Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Amon DÜÜl Ii, Blind Faith, Cream, MotÖrhead, Richard Wahnfried , Lemmy, Slim Jim & Danny B., Arthur Brown , Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : Dave Brock , Gong, Nik Turner , Hawklords
 

 Site Officiel (532)

HAWKWIND - It Is The Business Of The Future To Be Dangerous (1993)
Par RED ONE le 2 Décembre 2014          Consultée 1185 fois

Alors que les années 1990 sont déjà bien entamées, HAWKWIND ne va pas très bien. C'est en tout cas le constat que l'on se fait à l'écoute de cet album de 1993 au nom tarabiscoté (apparemment tiré d'une citation du mathématicien Alfred Whitehead).
La pochette du disque a beau être superbe (elle semble d'ailleurs faire référence à celle de Church Of Hawkwind), il ne faut pas se voiler la face : en 1993, HAWKWIND commence à sérieusement tourner en rond dans l'Univers.
Continuant depuis 1991 sa route sous la forme d'un trio, le groupe britannique enregistre de plus en plus frénétiquement, aidé dans son entreprise par les nouvelles technologies informatiques de musique assistée par ordinateur, pour lesquelles Dave Brock montre un intérêt chaque jour croissant. L'album Electric Tepee, sorti un an auparavant, avait pourtant déjà de quoi soulever les plus grandes inquiétudes : des expérimentations new age en trop grand nombre, quelques moments rock assez réussis mais éparpillés sans grande cohérence, et au final un disque dont on ne retenait pas grand chose.

Sur cet opus sorti à peine quelques mois plus tard, rien n'a fondamentalement changé. Le line-up n'évolue pas, on prend les mêmes et on recommence. C'est fort dommage, car quelques musiciens supplémentaires auraient peut être sauvé le navire HAWKWIND d'un marasme musical dont il a bien grand peine à se sortir en ces années là.
Niveau contenu, les choses commencent d'ailleurs assez mal : la piste éponyme, qui introduit l'album, est un long moment de solitude cosmique sans relief aucun, et qui n'incite gère à vouloir poursuivre l'écoute. D'ailleurs chose assez surprenante, toute la première partie de cet album est extrêmement mollassonne, comme si la machine HAWKWIND s'était perdue dans une nébuleuse de produits stupéfiants et n'arrivait pas à redémarrer ses moteurs. "Space Is Their (Palestine)", long titre new age aux influences orientalisantes, se révèle bien meilleur que le premier titre mais n'est pas non plus fondamentalement original.
Dave Brock profite visiblement de cet album pour prendre position sur quelques sujets de géopolitique, et cela mérite d'être noté : après la Palestine évoquée dans le titre du second morceau, c'est vers le Tibet que se tourne notre ami guitariste, avec les deux parties de l'ensemble "Tibet Is Not China". La première partie continue toujours dans une veine new age contemplative très monotone, alors que la seconde laisse enfin parler les guitares et quelques sonorités un peu plus musclées. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il était temps ! Car nous en sommes déjà au quatrième titre, et l'album n'a toujours pas décollé. Misère...

Ca et là, quelques moments fugaces relèvent un peu le niveau, et sauvent le disque d'une catastrophe totale : "Let Barking Dogs Lie", long moment lourd qui monte progressivement en puissance, se révèle relativement intéressant. "Techno Tropic Zone Exists", avec ses ambiances très dérangeantes, apporte un soupçon de relief à toute cette bouillie cosmique. "Gimme Shelter", reprise des ROLLING STONES chantée par Richard Chadwick, est enfin probablement, n'ayons pas peur des mots, le meilleur moment de l'opus. Manque de bol, ce n'est pas une composition originale de HAWKWIND, et la chanson n'arrive qu'en fin de tracklist.
Du reste, rien de très intéressant : "Letting In The Past", nouvelle version de "Looking In The Future", un morceau tiré de Church Of Hawkwind (1982), apparait comme bien en deçà de sa version d'origine, autant dire qu'on s'en serait bien passé.
Toutefois le moment le plus saugrenu de cet opus véritablement soporifique est incontestablement "The Camera That Could Lie", fusion très étrange de space rock et de reggae. L'exercice se révèle très maladroit, finalement assez ridicule, et même si quelques passages sont un peu réussis, au final nous n'en retenons quasiment rien.

Alors voilà. Il n'y a pas grand chose à rajouter. It Is The Business Of The Future To Be Dangerous est un disque de HAWKWIND très ennuyeux, où les quelques bonnes idées présentes (et heureusement il y en a) sont noyées sous une vilaine confiture new age fade et insipide, entièrement conçue par ordinateur, indigne des grands moments du groupe britannique.
Toutefois on serait bien malhabile de jeter aussi facilement l'astéroïde à ce cher Dave Brock, lui qui, en toute bonne foi, cherchait à faire évoluer son groupe en se servant de nouvelles technologies alors à sa portée.
Hélas ! Cet album foireux en annonce malheureusement d'autres, beaucoup d'autres, qui verront le jour dans les décennies à venir. Certes tout ne sera pas à jeter, mais la période faste des Hawks est désormais définitivement enterrée.

Dommage.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par RED ONE :


HAWKWIND
In Your Area (1999)
"Are you ready to flyyyyy with the Hawklords ?"




HAWKWIND
The Earth Ritual Preview (1984)
Earth Ritual... ou plutôt ce qu'il en reste !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Dave Brock (chant, guitares, claviers)
- Alan Davey (basse)
- Richard Chadwick (batterie)


1. It Is The Business Of The Future To Be Dangerous
2. Space Is Their (palestine)
3. Tibet Is Not China (part 1)
4. Tibet Is Not China (part 2)
5. Let Barking Dogs Lie
6. Wave Upon Wave
7. Letting In The Past
8. The Camera That Could Lie
9. 3 Or 4 Erections In The Course Of A Night
10. Techno Tropic Zone Exists
11. Gimme Shelter
12. Avante



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod