Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marcus Miller
- Style + Membre : Space Art
 

 Site Officiel (606)
 Guide Jean-michel Jarre (668)

Jean-michel JARRE - Equinoxe Infinity (2018)
Par BAKER le 15 Février 2019          Consultée 339 fois

Ah ben ça y est, on a trouvé le bouton on, on peut plus l'arrêter ! Conscient qu'il a du temps à rattraper, notre héros national désormais revenu en grâces dans les médias en est à cinq sorties en trois ans, si on compte la compil Planet Jarre qui n'a pas été conçue vite fait sur un coin de table (contrairement à certaines stars de télé-réalité). Et après la suite d'Oxygene, voici celle d'Equinoxe : qui l'avait vue venir, celle-là ? Et même en imaginant qu'on pouvait s'y attendre, JARRE s'amuse visiblement à brouiller les pistes.

Autant Oxygene 3 était "un vrai Oxygene", fait principalement avec de vieux synthés et distillant une ambiance assez pesante, pas franchement optimiste, autant Equinoxe Infinity est un album-récré. A 70 ans, JARRE fait preuve d'un tonus stupéfiant et sort ce qui est probablement son album le plus optimiste et dansant depuis Teo &... ah, on me dit que cet album n'est pas recevable ? alors depuis Chronologie ! Ces tempos plus élevés que d'habitude, cette fibre pop, ces détails rigolos dans tous les coins, ce manque de sérieux parfois, tout ça contraste fortement avec Oxygene qui voyait quand même pas moins que la destruction de la planète.

Alors qu'Equinoxe joue sur un registre beaucoup plus onirique. Dôté de deux pochettes différentes, une optimiste et une apocalyptique (l'optimisme étant quelque peu entaché si on réfléchit bien), l'album est très cinématographique, concept jusqu'au bout des ongles (cf ce titre de cloture bien plus long et bruité que les autres), et se veut à la fois lanceur d'alerte et délire sci-fi assumé. Rien que l'intro pose les jalons avec cet énorme son très blockbuster, cette ambiance plus proche du Blade Runner de VANGELIS qu'autre chose, et puis, tout le long de l'album, cette science de la note qu'on n'attend pas.

Mélangeant anciens et nouveaux synthés, JARRE reprend quelques éléments de son passé (le riff de "Equinoxe I", mais aussi la boite à rythmes d' "Oxygene 4" sur l'intéressant et Mellotronneux "Robots Don't Cry"), ainsi que des éléments, souvent en forme de petits détails, rendant hommage à ses pairs : la flûte de TANGERINE DREAM et les rythmes KRAFTWERKiens sur la très accrocheuse "The Opening", ou la prod ART OF NOISE sur "Don't Look Back", sorte de menuet du futur. Sommet de ce mélange entre neuf et vieux, le single "Infinity" est un joli pétage de plombs, où entre une intro très Amstrad CPC et une énergie dance au profit d'une mélodie pop, on retrouve un peu du facétieux garnement qui avait donné naissance à "Zoolookologie".

Il y a cependant un petit bémol derrière tous ces compliments (pour résumer : la patate, une prod ultra-foisonnante, des titres sympathiques et rondement menés). Plus encore qu'Oxygene 3, Equinoxe Infinity est un album dont j'ignore totalement quoi penser. Après des dizaines d'écoutes, j'hésite entre en avoir fait le tour pour un disque somme toute sympa mais anecdotique, et être totalement passé à côté de quelque chose de bien plus complexe. Le côté très narratif et spectaculaire de l'album, loin du minimalisme de O3, rend les détails encore plus difficiles à appréhender. Est-ce à cause de la courte durée de la face A ? Est-ce à cause de l'emploi un chouïa trop voyant de sonorités familières ? Toujours est-il que dès sa première écoute, Infinity reste quand même un bien joli disque rempli d'aventure et de sourires. Et qu'on en connait peu, des artistes qui à son âge arrivent encore à nous surprendre.

Note finale : 3,5 / 5

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


Harold FALTERMEYER
Tango & Cash (1989)
Tiens ? Armani en flic !




Ed STARINK
Synthétiseur (1989)
Avez-vous révisé vos classiques ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   BAKER

 
   (2 chroniques)



- Jean-michel Jarre (tout)


1. The Watchers
2. Flying Totems
3. Robots Don't Cry
4. All That You Leave Behind
5. If The Wind Could Speak
6. Infinity
7. Machines Are Learning
8. The Opening
9. Don't Look Back
10. Equinoxe Infinity



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod