Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIéTé/FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Hugues AUFRAY - Hugues (1968)
Par MARCO STIVELL le 26 Janvier 2020          Consultée 221 fois

Hugues AUFRAY vit toujours pleinement ses années de succès grâce à "L'homme orchestre" ("Mr. Tambourine Man" adapté de Bob DYLAN), à "Céline" et également "Stewball", magnifique rengaine folk à la mémoire d'un cheval qui s'ancre dans les coeurs. La pochette présente, superbe, montre qu'il n'est pas près de quitter les chemins de campagne, on y reviendra !

Parmi tous ces albums éponymes avec le recul, difficile de s'y retrouver mais au moins, les chansons, elles, peuvent y aider ! Le nouveau de l'artiste en 1968 démarre avec "Adieu Monsieur le Professeur", un de ses titres les plus connus. Un piano baroque soutient une ritournelle sucrée chantée en compagnie d'enfants (pour les refrain) le dernier jour de l'année scolaire. Le rapport élèves-professeur a ici quelque chose d'angélique, une naïveté qui peut prêter à sourire, mais certains enseignants l'ont pourtant bien mérité, aujourd'hui encore ! Et le message avec une basse en walk et quelques cordes rêveuses, fait son effet.

La fin avec les "au revoir" est légèrement en trop, tout comme l'imitation de l'accent africain et l'insistance du "Le pain et les dents", seules véritables choses sur lesquelles on peut redire dans cet album. Dommage car la chanson est belle aussi, dans un style rumba et avec des paroles qui restent en mémoire : "Je n'avais rien avant, maintenant je peux t'inviter au restaurant", "Quand on a les dents, on n'a pas le pain ; quand on a le pain, on n'a plus les dents".

Ces chansons sont de AUFRAY lui-même et de la parolière Vline Buggy, mais pour rester dans le contexte social et l'Afrique, c'est avec Pierre Delanoé (son unique contribution) qu'il réalise un autre tour de force. "Parle-moi de chez toi" est excellent, avec ses arrangements de basse et guitare 12 cordes en picking, habituel mélange de tendresse et de camaraderie (deux atouts du chanteur), et des paroles qui en disent long : "Pourras-tu me pardonner, simplement, d'être un homme blanc ?"

De même, "Pauvre Vania", à la mélodie proche de "Céline" au départ, joue sur le double tableau d'un adultère et des conditions de vie difficiles en U.R.S.S. ; un air répétitif mais touchant. AUFRAY, bien aidé par Vline Buggy et le pianiste de jazz Christian Chevalier nous réserve un autre grand moment avec "La jeune fille et le commissaire", scène narrée d'une course-poursuite dans un décor âpre. Pour sauver son amant, une fille retient le policier par tous les moyens. Une voix féminine implorante se mêle à la récitation du chanteur, un accordéon aux cordes ; c'est comme une comédie musicale résumée en 3 minutes, et c'est brillant !

Au rang des réussites, citons l'autre chanson à l'école, surréaliste celle-là, du "Docteur Banjo", fort bien écrit et où l'orchestre sonne très New Orleans. La voix de AUFRAY a une couleur juvénile sur la ballade "Comme un tout petit garçon", aux piano et cordes splendides. D'une autre façon, il mène avec panache "Le port de Tacoma", chant de marin au choeur séduisant lui aussi. L'air très connu de ce dernier titre est emprunté à "Camptown Races", issu du folklore américain. Un album varié mais plutôt égal dans sa qualité, et ce qui est vraiment bon vaut largement le détour !

Puisqu'on parlait de folklore d'ailleurs, comment ne pas évoquer "Le petit âne gris", où le chant/guitare picking, quoique toujours inspiré de DYLAN, sert une histoire qui "se passe en Provence, au milieu des moutons, dans le Sud de la France, au pays des santons" ? Un âne, heureux dans sa ferme, dépérit le jour où celle-ci est rasée par des industriels, avant de "s'en aller" lui aussi. Histoire tragique d'une bête noble et qui rejoint celle de "Stewball", forcément. L'écriture fine, les fredonnements, les réponses des choeurs féminins confèrent une belle densité au "Petit âne gris", titre mémorable. Mon père me le chantait avant de dormir, avec des chansons de MALICORNE...

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


SOUSBOCK
Lune Et L'autre (2010)
Quand les autres écrivent pour Sousbock...

(+ 1 kro-express)



Sylvie BERGER
Ouvarosa (2002)
Chanson folk française


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Adieu Monsieur Le Professeur
2. Le Pain Et Les Dents
3. Pauvre Vania
4. Le Petit âne Gris
5. Comme Un Tout Petit Garçon
6. La Jeune Fille Et Le Commissaire
7. Docteur Banjo
8. Petit Simon
9. Parle-moi De Chez Toi
10. Le Port De Tacoma



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod