Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Fairport Convention

Richard THOMPSON - You? Me? Us? (1996)
Par MARCO STIVELL le 8 Octobre 2017          Consultée 242 fois

You? Me? Us?, le cinquième et dernier album de Richard THOMPSON produit par Mitchell Froom (ici secondé par Tchad Blake) est un double album. On ignore quelles peuvent être les raisons d'un tel choix, d'ailleurs commun à plusieurs grands artistes en plein creux de vague au cours des années 90, Bruce HORNSBY a aussi fait le sien. Cependant, pour le King anglais, il nait plus d'une volonté thématique, en séparant les idées "électriques" des "acoustiques", et en se consacrant au thème de l'amour, jamais bien rose de son point de vue.

Le titre du disque, de même que la pochette, est on-ne-peut-plus représentatif, avec le cynisme habituel du Maître en filigrane. Difficile de parvenir à un happy end avec des chansons aux mots cinglants ou coupants comme des rasoirs ("Razor Dance"), des histoires sombres et tristes comme l'homme marchant seul dans la rue couverte de nuit ("Hide It Away") ou le soldat de la Première Guerre Mondiale tombé sous les balles ("Woods of Darney"). Votre serviteur étant un idéaliste, de ce côté-là il n'y a pas de quoi être enthousiasmé, mais on parle de Richard THOMPSON.

Il peut être très rigolo quand il fait de la séduction "bling-bling" lors du titre "Business on You" sur fond de musique reggae légère et funky. Il fallait une présence féminine plus marquée que d'habitude et si Christine Collister n'a jamais eu la moitié d'un rang comparable à celui de Linda Peters autrefois, elle est ici indispensable et clairement excellente sur chaque morceau auquel elle participe. Pour revenir aux textes, il n'y a que "Sam Jones", sur le disque acoustique, qui se démarque du reste en parlant d'une sorte de spectre de la mort, un fossoyeur loin du thème de l'amour, mais qui du coup, offre un préambule au magnifique "Woods of Darney".

Musicalement, il y a le groupe habituel pour soutenir, Froom et Scheff en priorité, Keltner revient voler un peu la vedette au batteur Pete Thomas et THOMPSON bénéficie du concours de son vieil acolyte Simon Nicol aux rythmiques. La guitare est importante à plus d'un titre, relativement discrète au début du CD électrique, avant de se lâcher pour des soli géniaux. "Put It There Pal", "Bank Vault in Heaven" et "No's Not a Word" sont déjà pourtant suffisamment époustouflants, mais Richard est un dieu. Un guitariste spécialisé dans le son clair légèrement grésillant, qui multiplie les sons saturés tout le long d'un disque ! En voilà un beau travail, un autre.

Le son du disque a de toute façon quelque chose du live, direct et confus ce qu'il faut, loin des grosses productions antérieures, plus proche des albums des années 70. La voix est prise séparément dans la cabine, tandis qu'à côté, Thomas fait résonner sa caisse claire sans même la toucher, Froom s'occupe de rajouter de l'écho quand il ne fait pas ronfler son orgue. La présence du piano Wurlitzer conforte le rapport "blues" étroit avec le précédent, Mirror Blue, au moins pour les morceaux électriques. À côté, on a quelques tempos rockabilly/zydeco toujours aussi charmants, mais la folk l'emporte avec "Put It There Pal" qui nous rappelle que Richard a écrit des hymnes intemporels comme "Meet on the Ledge".

La dernière chanson du disque 1 marque une respiration crépusculaire et nous dirige vers le disque 2, intimiste, feutré. Rien que THOMPSON et sa guitare acoustique (classique sur "Woods of Barney", chose rare), son homonyme aussi souvent puisque Danny le contrebassiste et ami fidèle l'accompagne et même plus que ça. Il y a deux redites du CD 1 (sympa, sans plus), dont "Hide It Away" où le grand pilier de PENTANGLE fait un solo. On s'amuse de sa virtuosité déployée sur "Baby don't Know What to Do With Herself", quand il se fait très discret et se contente d'accompagner la guitare de façon minimaliste "She Cut Off Her Long Silken Hair". Avec "Burns Supper", ce sont des morceaux fragiles et empreints de sensibilité féminine, loin des coups de poings du CD 1 ou d'un "Cold Kisses" adressé aux femmes volages.

Les mélodies sont inspirées, passionnantes dans un cas ou l'autre. Richard offre les différentes facettes de son talent sur un plateau d'argent ; partagé entre le rock parfois improvisé du disque 1 et l'intimité du CD 2, le niveau d'inspiration ne se tarit pas. Ce double disque aurait pu tenir sur un seul, avec une durée totale de 74 minutes, mais il est bon de se dire que l'essai de THOMPSON dans le genre est exemplaire.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


MACHIN
Rales Folk (1979)
De joyeux rales




Steve HACKETT
Bay Of Kings (1983)
Meilleur album acoustico-classique de Steve


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Richard Thompson (guitares, chant, mandoline, vielle à roue)
- Mitchell Froom (claviers)
- Tchad Blake (guitare additionnelle)
- Simon Nicol (guitares)
- Jerry Scheff (basse)
- Pete Thomas, Jim Keltner (batterie)
- Christine Collister (choeurs)
- Teddy Thompson (choeurs)
- Danny Thompson (contrebasse)
- Suzie Katayama (violoncelle)
- Sid Page (violon)


- disc 1 - Voltage Enhanced
1. Razor Dance
2. She Steers By Lightning
3. Dark Hand Over My Heart
4. Hide It Away
5. Put It There Pal
6. Business On You
7. No's Not A Word
8. Am I Wasting My Love On You?
9. Bank Vault In Heaven
10. The Ghost Of You Walks

- disc 2 – Nude
1. Baby Don't Know What To Do With Herself
2. She Cut Off Her Long Silken Hair
3. Hide It Away
4. Burns Supper
5. Train Don't Leave
6. Cold Kisses
7. Sam Jones
8. Razor Dance
9. Woods Of Darney



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod