quels titres, et Live Seventy Nine compte quand même son lot conséquent de raretés. Ainsi la piste d'ouverture, "Shot Down In The Night", chute de studio de l'album des HAWKLORDS composée par l'ancien claviériste Steve Swindells (et également présente sur son album solo Fresh Blood, sorti en 1980), est une piste de hard rock tonitruante, aux sonorités space rock évidemment bien présentes. Mais "Shot Down In The Night" n'est pas la seule dans le genre : "Lighthouse", piste electro orientalisante, chantée par le claviériste Tim Blake et préfigurant fortement la new wave des années 1980, est pour sa part issue de l'album Blake's New Jerusalem, album solo de Tim Blake sorti en 1978.

Qu'en est-il alors des classiques ? Oui, le groupe joue ses classiques éternels, à savoir les "Brainstorm", "Spirit Of The Age", et autres "Master Of The Universe" ... Toutefois attention, les versions présentes sur Live Seventy Nine sont des versions finalement assez médiocres avec le recul, car jouées à 100 à l'heure. La qualité de l'enregistrement n'est également pas optimale. Mais ces titres ne sont pas l'intérêt majeur de cet album, puisque HAWKWIND se risque à nous sortir une chanson alors encore en gestation : "Motorway City", qui sera présente sur l'album Levitation quelques mois plus tard, est ici jouée dans une version déjà presque semblable à sa future version studio. En revanche, je préfère vous prévenir tout de suite : la présence de "Silver Machine" en temps que piste de fin n'est qu'un gros gag. Si vous avez remarqué, la piste est sous-titrée "(Requiem)". Ca n'est pas sans raison, puisqu'il s'agit d'une blague : Dave Brock, fatigué de jouer ce tube à longueur de tournée depuis 1971, fait littéralement exploser la chanson en fin d'album, pour signifier son épuisement face à ce titre et clore ainsi l'album de façon humoristique.

Au final, ce live de HAWKWIND est donc un album quand même assez intéressant, malgré ses défauts évidents (aspect bâclé, son assez brut et mixage cafouilli, tracklist beaucoup trop courte). Intéressant parce que le groupe nous montre que malgré un répertoire déjà solide, il ne voulait pas s'y enfermer et préparait déjà le terrain pour les albums à venir, préférant sortir un live au contenu inattendu qu'un banal "best of en concert". Live Seventy Nine s'adresse néanmoins essentiellement aux initiés, puisqu'il n'arrive évidemment pas du tout au niveau d'un Space Ritual (1973) ou d'un Live Chronicles (1986).

Un live classique de HAWKWIND, mais pas fondamentalement indispensable.


Note réelle : 3,5/5.

PS : comme je l'ai précisé plus haut, l'album a depuis été réédité dans une version remastérisée comprenant deux pistes bonus. En 1999 est cependant paru, sous le nom de "Complete '79 : Collector Series Vol. 1", un coffret 2 CD de 14 pistes contenant un autre concert de la même tournée, celui du 1er décembre 1979 au Hammersmith Odeon. Attention toutefois, puisqu'il s'agit essentiellement d'un bootleg vaguement mixé. De plus, cette publication a été énormément critiquée par d'anciens membres du groupe qui accusèrent Dave Brock d'avoir sorti la chose sans leur autorisation. En revanche, cette publication permet de se rendre compte que le groupe avait également joué des extraits de PXR5 et d'autres futurs titres de Levitation pendant cette tournée. Ce qui ne peut donc que nous faire regretter que Live Seventy Nine n'ai pas été plus complet.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par RED ONE :


HAWKLORDS
Censored (2014)
Hawkwind, à l'agonie ? Les remplaçants sont là...




HAWKWIND
The Earth Ritual Preview (1984)
Earth Ritual... ou plutôt ce qu'il en reste !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Dave Brock (chant, guitare, claviers)
- Huw Lloyd-langton (guitare, chant)
- Harvey Bainbridge (basse, chant)
- Tim Blake (claviers, chant)
- Simon King (batterie)


1. Shot Down In The Night
2. Motorway City
3. Spirit Of The Edge
4. Brainstorm
5. Lighthouse
6. Master Of The Universe
7. Silver Machine (requiem)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod