Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (2 / 10)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Hawkwind
1971 In Search Of Space
2019 All Aboard The Skylar...
2021 Somnia
 

- Membre : Amon DÜÜl Ii, Pretty Things/yardbird Blues Band, Blind Faith, Cream, MotÖrhead, Richard Wahnfried , Lemmy, Slim Jim & Danny B., Arthur Brown , High Tide
- Style + Membre : Gong, Dave Brock , Nik Turner , Hawklords
 

 Site Officiel (1065)

HAWKWIND - Doremi Fasol Latido (1972)
Par RED ONE le 13 Janvier 2012          Consultée 9384 fois

Le voyage interstellaire de HAWKWIND est à peine commencé, et voilà que l'équipage cosmique le plus barré de Grande Bretagne nous gratifie encore d'un chef-d'oeuvre ! Un disque au titre étrange, Doremi Fasol Latido, et à la pochette résolument heavy metal qui n'est pas sans évoquer les futurs designs de JUDAS PRIEST et de SAXON. L'une des premières choses que l'on se demande lorsqu'on analyse le disque, c'est la signification de ce titre 'à la con' ?. La réponse nous est fournie par le groupe : Do, Ré, Mi, Fa, So, La, et Ti, correspondent non seulement aux syllabes de la notation diatonique de la musique dans une version anglo-saxonne inventée au XIXème siècle, mais également aux astres du Système Solaire : Do représente Mars, Re le Soleil, Mi Mercure, Fa Saturne, So Jupiter, La représente ici Venus et enfin le Ti représente la Terre.

Doremi Fasol Latido est donc un concept album, basé sur les batailles entreprises par le vaisseau interstellaire HAWKWIND afin de lutter, à l'aide de sa musique, contre les forces du Mal qui se répandent dans le Système Solaire et, par extension, dans l'Univers entier. L'addition des différentes planètes est censée former une gamme chromatique astrale parfaite, synthèse de toute la puissance cosmique de l'équipage du HAWKWIND. Mais tiens, donc, que devient-il cet équipage, après le grand saut dans le vide effectué un an plus tôt sur In Search of Space (1971) ?

Décidemment, depuis deux ans, les sections rythmiques vont et viennent au sein du line-up de HAWKWIND, groupe qui ressemble alors beaucoup plus à une tribu de hippies instable qu'à une véritable formation de rock'n'roll carrée. En 1972, exit donc Dave Anderson et Terry Ollies, qui assuraient respectivement la basse et les percussions du génialissime In Search Of Space. Place désormais à Simon King aux fûts et à un certain... Lemmy Kilmister à la basse. Oui, c'est un fait bien connu, HAWKWIND est le groupe qui révéla Lemmy, des années avant qu'il ne fonde le légendaire MOTÖRHEAD. Et dès son entrée au sein de l'équipage du Hawk, Lemmy ne fait pas les choses à moitié puisqu'il assume le chant ET la basse sur deux titres du nouvel album. On avait d'ailleurs déjà pu le voir à l'oeuvre quelques mois plus tôt sur le superbe single "Silver Machine", disponible de nos jours sur la réédition de In Search of Space.

Pourquoi est-il encore et toujours utile d'insister sur la présence de Lemmy Kilmister sur ce troisième album de HAWKWIND ? Lancez donc votre lecteur et écoutez l'album du début à la fin : il n'y a pas quelque chose qui vous étonne ? Ecoutez bien la basse. Oui, oui. Vous avez bien entendu. Lemmy fait DEJA du MOTÖRHEAD avant l'heure ! Son arrivée au sein du groupe en 1971-72 est effectivement une étape décisive dans l'évolution du son HAWKWIND vers des sonorités résolument metal, sonorités qu'ils auront quelque peu tendance à abandonner à la fin des années 1970 avant d'y revenir complètement dans les années 1980.

L'album commence avec la très heavy "Brainstorm" sur laquelle la basse de Lemmy est plus que marquée, semblant assurer l'essentiel de la structure du morceau. "Brainstorm" n'est pas sans rappeler "You Shouldn't Do That", première piste du précédent opus, même si nous avons affaire ici à quelque chose de foncièrement plus musclé. Les deux chansons suivantes, "Space Is Deep" et "Open Change", reviennent à des atmosphères plus feutrées et acoustiques : "Space Is Deep" est ainsi une véritable ode à l'infini de l'Espace, très influencée par les essais folk de LED ZEPPELIN et magnifiée par la voix de Dave Brock. "One Change" est pour sa part une grosse bizarrerie, puisqu'il s'agit d'une mini-piste instrumentale ambiante composée uniquement d'une basse et d'un piano. L'ambiance distillée par la succession de ces deux titres est une franche réussite : l'ambiance spatiale est ici à son paroxysme, l'auditeur ne peut que s'extasier devant le Cosmos qui se présente ici à lui dans toute son immensité.

Les choses redeviennent plus méchantes avec "Lord of Light" où la basse de Lemmy fait encore des merveilles. Ce titre est chanté par Dave Brock mais demeure plus que soutenu par la présence du futur bassiste de MOTÖRHEAD, dont les lignes de basse recherchées font de cette chanson un vrai titre de hard-rock speed avant l'heure, toujours émaillé de quelques touches psychédéliques. Les flûtes suramplifiées et les guitares sont toutefois de retour sur "Down Through The Night", nouvelle comptine à la gloire de l'Espace dite une nouvelle fois par le capitaine Brock.

Mais c'est pour mieux introduire la piste suivante, "Time We Left This World", titre doom ralenti au son résolument metal sur lequel la basse de Lemmy, encore une fois énormément mise en valeur, ronronne de façon omniprésente alors que lui en assure les choeurs. Ce morceau ressemble d'ailleurs parfois à s'y méprendre aux premiers essais doom psychédéliques de BLACK SABBATH. Les saxophones saturés et les phrases répétées en boucle sont de nouveau de sortie ici, et la fin du morceau se perd dans les constellations d'improvisations infinies lourdes et mégalithiques. L'album se clôt enfin sur "The Watcher", petite chanson acoustique chantée par Lemmy.

La baffe est finalement beaucoup plus lourde que celle d'In Search Of Space : Doremi Fasol Latido est un disque lourd, étouffant, caverneux, très noir au final, mais noir comme l'infini de l'Espace que le groupe ne cesse de chanter depuis maintenant deux ans. Doremi Fasol Latido est assurément l'album qui consacre le génie de HAWKWIND, après deux opus de tatonnements (même si In Search of Space était déjà énormément abouti en ce sens). Ses ambiances sont variées, mais cette hétérogénéité apparente masque en réalité une véritable cohésion. Doremi Fasol Latido forme un tout, un ensemble lourd et solide, et au final un recueil d'hymnes space rock essentiels. Il s'agit véritablement de l'album sur lequel la présence de Lemmy est la plus visible, et son influence y est déterminante dans les sonorités lourdes du disque. Le succès énorme du disque poussera le groupe à enregistrer son premier live, le monumental Space Ritual, qui sortira en 1973.

Doremi... est un grand classique du rock psychédélique, et un monument de l'histoire du rock toutes chapelles confondues ! Indispensable.

Brainstorm Here I Go !

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par RED ONE :


ULVER
Live At Roadburn (2013)
Le complément idéal à childhood's end




ULVER
Childhood's End (2012)
La machine psychédélique à remonter le temps


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Lemmy Kilmister (basse, guitare, chant)
- Nike Turner (saxophone, flûte, chant)
- Del Dettmar (synthétiseur)
- Simon King (batterie)
- Dave Brock (chant, guitare)
- Michael Davies (synthétiseur)


1. Brainstorm
2. Space Is Deep
3. One Change
4. Lord Of Light
5. Down Through The Night
6. Time We Left This World Today
7. The Watcher



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod