Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  LIVE

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Amon DÜÜl Ii, Blind Faith, Cream, MotÖrhead, Richard Wahnfried , Lemmy, Slim Jim & Danny B., Arthur Brown , Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : Dave Brock , Gong, Nik Turner , Hawklords
 

 Site Officiel (420)

HAWKWIND - Live Chronicles (1986)
Par ERWIN le 26 Septembre 2009          Consultée 3145 fois

Live Chronicles est à Hawkwind ce que Live After Death est à Iron Maiden ou Alive à Kiss : le sommet de leur carrière, sans aucun doute possible. Il fait en outre office de « best of » dans la pléthorique discographie du groupe – pas moins de 70 LP à leur actif ! –, la plupart des morceaux étant de grands classiques. C’est le cas notamment de « Master of the universe » leur morceau le plus connu, une étrangeté psychédélique née dans l’esprit dérangé de ce tordu qu’est Dave « space » Brock, la plus loufoque des rock stars, adorateur des substances illicites depuis le berceau, pourfendeur de groupies et dingue en chef du vaisseau spatial.

Ce live est éminemment Heavy Metal ; les versions disposent d’un son très clair mais merveilleusement distordu, dans lequel Huw Lloyd-Langton, soliste du groupe et second chanteur, se taille la part du lion, comme sur « Dragons and fables » ou « Moonglum », où il impose un style de chant plus soft, à l’instar d’un Buck Dharma dans BOC. Aussi bon chanteur que guitariste – ce qui n’est pas peu dire –, ce timide garçon, mascotte du groupe, tire remarquablement son épingle du jeu sur les nombreuses parties instrumentales du disque comme sur le solo de « Song of the sword ».

A cet instant, comment ne pas évoquer ces fameuses parties instrumentales, spécialité d’Hawkwind et véritable espace réservé. La beauté ondoyante de l’instrumental « The pulsing cavern », servi par les synthés démesurés d’Harvey Bainbridge et la basse exceptionnelle d’Alan Davey, est puissamment évocatrice d’Elric ; rappelons-nous Moorcock, lorsque les deux épées sont découvertes ; ce morceau n’est-il pas emblématique ? Comme dans un rêve… C’est aussi le cas de « Shade gate » plus dynamique, et remarquablement rythmé. Assurément, les speedfreaks du groupe sont aussi de magnifiques musiciens doués d’une sensibilité rare.

Brock est en première ligne à chaque instant comme sur les morceaux de bravoure que sont « Song of the sword », « Sea king », ou le très rock’n’roll « Needle gun ». On le retrouve aussi sur les morceaux plus atmosphériques comme le lancinant slow « Zarozinia », une merveille immaculée.
C’est Hawkwind en concert, donc l’occasion d’assister à de véritables joutes théâtrales : Elric, plus albinos que jamais, se mesure sur scène à toutes sortes d’ennemis, armé de sa fidèle Stormbringer, pendant le « Lord-wizard medley », interlude présent lors de chaque concert de la famille Hawkwind.
Mais le concert repart de plus belle avec la sublime ligne de basse de « Elric the enchanter », puis le diptyque « Conjuration of magnu »/« Magnu », si bien introduit par la maléfique voix de Brock.

Si l’on excepte les interludes, qui font partie intégrante des très longs shows d’Hawkind – plus de trois heures en moyenne –, le concert ne baisse jamais en intensité. Les musiciens sont d’une technicité frappante : pas de canards ; on aurait pu s’attendre à une influence néfaste de leur surconsommation de Speed, mais non. A l’instar d’un Lemmy – rappelons que le leader de Motörhead fut pendant de longues années compagnon de beuverie et bassiste de Brock & Cie. –, ils sont aujourd’hui toujours en pleine forme, si l’on excepte Lloyd-Langton atteint de légionellose – rien à voir avec son mode de vie donc – et devenu bien faible pour son âge.
A peine peut-on relever certains morceaux ou thèmes moins puissants que les autres ; j’ai tendance à zapper l’enchaînement « Dreaming city »/« Choose your masque », où je m’endors facilement, mais c’est sans doute la seule faiblesse de ce Live qui touche souvent au sublime. Il s’agit d’une véritable communion vécue par un groupe légendaire et son public de die hard.

Le grand Multivers de Moorcock, servi par une musicalité exceptionnelle, et par sa propre voix, puisque nous pouvons l'entendre sur de nombreux interludes. A écouter en lisant les bouquins du Maître !
Du bonheur en barres !

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par ERWIN :


HIGH TIDE
Sea Shanties (1969)
Un mamouth en 69 !




The GUN
The Gun (1968)
Poursuite avec le diable


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Dave Brock (chant, guitare, claviers)
- Huw Lloyd-langton (chant, guitare)
- Alan Davey (basse)
- Harvey Baibridge (synthétiseur)
- Danny Thompson Jr (batterie)


1. Songs Of The Swords
2. Dragons And Fables
3. The Sea King
4. Angels Of Death
5. Shade Gate
6. Rocky Paths
7. The Pulsing Cavern
8. Master Of The Universe
9. Dreaming City
10. Choose Your Masks
11. Needle Gun
12. Zarozinia
13. Lords Of Chaos
14. The Dark Lords
15. Wizards Of Pan Tang
16. Moonglum
17. Elric The Enchanter
18. Conjuration Of Magnu
19. Magnu
20. Dust Of Time



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod