Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Tom Waits , John Mellencamp , Bap Kennedy , The Byrds , Bert Jansch , Marianne Faithfull , Lucinda Williams
- Style + Membre : The Band
 

 Bob Dylan: Bobdylan.com (1588)

Bob DYLAN - Another Side Of Bob Dylan (1964)
Par ERWIN le 18 Février 2010          Consultée 4016 fois

Les événements s'enchaînent ; tout est allé très vite pour le jeune Bob DYLAN : le succès, l'argent, les filles, l'âpreté de son précédent album, c'en est un peu trop pour lui. Aussi, son quatrième opus se présente-t-il totalement à contre-courant. « Son autre facette », comme il l'annonce sans ambages en gros titre. Une sacrée surprise après l'accusateur The Times They are a Changin’.

Ce nouvel album du troubadour céleste s’ouvre sur un « All I really want to do », morceau qui peut certes apparaître comme une profession de foi, mais qui ne restera pas dans les mémoires.
Le blues très rural du corbeau noir « Black crow blues » – s’adresse-t-il à lui-même ? – ne casse pas des briques mais va finalement se révéler être l’un des bons morceaux de ce disque, l’un des moins réussis de DYLAN.
« Spanish harlem incident » est originale ne serait-ce que sur les intonations du chant : quelques envolées inhabituelles ponctuent cette chanson. C’est sec, c’est raw, c’est folk dans la grande tradition.
« Chimes of freedom » est encore une chanson de rébellion, mais le ton s’adoucit et devient presque affectueux. « It shall be free » est dans le même ton doucereux, un brin moqueur : il y menace de tabasser Cassius Clay… une grosse rigolade ! Au moins, les paroles de celle-ci sont marrantes…

Et puis on s’arrête là en matière d’originalité, le reste de l’album va se révéler peu attrayant et d’un fruste digne des champs de maïs de son Minnesota natal… Mais égrenons quelques unes de ces chansons :
« To Ramona » est une chanson d’amour. Ce n’est jamais si évident dans la bouche du troubadour. Vraiment trop simpliste. Nous touchons le fond de la folk attitude, un accord voire deux, et une légère complainte sans réelle imagination.
« Motorpsycho nitemare » narre les aventures d’un clodo céleste pour changer ; le ton est insouciant, la chanson est gaie, loufoque : un médecin décide de venir s’enterrer dans une ferme perdue. « My back pages » ne présente pas un intérêt phénoménal, pas plus que « I don’t believe you » qui reprend les ficelles des précédentes.
C’est peu, c’est bien peu pour un compositeur de sa trempe…

Avec l’album paru quelques mois auparavant, nous avons les deux faces les plus éloignées de Bob DYLAN, ce disque est aussi gentillet que Times They are a Changin’ était noir, violent, presque méchant. La simple comparaison des deux pochettes ne laisse pas le moindre doute : sur cet album, il est affable, souriant… son « autre coté ». C’est presque le gendre idéal qui apparaît ici, si on compare avec la photo du « terroriste de la paix » en puissance du précédent.
L’album sera mal accueilli par tout le monde : presse, critique, fans, même par votre serviteur pourtant zélé lorsqu’il s’agit de Bob DYLAN. C’est son album le plus décrié, trop lisse trop gentil, trop soft. Il ne croit plus trop en la Révolution, et il n’a que vingt-trois printemps ! Le cercle se referme sur ses idées de jeunesse ; la notoriété aura été un grand révélateur de l’âme.
D’ailleurs, cet album de « rébellion face à la rébellion » s’est vu enregistré en une journée. Oui, oui, une journée… c’est un peu se foutre de la gueule du monde… non ? Pour certains, c’est le temps que prend Norah JONES pour enregistrer une ligne de chant, pour d’autres, la durée d’une dispute entre les gars de METALLICA pour une rime. Bien sûr, nul n’est maître du temps. Mais cet espiègle Bobby, qui aime l’humour sous toutes ses formes s’est un peu moqué de tout le monde en balançant à la va-vite quelques chansons – composées la veille sans doute, en une journée aussi ? –, tout juste s’il a pris le temps d’accorder sa gratte avant d’entrer au studio…

En conclusion, et même s’il a l’air plus en forme ainsi, je dirais que cet Another side… ne m’emballe guère. Mais l’avenir nous dira que le talent est bien là ; c’est donc bien un petit pétage de plomb, vilain pet à la face du monde par un insolent garnement.

En fin de compte, il ne s’est pas si mal vendu cet album…

A lire aussi en FOLK par ERWIN :


Bruce SPRINGSTEEN
Nebraska (1982)
Dans l'intimité du boss

(+ 1 kro-express)



Bob DYLAN
Bringing It All Back Home (1965)
Un excellent dylan entre rock et folk


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Bob Dylan (chant, guitare, harmonica, piano)


1. All I Really Want To Do
2. Black Crow Blues
3. Spanish Harlem Incident
4. Chimes Of Freedom
5. I Shall Be Free - No. 10
6. To Ramona
7. Motorpsycho Nitemare
8. My Back Pages
9. I Don't Believe You
10. Ballad In Plain D
11. It Ain't Me Babe



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod