Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Hugues AUFRAY - Aufray Chante Dylan (1965)
Par MARCO STIVELL le 26 Septembre 2019          Consultée 543 fois

Durant la période 1964-65, un certain Lionel Rocheman, musicologue, crée en France, à Paris, le principe des "hootenannies". Soit un gros rassemblement hebdomadaire de musique folk, calqué sur son modèle américain et sous forme de "boeuf" qui attire les jeunes : Alan STIVELL, Jean-Jacques MILTEAU, Hervé CRISTIANI, Steve WARING, Roger MASON etc. Ce qui aurait pu n'être qu'un phénomène réservé à quelques initiés avait besoin d'une voix plus large, un écho à travers un nom-vedette, un disque emblématique même, et cela, personne ne pouvait le faire mieux que Hugues AUFRAY !

Amoureux de la musique folk américaine et notamment de Bob DYLAN, il veut rendre hommage à ce dernier tout en usant de son propre rang de star pour le faire connaître en France. DYLAN, alias le Zim, artiste populaire et contestataire, porte-parole des "petites gens" avec un caractère messianique, véritable idole en Amérique du Nord, n'a, pour l'heure, produit que quatre albums dont deux parmi les meilleurs de sa carrière déjà (The Freewheelin' Bob Dylan, 1963 et The Times They Are a-Changing, 1964) ainsi qu'un dernier en date fort mal accueilli par le public et la critique (Another Side of Bob Dylan, 1964). Jugé trop gentil, ce disque a ses défenseurs malgré tout, et AUFRAY en fait partie puisqu'il en reprend trois morceaux. Les huit autres proviennent des "deux meilleurs" et ne sont pas forcément toujours les plus connus : pas de "Blowin' in the Wind", pas de "Chimes of Freedom".

Les Français se jugent souvent eux-mêmes pour être de mauvais linguistes, incapables de s'adapter à une autre langue (comme si les Anglais n'étaient point concernés par le même problème...) et il aurait été difficile de croire à un tel succès si AUFRAY avait repris les chansons de DYLAN telles qu'elles. Dans la pochette ouvrante, Pierre Delanoë, son parolier fétiche après le succès de "Debout les gars" l'année précédente, explique que le problème a été de taille. On constate qu'au lieu d'une adaptation libre, les deux hommes ont choisi de rester fidèles aux propos de DYLAN, et peu de changements ont été apportés, jusque dans les titres des chansons. Sur "Dieu est à nos côtés" ("With God on Our Side") par exemple, le couplet sur les Latino-Américains n'est pas mentionné.

Peut-être le simple fait d'entendre Hugues AUFRAY, avec sa voix bien à lui, claironner "Les temps changent" ("The Times They Are a-Changing") pourra-t-il, encore de nos jours (plus qu'avant ?) causer souci à des auditeurs puristes, ayant un avis obtus sur la musique en France durant les années 60, voire toutes décennies confondues ? Pourtant, DYLAN chanté ainsi, c'est comme DISNEY en VF : si l'on aime, nul besoin de bouder ce qui reste un plaisir total ! Même si les rimes sont approximatives. La voix de Hugues ne plait pas à tout le monde, celle de Bob non plus. L'un comme l'autre savent narrer une histoire, mener l'auditeur au point d'annoncer la fin de la chanson (esprit troubadour, quand tu nous tiens) et lui permettre de suivre les faits divers, les horreurs de la ségrégation aux Etats-Unis (excellents "Oxford Town" sur James Meredith, premier étudiant Noir et "Mort solitaire de Hattie Caroll", mère et servante quinquagénaire assassinée).

Textes simples aux mélodies répétitives, comme le veut la tradition populaire, quasiment matraquée par moments, et le talent d'un interprète comme AUFRAY aide à maintenir l'attention. Sur "Cauchemar psychomoteur" (référence à Hitchcock comprise) et "La ballade de Hollis Brown", c'est flagrant, bien que le skiffle group fidèle, à côté, fait aussi un excellent travail ! Cette country jouée en collectif, élancée et occasionnelle, même en français, est plus que chouette. Christian Chevalier dirige le tout, Jean-Pierre Sabar est aux arrangements. Naturellement, Hugues est seul avec guitare et harmonica : "Dieu est à nos côtés", "Les temps changent". Une réverbération choisie l'éloigne du son rustique de DYLAN mais n'enlève rien à la beauté d'ensemble, pas plus que le retour des choeurs de "Santiano" sur "Le jour où le bateau viendra"/"When the Ship Comes in".

Les chansons dédiées aux femmes sont toutes placées sur la face A du vinyle, que ce soit "Corrina, Corrina", "Ce que je veux surtout" ("All I Really Want to Do"), "La fille du Nord" ("Girl From the North Country"), et "Ce n'était pas moi" ("It Ain't Me, Babe"). Cette dernière, chanson de séparation où l'homme se décrit comme volage tout en gardant un dernier sursaut de tendresse, est écrite en 1964 par un DYLAN lui-même en pleine rupture avec Suze Rotolo, la jolie demoiselle qui se blottissait contre lui dans la rue de New York sur la pochette de The Freewheelin'. AUFRAY, de sa voix la plus suave, chante "Tu t'es trompée, je ne suis pas de l'or, ce n'était pas moi, celui qui te fallait, crois-moi", et c'est magnifique. Tout comme "La fille du Nord", à faire naître des larmes.

Sur ces deux morceaux, quelques cordes sont ajoutées mais de la manière la plus fine, la meilleure qui soit sur un disque de chanson française avant les expériences de Jean-Claude Vannier. Elles viennent seulement caresser la beauté de mélodies réconfortantes, d'arpèges en picking crépusculaires, du chant délicat de AUFRAY. Les arrangements sont merveilleux, font naître des frissons, chose dont le ton marin du "Jour où le bateau viendra" n'est pas exempt non plus.

Dans la pochette, Pierre Delanoë écrit encore que Hugues AUFRAY disait vouloir faire ce disque depuis de longs mois, et qu'une fois terminé, "ce sera très important". Depuis "Santiano", le chanteur a monté pierre par pierre son bel édifice, les adolescents ou jeunes adultes des "hootenannies" sont venus l'écouter en masse, s'en inspirer... Demandez leur à tous, à MALICORNE, aux autres !

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Hugues AUFRAY
Hugues Aufray (1968)
Folk à la française.




Claire HAMILL
One House Left Standing (1972)
Un premier album aussi court que solide


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Hugues Aufray (chant, guitare, harmonica)
- Christian Chevallier (direction musicale)
- Jean-pierre Sabar (arrangements)
- Skiffle Group (guitares, banjo, basse, batterie, percussions)


1. La Fille Du Nord
2. Ce Que Je Veux Surtout
3. Ce N'était Pas Moi
4. Oxford Town
5. Corrina Corrina
6. Cauchemar Psychomoteur
7. Les Temps Changent
8. La Ballade De Hollis Brown
9. La Mort Solitaire De Hattie Caroll
10. Dieu Est à Nos Côtés
11. Le Jour Où Le Bateau Viendra



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod