Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Amon DÜÜl Ii, Blind Faith, Cream, MotÖrhead, Richard Wahnfried , Lemmy, Slim Jim & Danny B., Arthur Brown , Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : Dave Brock , Gong, Nik Turner , Hawklords
 

 Site Officiel (482)

HAWKWIND - The Chronicle Of The Black Sword (1985)
Par RED ONE le 16 Octobre 2014          Consultée 1922 fois

La période 80's de la discographie des Hawks est peut être celle que je préfère. Certes, je voue un culte aux premiers albums, ceux de l'âge d'or des années 1970 avec Lemmy Kilmister et Nik Turner... Mais par tous les seigneurs de l'Espace, qu'est-ce que la décennie suivante est enthousiasmante ! Des albums puissants, flirtant souvent ouvertement avec le hard rock (voir le heavy metal), des pochettes superbes et des concepts SF plus barrés que jamais. Par bien des aspects, les années 1980 peuvent être considérés comme le "sommet" de la carrière du groupe de Dave Brock, leur période la plus aboutie et la plus grandiloquente. Alors certes, il y a quelques trucs un peu anecdotiques (Church Of Hawkwind, Choose Your Masques...), mais c'est incontestablement l'une des meilleures décennies de la carrière des Britanniques. Et on aurait bien sûr tort de s'en priver, surtout quand on sait que les décennies suivantes seront plus que décevantes...

Cette période faste atteint de toute évidence son apogée sur The Chronicle Of The Black Sword, chef d'oeuvre absolu sorti en 1985. En ce milieu de décennie, HAWKWIND sort cependant d'une petite période d'incertitude. Le projet d'album studio Earth Ritual, initié en 1983, est tombé à l'eau, et en dépit d'un vague EP "teaser" sorti en 1984 (The Earth Ritual Preview), HAWKWIND n'a pas sorti de nouveau LP studio depuis Choose Your Masques en 1982.
Le line-up des Hawks, en perpétuelle mutation depuis la création du groupe, n'en finit pas de bouger en ce milieu de décennie. Le groupe déniche enfin un batteur permanent en la personne de Danny Thompson Jr. (fils de Danny Thompson, contrebassiste de PENTANGLE). Après un bref retour de Nik Turner en temps que chanteur du groupe durant la tournée 1984, le bassiste Harvey Bainbridge change d'affectation et s'occupera désormais des seuls claviers. La basse sera dorénavant assurée par Alan Davey, jeune fan ayant eu assez de courage pour postuler de lui-même auprès du capitaine Brock, réputé intransigeant et tyrannique avec ses musiciens. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce changement de bassiste s'entend ! La basse d'Alan Davey se révèle en effet lourde, puissante, lorgnant plus que jamais sur les frontières du heavy metal.

The Chronicle Of The Black Sword est évidemment un concept album. Et pas n'importe quel concept, puisque l'opus est cette fois entièrement dédié à l'oeuvre de Michael Moorcock et aux aventures d'Elric de Melniboné, son héros de toujours. Enfin presque entièrement, puisque "Needle Gun" évoque pour sa part un autre personnage de l'oeuvre de Moorcock, Jerry Cornelius. Pour l'histoire, rappelons quand même que la collaboration entre HAWKWIND et Michael Moorcock remonte au début des années 1970, et que l'univers d'Elric était déjà largement abordé sur Warrior On The Edge Of Time (1975). La Chronique de l'Epée Noire peut d'ailleurs aisément être vu comme une sorte de "suite" à ce dernier.
Dave Brock réutilisant très fréquemment un grand nombre de ses idées sur plusieurs albums à la fois, il ne fait pas l'ombre d'un doute que beaucoup de titres de Chronicle Of The Black Sword auraient certainement trouvé leur place sur Earth Ritual, l'album avorté de 1984.

Le voyage intergalactique commence de façon surpuissante, avec une "Song Of The Swords" épique à souhait, ouvertement heavy metal. Les guitares de Dave Brock et de Huw Lloyd-Langton se font martiales et sauvages. "Shade Gate" et ses sonorités électroniques contemplatives introduisent de fort belle manière la très rock'n'roll "Sea King" et ses riffs en acier trempé. "The Pulsing Cavern" et ses ambiances cosmiques sont l'un des meilleurs moments de l'opus, le grand Multivers de Moorcock se déroule ici devant nos yeux émerveillés, et la musique de HAWKWIND prend toute sa dimension. Le space rock des Britanniques atteint les sommets les plus élevés de son génie sur l'époustouflante "Elric The Enchanter", monument incomparable. Les Hawks sont ici à leur plus haut niveau !
Le succès planétaire des bluesmen texans de ZZ TOP avec l'excellent album Eliminator (1983) est probablement responsable des intonations fortement blues rock de la fort sympathique "Needle Gun". La sublime ballade "Zarozinia", chantée par Dave Brock, est en ce qui la concerne l'un des moments les plus émouvants de l'opus, avec ses sonorités douces évoquant un rivage fantomatique.
Des bruits de guerre futuriste refont enfin surface sur "Demise", très bon prélude à l'épique "Sleep Of Thousands Tears", monument space rock toujours influencé par le blues rock des Texans barbus. L'électronique tonitruante refait finalement son apparition sur "Chaos Army", moment court servant d'introduction à "Horn Of Destiny", nouvelle pièce épique lorgnant toujours sur le heavy metal.
Le voyage au pays de Moorcock s'achève déjà, et on a pas vu le temps passer. Nom d'un Champion Eternel, quelle gifle !

Album collant parfaitement à son époque, The Chronicle Of The Black Sword peut être aisément vu comme la synthèse parfaite de tout le travail entrepris par Dave Brock et ses acolytes depuis 1979, année de la "reformation" du groupe après la brève expérience HAWKLORDS. Certes, Levitation (1980) et Sonic Attack (1981) constituaient déjà deux excellents efforts des Hawks version 80's, mais on sentait que le groupe pouvait encore pousser plus loin sa recherche de la perfection space rock.
Ce magnifique album bleu sorti en 1985 sous le haut patronage de Michael Moorcock en est l'aboutissement total : un son furieux, des compositions excellentes, une écriture de très haut niveau, des ambiances spatiales tirant le maximum des évolutions technologiques de l'époque, et une utilisation intelligente des sonorités électroniques. Un live fantastique sera tiré de la tournée qui suivra : l'épique Live Chronicles (1986), disque tout aussi incontournable.

The Chronicle Of The Black Sword est le meilleur album studio de HAWKWIND, sans nul doute possible.

Incontournable.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par RED ONE :


HAWKWIND
25 Years On (hawklords) (1978)
Les Hawklords changent provisoirement d'identité




ULVER
Live At Roadburn (2013)
Le complément idéal à childhood's end


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Dave Brock (chant, guitare, claviers)
- Huw Lloyd-langton (guitare)
- Alan Davey (basse)
- Harvey Bainbridge (claviers)
- Danny Thompson Jr. (batterie)
- Dave Charles (percussions)


1. Song Of The Swords
2. Shade Gate
3. The Sea King
4. The Pulsing Cavern
5. Elric The Enchanter
6. Needle Gun
7. Zarozinia
8. The Demise
9. Sleep Of A Thousand Tears
10. Chaos Army
11. Horn Of Destiny



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod