Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Hawkwind
2019 All Aboard The Skylar...
 

- Membre : Amon DÜÜl Ii, Blind Faith, Cream, MotÖrhead, Richard Wahnfried , Lemmy, Slim Jim & Danny B., Arthur Brown , Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : Dave Brock , Gong, Nik Turner , Hawklords
 

 Site Officiel (756)

HAWKWIND - Electric Tepee (1992)
Par RED ONE le 27 Novembre 2014          Consultée 958 fois

Les années 1990 sont une période assez embarrassante de la carrière de HAWKWIND.
Durant cette décennie, les Hawks continuent de sortir régulièrement des albums, néanmoins on ne peut pas dire que les opus enregistrés durant cette période soient les plus intéressants de leur carrière. Toutefois, il convient de relativiser cette tendance, car les décennies suivantes seront malheureusement bien plus catastrophiques, et à ce titre les années 1990 ont quand même offert quelques trucs savoureux à nous mettre sous la dent de temps en temps.
Néanmoins en ces temps cosmiques troublés, l'équipage HAWKWIND n'en finit plus de voir ses membres quitter le navire les uns après les autres, et se voit progressivement réduit à peau de chagrin. Au sortir de la tournée Space Bandits, Harvey Bainbridge quitte ainsi définitivement le navire, accompagné par Bridget Wishart et Simon House. Seuls demeurent Alan Davey (basse) et Richard Chadwick (batterie), fidèles lieutenants d'un Dave Brock plus que jamais décidé à maintenir son navire à flot. Faisant fi des défections, HAWKWIND décide alors de continuer sous la forme d'un trio, formule jusqu'alors inédite dans sa carrière.

Electric Tepee est donc la première réalisation de cette nouvelle variation du line-up des Britanniques. La simplifiction du format du groupe a-t-elle cependant eu des effets positifs sur sa musique ? Rien n'est moins sûr... Privé de ses musiciens additionnels (chant, claviers, etc...), la qualité d'écriture de HAWKWIND s'appauvrit, et l'intérêt que monter alors Dave Brock pour la musique assistée par ordinateur (M.A.O.), à l'époque en plein essor, ne va rien arranger.
Éminemment plus long que son prédécesseur Space Bandits (1990), Electric Tepee est symptomatique de ce déclin créatif qui semble irrémédiablement poindre le bout de son nez. Comme pour contrebalancer la trop faible durée du très frustrant Space Bandits, Dave Brock nous livre ainsi en 1992 un album beaucoup trop long.

Il y a pourtant de belles choses sur ce Tipi Electrique : la piste d'ouverture, "LSD", introduit les choses de fort belle manière, avec un long moment mélangeant hard rock et sonorités spatiales assez réussies. Le space rock furieux ressurgit un peu plus loin sur "Secret Agent", les riffs sont efficaces et le morceau envoie du bois de façon assez convaincante au premier abord. On se croirait parfois dans un curieux mélange entre DEEP PURPLE et le son classique de HAWKWIND, mais le titre dure malheureusement trop longtemps et se révèle finalement assez ennuyeux. Dans la même veine, on trouvera la très longue "Mask Of The Morning" ou encore l'étrange "Sadness Runs Deep", gourmandise orientalisante et mystique. La très punk "Right To Decide" charmera également avec ses beaux passages aériens.
Sur l'intégralité de l'album, la basse d'Alan Davey se révèle pour sa part lourde et groovy, assez réussie. En revanche, Dave Brock livre une performance vocale assez mitigée, sa voix n'étant pas toujours mixée de façon optimale. Les passages réalisés par ordinateur, bien trop présents, témoignent d'une évidente volonté de boucher les trous béants du line-up en saupoudrant l'ensemble de multiples artifices informatiques.

Les moments ambient/new age sont donc ici légion, et bien que nombre d'entre eux soient plutôt sympathiques ("Blue Shift", "Going To Hawaii"...), il semblerait que Dave Brock n'ai pas pu s'empêcher d'en farcir l'album jusqu'à plus soif. Il en résulte au final un album très déséquilibré : Electric Tepee comporte un certain nombre de moments rock, mais tous ne sont pas réussis, et le reste du LP est constitué pour l'essentiel de passages planants très redondants. À la longue, on finit bien vite par piquer du nez.
Certains sont pourtant magnifiques, comme l'excellente "Blue Shift" et ses superbes nappes cosmiques, dans la plus grande tradition HAWKWIND. Très beau moment de recueillement spatial.
Mais ces quelques beaux moments ne doivent pas masquer la réalité : Electric Tepee s'étire considérablement en longueur, les bonnes idées space rock sont noyées sous un déluge de délires new age qui donne bien vite la nausée. On ressort de l'écoute de cet album relativement groggy, et pas franchement convaincu de la pertinence des idées proposées par HAWKWIND en ce début de décennie 1990...

En 1992, même s'il semble encore très inspiré par endroits, il ne fait guère de doutes que l'inspiration de HAWKWIND semble irréversiblement sur le déclin.

Meilleurs moments : "Blue Shift", "Right To Decide", "Going To Hawaii"...

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par RED ONE :


HAWKLORDS
Censored (2014)
Hawkwind, à l'agonie ? Les remplaçants sont là...




HAWKWIND
Pxr5 (1979)
Les Hawklords changent de secteur galactique ...


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Dave Brock (chant, guitares, claviers)
- Alan Davey (basse, claviers)
- Richard Chadwick (batterie)


1. L.s.d.
2. Blue Shift
3. Death Of War
4. Secret Agent
5. Garden Pests
6. Space Dust
7. Snake Dance
8. Mask Of The Morning
9. Rites Of Netherworld
10. Don't Understand
11. Sadness Runs Deep
12. Right To Decide
13. Going To Hawaii
14. Electric Tepee



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod